Quel avenir pour l’Ukraine ?

Suite au premier tour de l’élection présidentielle en Ukraine, il est incontestable d’affirmer que le vent de « dégagisme » souffle aussi à l’Est de l’Europe. Le profond désenchantement de la population à l’égard des institutions et de la classe politique en général semble devoir profiter à un nouveau venu, humoriste de profession, Mr Volodymyr Zelensky...

Quel avenir pour l’Ukraine ?

Suite au premier tour de l’élection présidentielle en Ukraine, il est incontestable d’affirmer que le vent de « dégagisme » souffle aussi à l’Est de l’Europe. Le profond désenchantement de la population à l’égard des institutions et de la classe politique en général semble devoir profiter à un nouveau venu,  humoriste de profession, Mr Volodymyr Zelensky. Arrivé en tête lors de premier tour le 30 mars dernier, il se trouve dans une position très favorable pour l’emporter lors du second tour du 30 avril prochain.

Aujourd’hui pays le plus pauvre du continent européen en termes de PIB par habitant selon les chiffres du FMI, l’Ukraine est la seule République ex-soviétique à ne pas avoir rattrapé son niveau économique de 1991. Certes, l’occupation de la Crimée en mars 2014 puis la guerre dans le Donbass n’ont pas arrangés une situation déjà préoccupante. Deux décennies de pillage organisé par les élites au pouvoir (politique et économique) laissent le pays très dépendant des aides extérieures pour sa survie.

 Le résultat de l’élection du 30 avril aura des conséquences importantes pour la région mais plus globalement pour la stabilité de l’est européen et de nos relations avec la Russie. Les accords de Minsk (2015) seront-ils enfin être respectés ? Mr Zelensky (s’il est élu) donnera-t-il la priorité au dialogue avec la Russie ou choisira-t-il la voie de la surenchère nationaliste et guerrière ? De ces choix (même si sa marge de manœuvre sera limité) dépendra en partie le règlement d’un conflit meurtrier aux portes de l’Union Européenne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.