Martine Chantecaille
Professeure de philosophie, élue locale à la Roche-sur-Yon, engagée à gauche.
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 févr. 2016

Martine Chantecaille
Professeure de philosophie, élue locale à la Roche-sur-Yon, engagée à gauche.
Abonné·e de Mediapart

La rhétorique du «tabou» et la leçon d’Orwell

Qu’il s’agisse de la question des 35 heures ou de la dégressivité des allocations chômage, la rhétorique du « tabou » à briser a encore envahi l’espace public ces derniers jours. « Encore » car, depuis plusieurs années, les déclarations visant à « détabouïser » sont légion.

Martine Chantecaille
Professeure de philosophie, élue locale à la Roche-sur-Yon, engagée à gauche.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qu’il s’agisse de la question des 35 heures ou de la dégressivité des allocations chômage, la rhétorique du « tabou » à briser a encore envahi l’espace public ces derniers jours.

« Encore » car, depuis plusieurs années, les déclarations visant à « détabouïser » sont légion. De Laurence Parisot qui, en 2012, voulait « détabouïser la flexibilité » aux déclarations de  ministres du gouvernement actuel sur le temps de travail, les seuils sociaux ou l’indemnisation du chômage en passant par la volonté exprimée par Bruno Le Maire en novembre 2013 d‘« apporter des réponses aux problèmes des Français quitte à briser un certain nombre de tabous » (il mentionnait tour à tour la réduction des dépenses publiques, la « simplification massive du droit du travail », la diminution de la durée de l’indemnisation chômage, la baisse des « charges », le « durcissement des règles du regroupement familial »), la liste des « briseurs de tabous » est longue et n’en finit pas de s’allonger.   

A chaque fois, l’emploi de cette rhétorique répond aux mêmes objectifs. Le premier est de délégitimer ce dont on parle en le renvoyant au domaine de l’irrationnel. Comme l’expliquait Freud, ce qui caractérise en effet les « prohibitions tabou c’est qu’elles ne se fondent sur aucune raison ; leur origine est inconnue ». Ainsi, faire entrer le repos dominical, les seuls sociaux, les 35 heures ou la dégressivité des allocations familiales  dans la catégorie des « tabous », c’est les renvoyer à une genèse mystérieuse, à une absence de fondement rationnel, loin d’un principe ou d’un acquis historique que l’on voudrait préserver parce qu’on en mesure la valeur progressiste. Il s’agit là d’une imposture sémantique par laquelle les « briseurs de tabou » entendent transformer des acquis sociaux et la boussole rationnelle du progrès en interdits mystérieux infondés.

Quant au second objectif de la « détabouïsation », il consiste à s’auto-désigner comme celle ou celui qui ose avec courage et raison s’interroger sur ce que par tradition, habitude, facilité intellectuelle ou crainte de représailles sociales on n’osait pas remettre en question.

Le manque d’originalité de la formule du « tabou à briser » devrait pourtant alerter toutes celles et tous ceux qui ne souhaitent pas, en réalité, n’être que des transmetteurs de formules creuses et d 'expressions toutes faites.

Dans un essai de 1946 intitulé La politique et la langue anglaise, Orwell  expliquait qu’au lieu de réfléchir méticuleusement aux mots que l’on emploie, il est toujours possible de s’épargner cette peine et de laisser notre esprit « envahir par les expressions toutes faites. Elles construiront- expliquait-il ainsi- des phrases pour vous, elles penseront même à votre place, dans une certaine mesure et au besoin elles vous rendront un grand service en dissimulant partiellement, y compris à vous-même, ce que vous voulez dire». Ainsi, un politique qui ne prend pas la peine de réfléchir au sens des mots « est en voie de faire de lui-même une machine. Les bruits appropriés sortent de son larynx, mais son cerveau n'est pas impliqué comme il le serait s'il choisissait ses mots lui même. Si le discours qu'il fait est quelque chose dont il est habitué à parler encore et toujours, il est probablement presque inconscient de ce qu'il dit, comme quand on dit les répons à l'église. Et cet état réduit de conscience, sinon indispensable, est en tout cas favorable à la conformité politique ». Contrer la « décrépitude du langage » n’est pas chose aisée «  On ne peut pas changer tout celà en un instant -reconnaissait Orwell-  mais on peut au moins changer ses propres habitudes et de temps en temps on peut même, si on se moque assez fort, envoyer quelques expressions usées et inutiles - quelque sous la botte, talon d'Achille, foyer, melting pot, épreuve décisive, enfer véritable, ou autre déchet verbal - dans la poubelle, à laquelle il appartient.

Sans ce travail exigeant sur le poids des mots, aucune bataille culturelle ne pourra se mener.Il est pourtant urgent de contrer l'idée d'une absence d'alternative aux poncifs libéraux.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
Dans le viseur de la HATVP, Caroline Cayeux quitte le gouvernement
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial