Martouune
Etudiant en prépa maths spé
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 juil. 2021

Lettre à Manu !

Je ne crois plus en rien. J’ai 19 ans, en 2021, et je ne crois plus en rien... Ne comptez pas sur moi pour vous réélire au second tour, contre qui que vous soyez.

Martouune
Etudiant en prépa maths spé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

              Monsieur le Président de la République,

Je suis Martin, un jeune étudiant comme un autre. J’ai la chance d’avoir une maigre bourse et des parents aimants et là pour moi, donc je vis bien, je me lève tous les matins pour aller en prépa, et bientôt à la fac. Je traverse la ville, rebelotte le midi pour manger, puis encore le soir pour rentrer. J’habite à Marseille. Et tout au long de mes allées et venues, à vélo, que vois-je ? De la misère. Toujours autant en 2021. « On » a beau la repousser, à coup de mobiliers anti-sdf tels des bancs avec accoudoirs ou autres, elle persiste, pourtant sous votre quinquennat. Vous qui aviez promis que, « moi Président », à la Hollande, il n’y aurait plus personne dans la rue, dans le besoin.

Et pourtant.

Et pourtant, il n’en faut que peu.

Peu pour résoudre des problèmes humanitaires, concrets, pas bien compliqués.

A manger, un toit, un travail. D’ailleurs, peut-être qu’un travail payé à sa juste valeur résoudrait les 3 à la fois.

Mais non, vous persistez. Gérer des crises, au jour le jour, covid, attentats, ouragans, ça vous savez faire (quoique). Mais vous occuper de personnes françaises ou sans papiers, abandonnées par la société ou réfugiées, ça non, ça vous est égal, ça n’existe pas.

Ceci dit, « il y a les gens qui réussissent, et les gens qui ne sont rien ». Un sage a dit cela, paraît-il.

On voit donc bien clair dans votre jeu ; c’est dommage ! Si j’avais été majeur en 2017, j’aurais sans doute voté pour vous au second tour. « Le moins pire », dans l’idée que vous tiendriez au moins vos promesses de front contre l’extrême droite, celles qui relèvent d’humanité et qui, donc, vous différencient de l’ « ennemi tout puissant », tout simplement. Eh bien non. Vous vous en fichez.

Elu grâce à des votes progressistes. Sur des promesses en l’air. Une fois de plus.

Pour quelqu’un incarnant le changement, la rupture, qui plus est après d’autres qui s’en revendiquaient tout autant, vous faites fort.

Ne comptez pas sur moi pour vous réélire au second tour, contre qui que vous soyez. Je suis certes jeune mais je vois déjà clair dans votre jeu. On ne se fait pas berner plusieurs fois. Réfléchissez vraiment à vos priorités. Pendant que vous faites tous les cadeaux du monde aux plus riches, à vos amis milliardaires, des gens meurent. Oui, meurent. Et de faim. Une mort bête, évitable, facilement, qui ne « coûterait » même pas un « pognon de dingue ». Et pourtant, été comme hiver, des gens meurent de chaud, de froid, dans notre beau pays qu’est la France, et vous n’y avez en aucun cas remédié. D’autres sont sous-payés, malgré leur dur labeur, et même une fois retraités.

Je ne crois plus en rien. J’ai 19 ans, en 2021, et je ne crois plus en rien. Ce n’est qu’en partie vous, vous en représentez l’apogée, mais vous avez détruit ma vie, mes espoirs. Ma volonté d’une vie juste, équitable, sociale, commune, humaine. Je vois bien que tout ça est vain, et je n’ai plus aucun espoir. Je n’ai plus envie de militer, plus envie de me battre pour mes profondes convictions de justice sociale. De toute manière, dans votre « démocratie », les avis divergents n’ont aucune place. Ne vous étonnez pas si vous perdez les gens, le demos, le peuple. Il arrive un moment où ne se fait plus berner. On abandonne juste.

Bonne chance pour votre réélection.

Vous aurez au moins ça sur la conscience, et ça, vous ne pourrez pas l’éviter : briser d’innombrables vies humaines qui ne demandent qu’à s’impliquer.

Dont la mienne : pourquoi, comment continuer à étudier dans un monde aussi cruel. Comment trouver la volonté de participer à ce monde dans lequel je ne me reconnais pas un seul instant. Cela aussi, vous l’aurez sur la conscience.

Ou peut-être pas. Peut-être que vous passerez outre, et passerez les 30 prochaines années de votre vie à me traiter d’assisté. Alors que je ne demandais qu’à participer à une vie commune. N’est-ce pas ironique ?

Mais me faire exploiter pour une société inégale et qui le restera ?

Non, merci.

Martin

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin