Boris se cache alors que Corbyn propose une Révolution industrielle verte

La Révolution industrielle verte s'attaquera à la fois à la crise climatique et à la crise sociale. Un investissement de 250 milliards de livres sterling d’un Fonds pour la transformation verte créera un million d'emplois décents et transformera notre industrie, l'énergie, les transports, l'agriculture et les bâtiments.

Alors le mouvement contre les changements climatiques se prépare à une autre grève mondiale ce vendredi 29 novembre, Boris Johnson se cache, et Corbyn avance son projet de Révolution industrielle verte dans le cadre de l'élection du 12 décembre.

Près de 3000 actions contre le climat ont déjà été signalées sur le site Fridays for Future qui appelle tout le monde à se joindre aux élèves et étudiant.e.s qui font grève le vendredi.

Alors qu’une grande chaîne de télé britannique (Channel 4) organise un débat entre les partis politiques sur la question climatique, Boris Johnson, grand ami de Trump, a refusé d'y participer. Pas étonnant quand on sait que les conservateurs reçoivent des millions de livres de dons d'entreprises de combustibles fossiles, tout en offrant un soutien sans précédent à l'industrie.

Les protestations des écologistes ont amené les Travaillistes a forcé le Parlement britannique a déclaré une « urgence climatique » en avril dernier. Les protestations des écologistes ont amené les Travaillistes a forcé le Parlement britannique a déclaré une « urgence climatique » en avril dernier.
Le Manifeste des travaillistes avance le projet d’une Révolution industrielle verte.  De quoi s’agit-il?

« La Révolution industrielle verte s'attaquera à la fois à la crise climatique et à la crise sociale. Un investissement de 250 milliards de livres sterling d’un Fonds pour la transformation verte créera un million d'emplois décents et transformera notre industrie, l'énergie, les transports, l'agriculture et les bâtiments », indique leur Manifeste.

« Nous commençons à voir des catastrophes à venir : on prédit l'une des pires inondations en Europe au cours des prochaines années coûtant des centaines de milliards de livres. »

Avec le reste du mouvement écologiste, il constate que les entreprises de combustibles fossiles sont les premières responsables des émissions carbone et qu’elles réalisent des milliards de profits. En fait, 20 des plus grandes entreprises de combustibles fossiles sont responsables de plus du tiers des émissions de gaz à effet de serre.

Devant cette urgence climatique, voici quelques-unes des mesures proposées :

  • Réduction de la grande majorité des émissions du Royaume-Uni d'ici 2030.
  • Taxe exceptionnelle pour les sociétés pétrolières, pour couvrir les coûts de la transition.
  • Propriété publique des lignes d'autobus, gratuité pour les moins de 25 ans, rétablissement de 3 000 itinéraires supprimés.
  • Création d’un million d'emplois dans les secteurs de l'énergie verte, de l'énergie, des infrastructures, des bâtiments et de l'agriculture
  • Création d’une banque nationale d'investissement et d’un réseau de banques de développement régionales, avec des prêts de 250 milliards de livres sterling pour des entreprises vertes, des coopératives et des projets communautaires conformes à la mission de décarbonisation.
  • Création d’un office d'investissement durable pour coordonner les investissements verts avec les syndicats et les entreprises. Les impacts climatiques seront intégrés aux budgets.
  • Ressources renouvelables pour 90% de l'électricité et 50% du chauffage d'ici 2030.
  • Construction de 9 000 éoliennes et panneaux solaires couvrant 22 000 terrains de football, développement de l’énergie nucléaire et marémotrice.
  • Création de nouveaux parcs et d’espaces verts urbains
  • Interdiction de la fracturation hydraulique.
  • Interdiction des entreprises qui bloquent l'action climatique d’être cotés en Bourse
  • Compensation de 4 milliards de livres en faveur des pays victimes de dommages climatiques.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.