Martine Chantecaille
Professeure de philosophie, élue locale à la Roche-sur-Yon, engagée à gauche.
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 nov. 2021

Quand la gauche se love dans le présidentialisme au lieu de le combattre

Par cohérence avec leur critique justifiée du présidentialisme, les forces de gauche devraient vouloir incarner l’alternative institutionnelle qu’elles défendent, pour la rendre crédible et privilégier le programme sur les candidatures. Mais le présidentialisme est vraiment un fléau difficile à dépasser...

Martine Chantecaille
Professeure de philosophie, élue locale à la Roche-sur-Yon, engagée à gauche.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelle devrait être l’attitude des forces de gauche face à une élection présidentielle dont elles dénoncent à juste titre régulièrement l’archaïsme ?

Par cohérence avec la critique du « crétinisme présidentialiste » et son mythe de l’homme providentiel, et à l’heure de la démonétisation de la parole politique, elles devraient vouloir incarner l’alternative institutionnelle qu’elles défendent pour la rendre crédible et privilégier ainsi le programme sur les candidatures.

Mais le présidentialisme est vraiment un fléau difficile à dépasser et cette campagne de 2022 le démontre tous les jours.

 Malgré les urgences sociales et environnementales, malgré la faiblesse des forces de gauche (faiblesse qui, au passage, doit beaucoup à l’héritage de l’exercice du pouvoir trop présidentialiste du dernier quinquennat et à des décisions d’un exécutif contraires à l’esprit et la lettre des engagements et nécessitant des 49.3), la dispersion actuelle des candidatures mène, nous le savons toutes et tous, dans le contexte actuel, à une nouvelle défaite hautement probable.

Comment ne pas souligner l’attitude paradoxale de ceux qui refusent tout accord pour l’élection présidentielle mais envisagent un contrat de mandature pour les législatives ? Impossible pour l’élection présidentielle, un accord programmatique serait envisageable pour les législatives… Alors que nous connaissons l’effet de l’inversion du calendrier sur le résultat des législatives, cette attitude témoigne de la simple volonté des appareils partisans de persister dans leur être par une survie parlementaire d’opposition qui, en aucun cas, n’améliorera la vie de celles et ceux qu’ils prétendent défendre. Combattre le présidentialisme véritablement, ce serait faire primer l’accord de gouvernement et donc le programme commun sur l’incarnation présidentielle.

Les propositions du « socle commun » de la primaire populaire, travaillées avec les partis comme avec des organisations citoyennes montrent que c’est possible. Il faut en tout cas le tenter !  

Mais voilà, le présidentialisme sévit et, loin de cette volonté stratégique de travail sur les convergences, il se traduit par un narcissisme des petites différences, où chacun entend souligner ce qui les différencie des autres, allant parfois jusqu’au concours Lépine des propositions les plus iconoclastes et les moins rassembleuses, y compris sur l'immigration, alors que nos oreilles sont saturées de discours xénophobes et racistes.

Alors oui vivement la VIème République mais, pour cela, il faut une stratégie de dé-présidentialisation et ce dès la campagne pour la présidentielle.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77