Echarpe violette

C'est une équipe, une « team »à l'écharpe violette, du bleu mêlé à du rouge, la couleur dominante d'Aubervilliers depuis 1923.

85198742-2464839007088904-6830624831172509696-n


De 1923 à 1944, Pierre Laval, l'homme à la cravate rouge, est maire d'Aubervilliers. Après avoir été l'avocat de la CGT et membre du Parti Communiste cet exempté de la guerre de 14-18 devient sous Vichy un des plus fervents collaborateurs de Pétain, aux côtés de son ami Doriot, futur lieutenant de la WaffenSS, maire de saint Denis. Les communistes remportent les élections à la Libération en la personne de Charles Tillon de 1945 à 1953. De 1957 à 1984 André Karman, le père de Jean-Jacques, est maire PCF après l'intérim d'Emile Dubois qui remplacera Charles Tillon évincé du PCF. Jack Ralite prendra la relève. Il passera en cours de mandat le poste de maire à son gendre Pascal Beaudet qui le perdra en 2008. Le socialiste Jacques Salvator prend la mairie et en 2014 Pascal Beaudet remporte la victoire... puis démissionne. M. Derkaoui le remplace. Pour faire bref, disons que la ville d'Aubervilliers est la ville des longs mandats... et depuis Tillon elle est devenue une affaire de famille.

Dans le jargon des militants de la liste de Karine Franclet, l'actuelle candidate qui rassemble autour d'elle des militants de droite mais aussi des personnalités refusant le jeu communautaire des partis et mouvements se présentant aux élections municipales, la « team » c'est d'abord une équipe dynamique et soudée, à l'écharpe violette. Pourquoi cette couleur s'interroge perplexe Miguel, sourire à l'encoignure des lèvres, responsable LR, et membre du mouvement ? Sourire entendu de quelques autres qui renchérissent et plaisantent sur les réseaux sociaux. Le bleu c'est le libéralisme de droite. Mais les militants viennent d'horizons variés. Alors autant trouver une couleur symbole du mélange, de la recherche d'un intérêt commun.Ce dimanche, c'est relâche. Ils se retrouvent tous à la buvette du marché. C'est un vrai plaisir que de se retrouver dans cette ambiance festive et gourmande. Jour de relâche mais écharpe violette. De la légèreté s'impose dans une ville au passé et à l'histoire rude

Certains y voient un sens printanier, un renouveau politique. Pierre est moins bucolique. Il prépare le PAP, littéralement « porte-à-porte » . Le tractage, il maîtrise. Bonnet avec en son sommet un gros pompon, on est loin de la représentation guindée que l'on se fait de la droite. D'ailleurs la plupart des militants de la team se sont rassemblés avec pour point commun de partager cette ville. Alfie est la reine du tractage et son sourire retient l'attention des passants. Chacun s'investit. On veut que cette fois-ci soit la bonne. Que tous soient représentés dans leur diversité. Changer l'image de la ville. Ils font confiance à Karine. C'est important de croire en elle. C'est le début de la victoire. Ils ont leur écharpe et posent pour la photo. Unité dans la diversité.

Après il y aura l'autre photo. Celle de la victoire. Ils y croient. Ce jour là ils mettront à nouveau l'écharpe violette.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.