A Aubervilliers, portraits de... punaises

290px-carpocoris-purpureipennis-hd
Il paraît qu'à Paris, il y a plus de punaises qu'à Aubervilliers... vous savez ces parasites des sommiers et matelas. Il y a surtout plus de personnes en mesure de payer la désinfection, compte-tenu du montant de l'intervention : 400 euros ou plus... tout dépend du degré d'infection. Un ami en fut victime. Son aventure valait bien un portrait !

Tranquillement installé dans son canapé, soudain il en voit une. Pas de doute, il ne rêve pas. Il ne comprend pas, compte-tenu de la propreté à laquelle il tient plus que tout, et appelle un spécialiste. Le conseil est le suivant : " Scotchez toutes les arrivées d'air ! ". Chose dite, chose faite.  Quelques heures après il a trouvé sur le scotch des punaises prises au piège de l'arrivée d'air de la colonne. Preuve est faite qu'elles circulent dans l'immeuble. Il n'hésite pas et fait intervenir le spécialiste de l'éradication des insectes envahisseurs. 

Il doit tout mettre dans des cartons qui seront désinfectés. La maison est vidée afin que l'opération puisse se dérouler selon les règles.  Tout se passe bien.

Mais...

quelques jours après il croise son voisin immédiat et lui demande si par hasard il a quelques punaises. Oui lui répond tranquillement ce dernier qui l'invite à venir voir. Il rentre et approche du matelas... Là ce n'est pas une punaise, mais une "punaisière" si ce mot existe...

Cela grouille. Il n'en croit pas ses yeux. Un autre voisin ouvre sa porte, puis un autre... Tout le monde est envahi par une légion de punaises. Le propriétaire de l'élevage veut bien faire... il soulève le matelas, le traîne vers l'ascenseur, en libérant quelques unes qui trouvent immédiatement refuge ! Il jette le matelas au sol, et dans la chute n admire une envolée de punaises.

"Mais vous êtes inconscient, lui crie-t-on ! Il faut éviter de passer comme ça dans les couloirs." Bon enfant et voulant aider il jette cette fois-ci le matelas par la fenêtre, au effets encore plus visibles que précédemment.

Qu'est devenu mon ami, pendant ce temps ? Blême il a compris que rien ne pourrait être fait. Alors il a envoyé les enfants chez les grands parents et a vidé l'appartement. il n'y reviendra plus.

"Punaise : tu as l'air fatigué", lui dit un collègue le lendemain matin.

Il ne savait pas...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.