Ouolonkoto

Mercredi matin nous sommes donc partis dans l’Opel Vectra en bon état de Issouf en direction d’Orodara ; nous étions 4, Françoise Diep, conteuse, Daniel, son mari, Bernard et moi. Orodara est la dernière grosse bourgade sur la route du Mali, à environ 85 km de Bobo ; c’est une ville administrative et commerciale ; le goudron est en bon état, la route droite ; parfois on voit arriver en face un camion très chargé : plusieurs mètres de hauteur au-dessus des rambardes avec, souvent, des gens dessus ( il n’y a pas de ponts ici donc pas limitation en hauteur) ; on croise un véhicule tous les ¼ h environ ; on traverse des villages de temps à autre ; la route est bordée d’herbes hautes.
Nous déjeunons à Orodara (riz gras ou riz sauce ?) avant d’acheter du riz pour offrir. Encore une vingtaine de km sur le goudron avant de bifurquer sur la piste en terre pour atteindre Ouolonkoto au bout de 7km ; attention on ferme les vitres pour ne pas bouffer la poussière ; mieux vaut avoir chaud !


Françoise ( http://www.ateliersdartistes.com/spip.php?rubrique1) a participé à la création du festival de contes Yeleen, ici à Bobo à la fin du siècle dernier
http://www.maisondelaparole.org/festival-yeleen.html ( le programme de Yeleen 2010 n’y est pas encore)
Elle a ensuite cherché à faire du collectage ; François Moise Bemba, lui aussi conteur, l’a emmenée au village de sa mère, Ouolonkoto. Depuis 2003 Françoise vient tous les ans et a déjà publié plusieurs livres dont « contes et légendes du Burkina-faso recueillis en pays Senoufo » chez Flies France.
Sibiri et Soumgalo sont depuis ce temps ses accompagnateurs et traducteurs.
Sibiri sait que nous arrivons et il est en train de discuter avec un groupe d’hommes sous l’auvent de l’une des épiceries du village….

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.