Les municipales à Aubervilliers : où sont les programmes ?

L'équipe sortante implose. A gauche c'est la surenchère.

La partie de jeu de go est entamée. Que signifie cette explosion à gauche de tant de listes, même fédérées ? Certains y voient les conditions réunies pour la propagation du RN. Même si la candidate nationaliste est jeune et renvoie un faible investissement sur la ville de son parti (rien à voir avec Saint Denis 93), beaucoup redoutent cet éparpillement. Il y a les anciens réformateurs communistes, ceux que les années et le faible réseau - voire rayonnement- ont conduit à investir la marge... afin de poursuivre une existence politique. Ils se réunissent, discutent beaucoup ensemble, "refont" le monde. L'opposition  de la gauche communiste - au sens large de ce terme que la mode remplace par "commun"- a quelque chose de désespérée. Pour d'autres, ce qui importe c'est l'héritage de l'ancien maire socialiste. Héritage de quoi au juste ? D'un mythe : celui de la délivrance, la place aux femmes, l'exigence morale. Les jeunes il leur avait promis une place de choix. Il  émancipa l'OMJA - office Municipal des Jeunes - de la mairie. L'ancien maire est mort dans la souffrance. Paix à son âme.  La présence de son épouse ancienne sénatrice, n'est pas qu'une possibilité donnée à cette dernière de se manifester sur la scène politique locale. Elle est symbole d'une équipe, d'engagements passés. Au point que Hollande passant par là ne s'arrêtera pas pour lui faire une visite de courtoisie. La liste fédère une jeunesse d'Aubervilliers présentée comme ayant réussi son intégration. Pas un hasard si la tête de liste est un médecin urgentiste. On sort d'un communautarisme de rejet pour une vie "entre soi", celle de la réussite sociale de l'immigration. On montre que les valeurs républicaines sont intégrées, on pratique sa foi, on lutte pour la laïcité. Mais on a le mot "intégré" qui colle à la peau. Du côté de la liste de l'équipe sortante, on fait dans le social, ancienne version. Mais cela ne marche pas. L'objectif est d'intégrer les nouvelles populations, les nouveaux arrivants propriétaires depuis peu. Mais le modèle de l'intégration est encore celui mis en oeuvre auprès des communautés. L'équipe municipale est piégée, comme toutes les listes qui fonctionnent selon le modèle intégratif.     

Il y a deux listes qui se revendiquent pour l'une de ce qui reste du Pc du temps de sa splendeur stalinienne. Un homme revendique l'héritage de son père. Il ne soutient que le rêve d'une vie : être au pouvoir. L'autre liste, celle du socialiste officiel, ne représente que lui-même. Ego qui décentre au lieu de poser des questions. Photons lumineux qui laissent dans l'ombre les habitants.

Où sont-ils les habitants? dans une autre galaxie. On nous parle de démocratie. Elle est malade et ces guérisseurs jouent avec un mot qu'ils vident de toute signification. 

Il reste la plume comme dernier rempart à la dérive du politique.      

++++++++++

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.