A Aubervilliers on prépare les élections.

Acte II : Marc Guerrien présente "Réveiller Aubervilliers".

« Tous nos socialistes déclarés, ceux qui s’affichent comme tels, soit dans le pays, soit à l’étranger, ne sont que des libéraux », affirme Evguéni Pavlovitch, un personnage de L’Idiot de Dostoïevski. « Tous nos socialistes déclarés, ceux qui s’affichent comme tels, soit dans le pays, soit à l’étranger, ne sont que des libéraux », affirme Evguéni Pavlovitch, un personnage de L’Idiot de Dostoïevski.

Il arrive très détendu, même s'il a fait un demi-tour de périph pour arriver ici, à Aubervilliers. Eh oui je travaille moi! Pas le temps de me promener dans les cages d'escaliers. Et de rajouter qu'il n'est pas un territorial, n'appartient pas à la fonction publique. 

J'en induis au risque de m'égarer, qu'il y a là une pensée en rupture avec l'Etat providence, et je cherche où me raccrocher pour comprendre le sens du mot "socialisme"en cette année 2019.

Car Marc Guerrien est secrétaire de section du Parti Socialiste. Pour l'heure il a lancé un rassemblement autour du thème "Réveiller Aubervilliers". Les gens ne veulent plus entendre parler de parti, dit-il au moment de notre entretien. De toute façon, les Municipales c'est du local. ça n'engage pas une réflexion idéologique. Les citoyens veulent des solutions à des problèmes précis. A cette fin, le mouvement a construit un questionnaire, pour l'essentiel fermé, qui sera pris en compte pour la rédaction du programme. Ici pas d'affect, mais du cadrage.

Ce n'est pas l'homme de la compassion. Il en a même assez de ces lamentations.  A l'a-topos il préfère "les lieux", ces lieux (topoi) à jardiner, décorer. La vie  est faite aussi de petits plaisirs, dit-il, le regard perdu dans quelques songeries. Non il n'est pas utopiste. A surtout une ambition pragmatique pour la ville. Il a un côté "utilitariste". Selon l’utilitarisme, une bonne action est bonne parce qu’elle maximise le bien-être et une mauvaise action est mauvaise parce qu’elle ne maximise pas le bien-être. Autrement dit, une action est bonne si, et seulement si, elle produit au moins autant de bien-être que chacune des actions alternatives. Dans le cas contraire, elle est mauvaise.

Aucune quête moralisatrice de fait. Il insiste : le privé ce n'est pas le public. Il n'adhère pas à l'idée d'une empathie avec les concitoyens. Libéralisme politique oblige. Je ne défends pas le libéralisme économique, s'empresse-t-il de rajouter. Surtout qu'il a ouvert le mouvement à d'autres militants que ceux du PS.

Je note au passage, pour ma gouverne, que nous sommes en train de parler de lui, de ses convictions et très peu finalement du "mouvement". Normal que le PS n'apparaisse pas sur vos affiches ? Pas évident quand on les voit de deviner que c'est le PS derrière, à moins qu'on ait remarqué que l'enseigne du local du PS, vers les quatre chemins, s'appelle désormais "réveiller Aubervilliers"... sans aucune référence à son nom d'origine.

 

Il est temps selon lui d'en finir avec les dynasties qui ont mis en place un système de clientélisme. On a le sentiment que cette ville leur appartient rajoute-t-il.

Serez-vous tête de liste ? Modestement ce diplômé d'EHESS, répond que ce n'est pas le moment de se poser cette question. Il faut construire le programme après la consultation. Reconstruire une démocratie participative. 

J'ai finalement renoncé à lui demander de clarifier la distinction entre consultation et participation. 

En tout cas merci d'avoir participé.

* Sur l'utilitarisme voir L'Encyclopédie Philosophique

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.