Blanche Gardin : No Make Up sur le tragique

Quitter le plan fantasmé de l'éternité.

Il faut écouter Blanche Gardin pour sentir le poids insoutenable de ce vernis qui arrive aux femmes et aux personnes perçues comme femmes sous la forme d'une alternative : ou Déesse ou déchet. Autrement dit, ou l'Autre située hors du temps de par sa perfection ou un Je-ne-sais-quoi rejeté dans le néant, encore une fois hors du temps.

Avec Blanche Gardin, les femmes ont quitté le plan fantasmé de l'éternité. Les événements les traversent et le saccage à quoi on les reconnaît, c'est le rire, véritable organe perceptif, qui permet de le saisir. Le piédestal de l'altérité est mis en miettes dans un rire qui ne sait plus s'il est rire ou sanglot. Ce n'est plus une essence mais une trame défaite d'événements qui vous parle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.