Ouolonkoto - Bobo

La 2° journée fut riche de rencontres diverses, de discussions approfondies qui nous ont amené à être face à nos interlocuteurs, sans détours, visage en vis-à-vis de l’autre visage car ils avaient une qualité de présence exigeante, sans se positionner jamais en quémandeur.
La 2° soirée fut consacrée au spectacle , car comme l‘a dit le directeur-adjoint de l‘école, un des intérêts majeurs des échanges entre leur village et le nôtre c’est l’enrichissement et l’échange culturels ; musique par les femmes : quand elles s’installent, elles sont 3, d’autres arrivent peu à peu , se joignent au noyau pour jouer, chanter, taper dans les mains ; le public aussi s’est étoffé insensiblement ; la scène est éclairée par un néon alimenté par une batterie. En 2° partie de soirèe, la troupe de théâtre joue des sketches écrits et mis en scène par Midou et Sibiri, qui sont aussi acteurs avec 5 autres jeunes (1 seule fille). Ils souhaitent faire passer des messages à travers le comique des situations : 1 homme a 2 femmes ; l’une est méchante et nuit à sa coépouse et às on épouse, les 2 enfants des 2 femmes, dégoûtés quittent la maison ; quand ils reviennent, celui de la méchante ne rapporte qu’une boite de tabac et une pièce alors que l’autre rapporte la fortune. Consulté, le sorcier répond que c’est à son fils qu’elle a nui surtout. Une sorte de fable en somme.
Les thèmes abordés sont nombreux : le sida, l’excision, le trafic d’enfants…. Le public est écroulé de rire ; c’est communicatif et nous rions de bon cœur nous aussi car notre connaissance du dioula est pratiquement nulle.
Au moment de notre départ, le vendredi, les potières, en groupe sont venues dire au revoir, toujours aussi gaies et rieuses. L’émotion est là….à bientôt j’espère !
Nous arrivons à la maison à la nuit tombée ce 24 décembre. Odette, Albertine ( sœur de Dieudonné venue à la rescousse), Pasco ( qui est en fait la petite sœur d’Odette même père-même mère et non une petite bonne) et Rosalie, qui est bien une petite bonne, Lukman ( neveu de Dieudonné qui vit ici aussi, dans la famille) travaillent d’arrache-pied à préparer des poulets, de la graine de couscous, des crudités pour la fête de demain ; elles seront à la tâche jusqu’à 1h du matin et reprendront à 5h le lendemain.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.