Martine Chantecaille
Professeure de philosophie, élue locale à la Roche-sur-Yon, engagée à gauche.
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 janv. 2022

Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme

La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.

Martine Chantecaille
Professeure de philosophie, élue locale à la Roche-sur-Yon, engagée à gauche.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La question de la pertinence du système des parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle par la voix de celles et ceux qui s’inquiètent de ne pas pouvoir candidater, faute d’avoir obtenu les 500 signatures d’élus nécessaires.

Ce système se donne comme fonction d’éviter les candidatures trop nombreuses en présélectionnant celles et ceux qui pourraient prétendre concourir à l’élection clef de voûte de la Vème République. Or, si l’on peut entendre - en faisant abstraction de la question  de la pertinence démocratique de l’élection présidentielle- que, pragmatiquement, un filtre soit nécessaire, la nature de celui-ci mérite d’être interrogée.   

Plutôt que de vouloir la suppression de l’anonymat des signatures apportées afin que des élus puissent, même sans les soutenir, permettre à untel ou une telle de candidater comme plusieurs candidats le réclament, l’interrogation devrait porter sur le fait même de confier à des « élus-grands électeurs » le soin de cette sélection pour une élection à laquelle nous pouvons -et c’est le moindre mal !- toutes et tous participer.

Si le retour à l’anonymat des signatures peut aboutir au même résultat que l’élargissement citoyen des signataires, à savoir ne pas écarter telle candidature par faute de suffisamment de soutiens partisans chez les grands élus, le sens démocratique n’est pas le même.

D’un côté, nous redoublons le présidentialisme (déjà si problématique) d’une procédure de sélection toujours indirecte et redevenue opaque, de l’autre, nous confions cette tâche aux citoyennes et citoyens, en conditionnant la possibilité de candidater à un nombre suffisant de leurs signatures. 

Face à la défiance démocratique générée, notamment, par des institutions à repenser, garder la transparence en élargissant le champ de la responsabilité de la sélection des candidatures semble a minima  la meilleure voie…en attendant un souhaitable changement constitutionnel !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix