Le maillot de bain est-t-il autorisé sur les berges du canal St Martin ?

Depuis le déconfinement les femmes pratiquant le bain de soleil en maillot de bain ne comprennent pas pourquoi la police les en empêche. La surveillance policière est au aguet.

JParis - 28 mai

C'est vers 11h00 du matin ce jeudi qu'une équipe de la police s'approche d'une femme la cinquantaine approximative. Elle est assise au bord du canal St Martin, sur un siège pliable prête à prendre son bain de soleil équipée de son maillot pour le haut et d'un short estival pour le bas. Mais la policière de l'équipe lui demande, fermement, mais poliment, de se rhabiller. En expliquant brièvement, que la tenue n'est pas appropriée, à la grande surprise de la dame qui optempère pourtant sans problème.

Paris - 29 mai

Ce vendredi vers 14h00 au même endroit, sur les berges du canal St Martin, même scène de contrôle policier. Une équipe intervient, recadre une femme trentenaire allongée sur les bords du canal munie de son deux pièces. " Madame, vous pouvez vous rahabillez s'il vous plait, vous ne pouvez pas rester en maillot sur les berges. " Grande stupéfaction de la trentenaire.

Ces deux scènes ordinaires de la vie quotidienne de deux parisiennes post-confinement sont deux cas d'école d'une même question : le port du maillot est-il autorisé sur le canal St Martin ?

Dans les deux cas de figures, les deux femmes avez pour habitude avant le covid, de pratiquer le bain de soleil avec maillot deux pièces, soit sur berges, soit dans les parcs du quartier.

Leurs étonnements a été similaire.

" Comment vont-ils faire dans les parcs ? ", s'interroge la femme du premier cas de figure âgée d'une cinquantaine d'année, elle connait les habitudes parisiennes des beaux jours dans les parcs du quartier, les pelouses se transforment en piste de bronzage comme chaque année.

" Pourquoi moi, je dois remettre mes vêtements et pas le monsieur à côté de moi qui est torse nu et en maillot de bain ? " , s'interroge la trentenaire du deuxième cas de figure, complètement sidérée.

 Enfin, l'intervention de la police est-elle moraliste au sens d'un prolongement du sens civique systématiquement repris pour justifier nos actes en période de confinement covid ? Ou la loi concernant l'ordre de la voie publique a-t-elle était mis en application stricte en considérant le corps de la femme comme pouvant troubler l'odre public, plus que celui du torse nu d'un homme ?

La question est soulevée par cette trentenaire.

Pour ce qui est des parcs, que dit la législation sur le port du maillot ? D'après cet article du quotidien gratuit 20 minutes, le texte peut prêter à l'interprétation selon ses codes éducatifs, " le public doit conserver une tenue et un comportement décent et conforme à l'ordre public ".

" Il faut une tenue correcte comme un maillot deux pièces. " a précisé Pénélope Komitès, adjointe à la mairie de Paris en charge des espaces verts, de la nature, et de la biodiversité, et de poursuivre, " dans la prochaine version du règlement qui sortira à la fin de l'année, je veux que l'on soit plus précis sur ce sujet pour que les agents ne fonctionnent plus au cas par cas ".

Explicite déclaration. Mais qu'en est-il de la législation sur les bords du canal ? Accepte-t-elle la désinvolture estivale d'un maillot deux pièces sur les berges du canal ?

 Selon un article du journal Libération, il faut un arrêté municipal pour interdire le port du maillot de bain. Et à Paris rien n'interdit le maillot de bain en ville, sauf la pratique du monokini.

Pourtant, la police en vertu de la l'article de loi 222 - 32 du code pénal sur l'exhibition sexuelle, faisant suite à l'ancien délit d'outrage à la pudeur de l'article 330 du code pénal, peut, selon son appréciation, vous demander de vous vêtir selon que votre attitude serait visiblement à caractère intentionnel et sexuel.

Certaine ville dans le sud-est de la France utilise des arrêtés municipaux interdisant le port du maillot de bain dans leur centre ville.

Il semblerait que les interventions de la police se fassent à l'appréciation de l'agent de police selon des directives s'appyant sur cet article 222 - 32. " l'exhibition sexuelle imposée à la vue d'autrui dans un lieu accessible aux regards d'autrui est punie d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amendes ".

Les parcs étant fermés les berges du canal se sont subsistuées pour certain.e.s aux parcs. Mais, la réouverture permettra à toute amatrice et amateur de prendre leur bain de soleil en toute dilétente avec port du maillot deux pièces si souhaité dès ce samedi 30 mai *. La volonté de l'adjointe à la mairie est claire à ce sujet.

La police post-confinement seta-t-elle tolérante sur cette pratique autorisée par la ville de Paris ? Sur berges comme dans les parcs ?

Dans cet article du journal des maires, wwwjournaldesmaires.com Le pouvoir de substitution du préfet, il est mentionné que Paris fait partie des ville où la compétence de l'administration générale relève du préfet de police. Toutefois, son pouvoir n'est pas absolu. Le maire peut garder la main sur les compétences pour la police.

" Dans ces villes, les agents  de la police d'Etat sont chargés d'exécuter les arrêtés de police du maire. " , selon l'article cité précedemment, le maire a le pouvoir de donner des instructions à la police sur certains évènements comme elle ferait avec une police municipale.

Alors, la compétence pour le contrôle du port de maillot de bain relève-t-elle de la mairie ou du préfet de police ?

Qui a demandé de resteindre le port du maillot sur les berges, la maire ou le préfet, ou bien d'un commun accord ?

La mairie de Paris n'a pas mis en place un arrêté sur le port de maillot de bain en ville, à qui incombe d'appliquer ces règles ?

Comment le " couple préfet/maire", comme Anna Hidalgo le schématisait au micro du journaliste de BFM TV,  Jean-Jacques Bourdin, a-t-il fonctionné sur cette question ?

Les usagers des berges et des parcs se posent en tous cas la question, qui n'est pas claire.

 

* la date du 2 juin initialement transmise par erreur a été corrigé au 30 mai

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.