DE 1981 A NOS JOURS

Je voudrais apporter mon point de vue aux questions posées sur les ententes entre les socialistes et la droite (termes hautement politique, qui me semble bien confondus). Je ne connais pas toutes les salades et magouilles entre droite et gauche, mais de ma vision, il me semble bien qu'ils se connaissent trop bien les uns les autres.

Ce que je retiens, c'est une forte ressemblance avec la période 1981. D'ailleurs nous avons presque les mêmes mimiques. Je veux préciser qu'en 81, nous avons eu avec la réforme des 35h une série d'avantages sociaux passés à la trappe, avec la fin des conventions collectives, le blocage des salaires, abandon de congés payés et tout ce qui a pu en découler, chambardement dans les groupes, les entreprises, valses de rachats et de liquidation, valse des nationalisations et des dénationalisations. Entre-temps une bande de grands sbires se partageaient les pouvoirs de nos sociétés, se faisaient le coup des chaises tournantes et se constituaient les retraites chapeaux et s'organisaient pour nous liquider les uns derrières les autres. J'ai même vu une affiche dans un centre comme une bourse du travail, et cette affiche disait, "vous souhaiter réduire votre personnel, procédez à une délocalisation.

Cette méthode efficace bien entendu, a mis sur les routes et dans les transports en commun des milliers de personnes qui traversaient la banlieue du NORD au Sud pour garder son boulot et finir en loque, en déprime, parce que les conditions de travail devenaient en plus épouvantables.

Et 30 ans après nous retrouvons les mêmes soi-disant socialistes qui n'ont fait que penser à réduire les salaires (oui on peut le dire ainsi, puisque lorsque que l'on permet des augmentations de 5 à 10% sur des postes de charges lourdes pour un foyer comme le chauffage entre autre, dont y compris les transports) alors que les salaires sont bloqués "ad vitam æternam", c'est loin d'être du social ! Malheureusement pour nous, il y avait des sujets que la droite n'arrivait pas à faire avaler mais comme en 81, la gauche va s'en emparer et faire aboutir, aussi facilement qu'une lettre à la poste. Je pense à la réforme des retraites, à l'abandon des CE et autres représentations syndicales, à continuer le blocage des salaires. Et même, en plus on passe de la pommade aux patrons en leur permettant de ne pas payer de charge sur les bas salaires.

Si avec cette réforme, ce n'est pas pour tirer les salaires vers le bas, expliquez-moi comment l'inverse se fera. Mais cela s'appelle le pacte de responsabilité.

Je n'ai rien contre les patrons, bien au contraire, mais ceux-là ne sont pas des patrons, ce sont des sangsues, ils se font des salaires sur le dos des employés et des usagers, c'est du vol manifeste, ce n'est ni de la responsabilité, ni du travail. D'ailleurs, on voit bien leur degré de responsabilité. Il est si bas, qu'il se cache derrière leur chapeau pour se dire "pourvu qu'on ne voit pas que j'ai piqué ça à telle société. Ce sont des chacals et surtout pas des responsables. Si tel était leur devise, il y a bien longtemps qu'ils auraient arrêté leurs singeries en se faisant passer pour les pauvres malheureux avec trop de charges.

Oui de vrais petits patrons sont dans la merde comme tout le monde; mais pas ces requins-là. D'ailleurs, ils ne vont pas courir pour leur filer un coup de main aux petits, mais plutôt s'organiser pour leur piquer le peu de boulot qui reste. Cela aussi je l'entends autour de moi.

C'est une honte monumentale. Moi quand je suis responsable, ce n'est pas pour mettre mes collègues dans la merde, mais pour sauver ce que je peux sauver.

Actuellement, ils n'ont pas finis leur boulot de sape, ce qu’il reste à faire c'est de descendre nos avantages sociaux, notre couverture sociale. Notre SECURITE SOCIALE, notre Caisse d'allocation familiale, notre couverture ASSEDIC, nos CAISSES DE RETRAITE sont entrain de passer à la trappe. Sous prétexte qu'il n'y a pas d'argent, avec des faillites bien déguisées, nous allons droit devant. Après qui pourra s'offrir une couverture sociale. Plus beaucoup de monde, j'en suis certaine.

Ils n'ont pas honte de mettre des gens, jeunes ou vieux ou pas encore et toujours en capacité de travailler en précarité; Il est impensable et inacceptable que des anciens travailleurs, que des travailleurs actuels, ou que des chômeurs, n'est pas de quoi vivre. Non, ce n'est certainement pas ce que ces gens ont envie de vivre. Tout ce que chacun demande c'est d'avoir un salaire qui permet de régler ses charges et de pouvoir manger correctement. Mais ça c'est devenu un luxe. Ces pauvres sont devenus des pestiférés, des illettrés, des glandeurs.

OH combien de SMIC, passent dans les loyers des bureaux de tel personnage politique qui sont pour la beauté du geste payé par l'Etat. Ce même personnage qui ose dire que les gens qui ne travaille pas ne mérite pas de salaire. Bien sur que lui, "il travaille beaucoup" et même qu'il emploie du personnel ou qu'il case la famille au frais de qui ? l'ETAT bien sûr. HONTE A TOUT CES GENS QUI S'EN METTENT PLEIN LES POCHES, y compris dans les assemblées quelconques qui se font des places en or pendant que les autres regardent leur feuille d’impôts et taxes d'habitations grimper à coté de leurs assiettes presque vides. [voir le reportage sur D8 d'hier soir le 22/01 sur la gaspille de l’État];

J'espère que l'élan sorti après ces terribles attentats va permettre de redonner de la force aux personnes pour refuser ces abus de pouvoir, et faire réagir en redemandant nos comptes, notre argent , notre qualité de vie.

Comment donner de la crédibilité à des personnes qui se sont arrogés tous les droits, se sont autorisés toutes les magouilles en jouant "au pas vu pas pris", mais si tu me prends" je dirais que toi aussi"....alors que toi pauvre citoyen si tu fais un pas de travers tu te ramasses une amende, un redressement, et tu ne vas pas pouvoir demander au voisin de payer à ta place.

J'attends toujours les effets sur les lois bancaires et autres belles promesses pour interdire, empêcher ou redresser les tricheurs. Bien sûr, on en parle de temps en temps, mais je ne me fais guère d'illusions, je suis certaine, qu'un article de la loi, permettra de contourner tout ce qui est devenu défendu. Là aussi ce sont les champions. Essayer de faire appliquer une loi, en droit social notamment, vous pouvez vous y prendre à l'avance et être assez coriace pour arriver à vos fins.

Je pense et j'espère qu'il y a véritablement des vrais hommes de politique ou de responsabilité diverses qui sont sincères, qui font les choses honnêtement et ceux-là, je leur tire mon chapeau parce que je me doute qu'il doit être bien difficile de survivre dans de tels milieux. Merci à eux pour leurs efforts, pour leur compréhension et leur approche de l'homme et de la nature, en évitant le pouvoir de l'argent et de la magouille. Je sais que beaucoup de petits groupes sincères s'associent pour faire des belles prouesses dans diverses secteurs;

Oh que oui; je les remercie pour leurs forces, leurs courages et leurs respects. Et c'est bien à eux que je me raccroche et en qui j'espère chaque jour pour nous mettre en place une vie meilleure.

Les autres je souhaite qu'ils soient mis face à leur responsabilité et qu'ils soient obligés de rendre des comptes. Cela je le veux aussi .

Je suis charlie et je les remercie pour leur courage et leur force, pour le chemin qu'ils vont nous faire parcourir, pour l'éveil des consciences qu'ils apportent à travers ce passage terrible.

Aussi, j'ai décidé que j'avais droit de dire et de revendiquer mes souffrances et mes colères,

Que la nature, la vraie vie, l'honnêteté, la vaillance, le courage, la responsabilité tout cela dans la laïcité et la république reprennent leurs droits, leurs places et leurs existences.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.