Martin Benoit
Bloggeur anti-raciste, anti-sexiste.
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 avr. 2020

Un Revenu de soins maintenant!

Des organisations dans 33 pays appuient la demande d'un revenu de soins pour les gens et la planète.

Martin Benoit
Bloggeur anti-raciste, anti-sexiste.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En réponse au Covid-19 et à l'urgence climatique, des organisations du monde entier demandent un Revenu de soins maintenant!

Pour information, contactez : careincomenow@globalwomenstrike.net
Grève mondiale des femmes (Inde, Irlande, Pérou, Thaïlande, Royaume-Uni, États-Unis)
+44 20 7482 2496 or +1 215 848 1120
#RevenuDeSoinsMaintenant         

La Grève mondiale des femmes (GMF) et Femmes de couleur dans la GMF qui font campagne depuis des décennies pour la reconnaissance financière du travail de soins non rémunéré, se sont associés au Green New Deal pour l'Europe pour exhorter les gouvernements du monde entier à fournir un revenu de soins, dès maintenant. Un tel revenu rendrait prioritaire et soutiendrait le travail de tous les gens, de tous genres, qui prennent soin des gens, de l'environnement urbain et rural et du monde naturel. (Ce revenu de soins est très différent du revenu de base universel qui n’accorde priorité ni au travail de soins ni à l'urgence climatique.)

Jusqu'à présent, des organisations et des individus de 33 pays, du Sud et du Nord : femmes, défenseurs des droits humains, écologistes, travailleuses domestiques, agriculteurs de subsistance, personnes handicapées, défenseurs de l'allaitement maternel, opposantes au viol, opposants aux expulsions, travailleur.euses du sexe, mères pour les allocations… ont appuyé la Lettre ouverte aux gouvernements, maintenant traduite en 11 langues.

Les mesures drastiques prises pour répondre au Covid-19 montrent que les gouvernements peuvent agir rapidement et trouver de l'argent pour faire face aux « urgences » - s'ils le veulent. Mais, alors qu'ils proposent de remplacer une partie des salaires perdus, il n'y a pas de programme de secours pour les pourvoyeuses.eurs de soins, seulement plus de travail.

Tout le monde peut maintenant voir à quel point tout le monde dépend du travail de soins : à la maison, à l'hôpital, dans la communauté. Pourtant, la plus grande partie de ce travail inestimable, qui est généralement effectué par des femmes, n'est pas rémunéré. Lorsqu'il est rémunéré, il est habituellement le moins bien payé, ce qui reflète le statut peu élevé que les gouvernements et les entreprises accordent à celles et ceux qui le font, ainsi qu'à la vie et aux besoins de la plupart des gens dont nous prenons soin.

Près de 70% des professionnels de la santé dans le monde sont des femmes. [1] Elles et d'autres « travailleurs essentiels » risquent leur propre vie pour maintenir en vie les gens dans les hôpitaux et les maisons de santé, et pour s’assurer que tout le monde a accès à la nourriture et autres produits essentiels dans les zones rurales et urbaines. Par exemple, sur trois millions de personnes occupant des emplois « fortement exposés » au Royaume-Uni, 77% sont des femmes et un tiers (98% des femmes) perçoivent un « salaire de pauvreté ». Un grand pourcentage d'entre elles sont sous contrat temporaire ou à horaire zéro, et ce sont de façon disproportionnée des personnes de couleur et / ou immigrées, souvent privées des services et des ressources disponibles aux autres. [2] Aux États-Unis, 64% des 32 millions de « travailleurs essentiels » sont des femmes. [3] Des chiffres semblables émergent dans d'autres pays.

Mais pourquoi a-t-il fallu le Covid-19 pour amener les gouvernements à agir alors que nous sommes déjà confrontés à une urgence climatique ainsi qu'à une pauvreté et des inégalités croissantes, au viol et à la violence domestique, à la guerre et aux déplacements forcés à une échelle épidémique? Si cette pandémie nous enseigne quelque chose, c'est que nous ne pouvons pas revenir aux priorités économiques et sociales qui détruisent les gens et la planète dont nous dépendons. Les mesures de confinement d’urgence réduisent la pollution atmosphérique (qui tue environ sept millions de personnes par an dans le monde) [4] et font place au monde naturel. Nous devons nous appuyer sur cet acquis, et ne pas revenir à une croissance insensée qui nous paie pour un travail qui pollue et menace notre survie même.

Nous vous invitons à publiciser et à diffuser cette revendication vitale.

Notes

  1. OMS : Gender equity in the health workforce: Analysis of 104 countries
  2. Women’s Budget Group: Crises Collide: Women and Covid-19
  3. OMS : Air Pollution

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis