A Aubervilliers, portraits de...la team mobile...encore !

Attrapez le fil

60656146-1032612286937216-7724161269225226240-o
Qu'est-ce qu'une stratégie ? Au départ c'est un art militaire. La guerre règle les affaires humaines. Art du calcul. Des additions et des soustractions. Il y a peu on nous parlait de guerre contre le Covid 19 et Trump redécouvrait les vertus de l'eau de javel comme arme de combat. Stanley Kubrick n'est pas loin. Du coin de l'oeil de sa caméra, il épie les multiples avatars de Folamour, ce Docteur prototype de toutes les dérives en pleine mer.

Hisser à ce niveau de non sens les élections municipales n'est possible que dans des villes où le pantomime est un principe emprunté au cinéma burlesque. Principe réversible. Le burlesque déclenche le jeu grimaçant de ses spectateurs. Fin de partie. Pour qui ? Toute la question est là.

La candidate sortante telle les érinyes de la tragédie grecque, tente de couper le fil ténu qui rattache ses concurrents à la volonté de conquête d'un siège dont le Père Ubu dans sa couardise et sa boulimie n'aurait peut-être pas voulu. Le fil de la fileuse ne cesse de s'emmêler. Qui tente de résister à la vengeresse se verra reléguer en bas d'une histoire sans fin où les licornes rêvent prince charmant et douce donzelle. Pour dénouer la trame elle a appelé un médecin. Même pas un serial acteur. Non. Juste un figurant. C'est ce qu'elle croit. Lui a cependant une stratégie. Deux bras qui lui servent de béquille en cas de chute. Pas dans l'escalier. Dans les sondages seulement. Il assaisonne le socialement correct au politiquement usé. Il tient le mât, tel Ulysse résistant aux Sirènes. Son Odyssée il la fera. Folamour n'a pas le temps de se laisser aller au chant de la séduction. Sa mission s'il l'accepte consiste à semer des cailloux sur le chemin de la candidate sortante afin qu'elle suive la bonne rive au lieu de sourire au milieu d'un bassin où les sirènes ne viennent plus jouer depuis qu'un groupe de chercheurs s'est penché sur les transformations esthétiques d'un lieu qu'ils n'habitent même pas...

Les trois ombres qui s'agitent au milieu de la place cherchent aussi à attraper le fil. Le plus vieux, le plus malin, n'a plus l'âge de jouer à 1,2,3, soleil. S'il le faut il rejoindra le boulevard du Crépuscule, ce temps où le muet permettait aux acteurs de rester beaux dans leur silence.

Dans le silence, la team mobile surgit de nulle part. Pas de grands discours. Une main se tend...et le fil se détache doucement dans l'entrefilet de ces lignes.

L'histoire peut commencer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.