Paysan en résistance : la terre contre le profit.

Parfois les pires idées me viennent...

Parfois les pires idées me viennent... »

Rodolf Étienne France-Antilles Martinique 20.06.2011 « Ma situation est inadmissible... » , déclare Moïse Chérubin-Jeannette. Un cri qui, espérons-le, sera entendu. Un agriculteur crie son malheur. « Oui, je suis aux abois. J'en suis à toucher des bons alimentaires! » . Moïse Chérubin, embarqué bon gré mal gré dans un imbroglio depuis quatre ans, apparaît pour autant sage, malgré ses déboires.En homme de la terre, il garde la tête froide, mais crie son désespoir. « Un terrain acheté par la région Martinique m'a été loué par délibération depuis 2007. Ce terrain, géré par la Safer, s'est avéré pollué par la chlordécone. Depuis, je ne peux rien y faire. Tous les projets que j'avais étaient basés sur es animaux et j'ai une interdiction totale compte tenu de la pollution du sol » , explique Moïse Chérubin-Jeannette. Une situation catastrophique pour un agriculteur que de ne pas pouvoir produire... Pour nourrir sa famille. Une situation qu'il dénonce, affirmant que son quotidien est éprouvant. « Le quotidien est pénible, même plus que pénible. Il y a des moments où les pires idées me viennent » , poursuit-il. Pour autant, il y a des solutions. Moïse Chérubin-Jeannette affirme encore qu'un terrain qu'il occupait naguère est aujourd'hui disponible. « J'occupais un terrain à Bon Temps Lacour, à Saint-Esprit. Ce terrain était parfait, sur six hectares. J'ai dû laisser ce terrain sous prétexte de projets et aujourd'hui encore, il n'en est rien » . Triste constat que de se rendre compte que certains de nos décideurs, loin de favoriser le développement agricole de l'île, s'acharnent à laisser un homme sans terrain viable lorsque celui-ci ne demande qu'à travailler. Se faire « virer » d'un terrain exploitable, pour se retrouver quasi cinq ans durant sans emploi, parce que en butte aux élus régionaux : cette situation est inadmissible... Reconnaissons-le...Gageons donc que le énième cri de Moïse Chérubin-Jeannette soit, pour cette fois, entendu, et que l'homme puisse à nouveau retrouver cette dignité qui fait la force des hommes et des femmes qui cultivent la terre martiniquaise...- Pour contacter Moïse Chérubin-Jeannette : 0696.96.58.05.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.