Terres lointaines.

Et oui la Martinique après avoir son sol pollué par le chlordécone par de gros propriétaires terriens aura désormais son air pollué par la technique d’épandage aérienne … on n’arrête pas le progrès.

Et oui la Martinique après avoir son sol pollué par le chlordécone par de gros propriétaires terriens aura désormais son air pollué par la technique d’épandage aérienne … on n’arrête pas le progrès.

J’avais interpelé un élu de France au sujet de l’empoisonnement des terres de la Martinique au chlordécone et sa réponse fut très curieuse en effet : sa lettre portait uniquement sur la redevance des semences certifiées ce qui n’a absolument rien à voir !

Ce qui est sur c’est que pour l’instant ces petits agriculteurs ne peuvent toujours pas exploiter leurs terres ! (la Martinique c’est loin de la France).

Il est bon de savoir qu’en Martinique on cultive des sols pollués pour quelques siècles, bref le buisiness n’attend pas surtout pour les gros propriétaires. Bref on empoisonne et tout va bien !

Par contre pour des petits agriculteurs qui souhaitent travailler leur terre eux ne peuvent pas ! Leurs projets sont rejetés au prétexte que leur sol sont pollués !!! Vous avez bien lu !

Comme disent des locaux : « pour des gros propriétaires aux bras longs c’est possibles pour eux ! Mais pas pour les petits ! »

Alors que faire ? Des articles, du bruit, les laisser « crever » ? En ce moment des petits agriculteurs vont en mairie chercher des bons alimentaires oui des bons alimentaires, je me demande si nos « gros » céréaliers iraient si facilement à la mairie chercher l’aumône ?

Que voulez-vous faut laisser une image propre de la Martinique, celle de ces petits agriculteurs ne pèsent pas bien lourds dans la valeur ajoutée de la Martinique : soleil, température, plages et cocotiers et chlordécone heu ! Non pas chlordécone ça c’est pour les autres ce dont vous savez.

Voilà à travers ce tout petit article je voulais montrer à ces petits agriculteurs et notamment à Mr Cherubin-Jannette ( Moïse) que quelqu’un en France pensait à eux.

Je n’ai plus de nouvelle de cet homme qui avait appelé au secours sur un film de Yann Arthus Bertrand : six milliards d’hommes à nourrir dans lequel il expliquait son désarroi face à une situation scandaleuse dont les pouvoirs publics se moquaient et se moquent toujours auprès de son cercueil mal vernis comme il disait à l’époque, on nous empoisonne et on laisse faire, personne ne veut nous entendre faut pas casser la belle carte postale de la Martinique des Antilles…

Je n’ai plus de nouvelle et je m’interroge, je ne comprends pas. La Martinique c’est loin même pour ceux qui prétendent être proches des Français, ceux qui ont la prétention de parler en notre nom, ceux qui prétendent savoir ce qui est bon pour nous.

 

Martial.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.