Mars7
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2010

La grenouille et le boeuf

Mars7
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La courte histoire du NPA me fait penser à la fable du boeuf et de la grenouille .

Le processus de création du NPA par le dépassement de la LCR est certes à saluer pour le courage et la tonicité qu'il a démontré chez les dirigeants et les militants de cette organisation. Mais dans le même temps il a aussi mis en lumière la puissance de l'illusion médiatique, même aux yeux des plus aguerris.

Construire un parti à l'image de son leader, jeune travailleur, décontracté, aimant le foot et le rap et le commandant Marcos, était une idée géniale. Las, ce processus de dépassement semble avoir été tronqué. En privilégiant les adhésions individuelles "par en bas" (à l'exception notables des dissidents de LO...) aux dépends des rapprochements possibles avec des petits regroupements de la gauche radicale et des ses figures émergentes, type Clémentine Autain, la direction du futur NPA a verrouillé une dynamique qui aurait pu contrarier la création du PdG, voire le raliement de J Bové à EE.

Reste que le NPA au sortir de son congrès fondateur était un bel objet, gorgée de dynamisme militant mais sans stratégie claire autre que "les luttes"... et l'espoir du maintient d'un leadership sur la gauche de la gauche.

A défaut de pouvoir (ou vouloir) définir clairement le monde "autre" que l'on veut construire, on sera anticapitaliste. Et pour bien trancher avec les icônes du passés tout en conservant sa radicalité on adoptera un logo particulièrement signifiant ... le mégaphone des bonnes vieilles manifs des 30 dernières années!

Le NPA ainsi profilé en parfait comité de soutien à une candidature de premier tour de présidentielle... est-il un parti capable de porter son combat dans tous les compartiments de la société? Avec des réponses POLITIQUES et pas simplement crypto syndicales.

Ou sont passés les acquis des luttes altermondialistes? Les conseils participatifs de Porto Allegre auraient-ils pu voir le jour sans la présence au sein des institutions municipales en place l'élus militants?

Un NPA donc, fort de près de 10.000 cotisants, toisant le groupusculaire PdG et le crépusculaire PC , confondant enflure et poids, sympathie et adhésion.

Deux campagnes successives, sans réels programme, articulées autour de quelques mots d'ordre. Deux campagnes "réussies sur le terrain", et ratées dans les urnes.

Normal, les syndicats, c'est dans la rue qu'ils s'expriment et aux prudhommes qu'ils se présentent...

Le NPA, en focalisant aux Régionales tout son positionnement sur le refus de participer à des majorités de gestion avec le PS à contribué à se construire une image de a-parti. Une image de groupe de protestation qui s'arrête au pied des marches des institutions de la République.

C'est oublier que ce qui a fait la notoriété d' Olivier Besancenot, est aussi le produit d'un phénomène moderne de construction médiatique fait d'adhésion et d'identification souvent simplificatrices où la subtilité dialectique a peu de place. "Si tu te présente c'est pour être élu. Je vote pour toi si tu as envie d'être élu et d'être utile." Le NPA a brouillé son message, et se faisant, à sans doute aussi contribué à l'abstention des ses propres soutiens.

A suivre...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire