Martial LE BOULH
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 avr. 2019

Martial LE BOULH
Abonné·e de Mediapart

La (PAC) et la (PCP) à l’heure du Brexit.

La Politique Agricole Commune et la Politique Commune de la Pêche à l’heure du Brexit. L’horloge tourne inexorablement. Le vendredi 12 avril, à moins d’un report de dernière minute, le Royaume-Uni mettra fin à quarante année d’adhésion à l’Union Européenne...

Martial LE BOULH
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Politique Agricole Commune et la Politique Commune de la Pêche à l’heure du Brexit.

L’horloge tourne inexorablement. Le vendredi 12 avril, à moins d’un report de dernière minute, le Royaume-Uni mettra fin à quarante année d’adhésion à l’Union Européenne. Les conséquences de ce divorce (plus ou moins amiable) semblent encore impossibles à définir. Mais deux domaines au moins nous donnent une idée précise des enjeux à venir : La Politique Agricole Commune (PAC) et la Politique Commune de la Pêche (PCP).

Politiques les plus intégrées au sein de l’Union Européenne, la PAC comme la PCP révèlent les degrés d’interdépendances entre l’UE et le Royaume-Uni. Londres importe entre 40 et 60% de viandes de volaille et porcine, de fromages, de pommes de terre et accuse un déficit commercial de 27 milliards d’euros avec le reste des pays de l’UE. La pêche fut aussi l’un des thèmes majeurs lors de la campagne référendaire de 2016 : Une large majorité de pêcheurs Britanniques ont voté pour le « Leave » afin de reprendre la maîtrise complète de leurs eaux territoriales. Le Royaume-Uni reste encore à ce jour le grenier de la mer de l’Union Européenne avec 40% des captures de l’ensemble de la pêche européenne. Par exemple, la moitié des prises française s’effectuent dans les eaux Britanniques !

Il est donc essentiel pour toute la filière agricole et halieutique de trouver un compromis dans le cadre du Brexit à venir. Hors, le rejet par trois fois de l’accord trouvé par Theresa May et l’UE à la chambre des Communes fait craindre le pire des scénarios. La résurgence d’obstacles tarifaires (droits de douane) et non tarifaires (contrôles, normes…) aux échanges affectera les relations agricoles et halieutiques. La question de  l’accessibilité à des produits alimentaires sera posée dans le Royaume. Le renchérissement des importations (suite dépréciation de la Livre sterling) augmentera le coût de l’alimentation.

 L’UE sera également affectée par le Brexit. La PAC va perdre un contributeur net à son budget dans un contexte de réforme difficile. Par ailleurs, les exportateurs européens risquent de perdre un débouché commercial de première importance avec la fermeture – totale ou partielle – du marché britannique. Et nous avons in fine les questions liées à la pêche. Un bouleversement se prépare dans l’accès à la ressource halieutique. Fermeture des zones de pêche, distorsion de concurrence (quotas absents pour les pêcheurs Britanniques) et donc risque de surpêche.

Il s’agit de préparer toute une filière (agricole, halieutique, viticole, laitière) à des lendemains plus difficiles. Particulièrement en France où les exportations vers le RU représentent un excédent de 3 milliards d’euros par an. De plus, dans un contexte global instable (tension commerciale avec les USA, enjeux sur les prix, gestion durable des ressources, reconnaissance du vivant…) notre pays (et non pas uniquement les acteurs des filières concernés) doit imaginer des réponses nouvelles à moyens et long termes pour faire face aux enjeux à venir. Le développement de l’Agriculture biologique, des circuits courts, des techniques de permaculture ainsi qu’un profond changement dans nos modes de consommation et de production seront sans aucun doute nécessaires. A court terme, il nous faut trouver un « general agreement » avec nos partenaires Britanniques afin d’éviter d’inutiles affrontements.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal — International
Lev Ponomarev : « La folie de Poutine progresse à mesure qu’il perd, puisqu’il ne sait pas perdre »
Lev Ponomarev, opposant à Vladimir Poutine, est un défenseur des droits, en exil pour avoir protesté contre l’invasion de l’Ukraine. Il dresse le tableau d’une Russie aussi accablée qu’accablante. Et raconte son expérience de demandeur d’asile en France.
par Antoine Perraud
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac