De Ku'masi a Cape coast

La manière de se déplacer au Ghana mérite un billet à elle seule. Dans Kumasi, grande ville de plus d’un million d’habitants, il y a de nombreuses gares routières ; Metro Mas, à elle seule, en a plusieurs suivant les destinations.(STC est l’autre grand compagnie et il y a tous les taxis collectifs et autres)
1° repérer la gare dont partent les bus dans la direction que vous avez choisie. Dans notre cas Abrepo junction.
2° dans la gare, au milieu des centaines de personnes qui, comme nous veulent partir, repérer l’endroit d’où partent les bus pour notre direction et où est la fin de la file d’attente pour se mettre dans la queue.
3°Patienter en s’amusant des disputes à voix très hautes, passionnées et longues qui éclatent quand quelqu’un veut gagner du temps ; par exemple quelqu’un fait la queue seul et achète 10 tickets pour ses amis ou encore quelqu’un ne respecte pas l’ordre d’attente. Tout le monde s’en mêle et donne son avis à très haute voix ;personne n’en vient aux mains ; comment expliquer ce haut niveau de dispute sans pour autant de réelle intention guerrière ;il me semble que, chez nous avec ce niveau là, il y aurait déjà eu des jeux de mains ou de poings.
4° peut-être aurez-vous droit à une distribution de petits bouts de papier avec des numéros qui vous donnent rang dans un ordre d’attente mais lequel ?
Quand le vendeur ou la vendeuse de tickets arrive, restez toujours aussi calme ; des mouvements de contestation vont de nouveau avoir lieu.
5° enfin vous avez votre ticket avec, au dos, le n° de votre place ; vous constatez qu’il n’est pas le même que celui de la file mais peut importe si d’autres ont réussi à se faufiler ; l’important est d’avoir une place, de mettre vos gros bagages dans la soute, de monter vous caler dans la place et de ne plus bouger ; de toute façon vous ne pouvez pas !
Si le voyage dure 4h vous aurez droit à un arrêt de 15 minutes pour manger du fufu ( Pâte à base de bananes plantain) ou des fruits, des gâteaux, des boissons fraiches ….
Le bus fonce, ralentit pour franchir les trous qui ornent la route ( parfois pas assez et vous sautez) et fonce à nouveau.
Ah un conseil : si jamais vous vous mettez à penser à ce qui se passerait si un pneu crevait, laisser passer cette pensée sans vous y attarder.

NB desolee si je n ecris pas plus mais i;aginez vous dans un pays dont vous ;aitrisez tres moyennent la langue et les manieres de raisonner...vous coyez avoir conclu un accord par exemple pour un rdv et non, il faut confirmer. Et internet n est pas si simple que chez nous enfants gates aue nous sommes.

La mer est belle, chaude, les noix de coco fraiches delicieuses . a bientot

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.