Quand la fratrie remplace la fraternité

Pour conserver Aubervilliers le PCF a développé un rapport au "père" lourd de conséquences.

 © Maryse Emel © Maryse Emel
Aubervilliers est une ville qui craint de se retrouver sans père.  Là en l'occurrence, c'est une maire qui la dirige. Elle vient de reprendre en main les commandes du journal municipal. Pour qui en douterait encore, elle rappelle ainsi les fondamentaux de la propagande. Pour être sûre que les citoyens comprennent, le service de communication envoie par mail, les prises de position du Conseil Municipal ou de la Maire, sous forme de communiqué. Il bouscule une communication stable depuis des lustres. A savoir la non-communication des élus communistes. Le PCF fut représenté un temps – un très long temps- par Jack Ralite. Il transmit la flamme à son gendre, Pascal Beaudet, mais resta jusqu’au bout, gardien du temple. D’ailleurs ce passage du relais fut discuté sans doute. Mais sans plus. A l’interieur du PCF ça bouillait. Jean Jacques Karman attendait – et attend toujours- la ville comme héritage. Je crois qu’il mérite une stèle pour avoir tant résisté sur les chaises du Conseil Municipal. Son sourire figé c’est toute une époque. On se rappelle encore le départ de ces vieux dinosaures le jour où le PS remporta la Mairie aux élections municipales. Ils se sentaient jetés à la porte de chez eux. Il fut une époque où le Parti décidait. Epoque où on ne prenait pas au  sérieux ces petits bourgeois, ou ces étrangers livrés aux marchands de  sommeil, sauf pour alimenter les discours des militants.  Epoque où le logement était sous tutelle des décideurs d’une ville, qui allaient bientôt la vendre aux grands prêtres du Grand Paris. Les dés étaient pipés. Tout était pure mise en scène.

Si le PCF était en avance sur son temps c’était à propos de la logistique culturelle à déployer pour garder la mairie. Il ne reculait pas surtout à jouer des affects. Et quoi de mieux pour cela que de transformer le pouvoir en place en une sorte de  fratrie ? Le choix de son gendre par Jack Ralite à sa succession confortait cette vision de la grande famille qui, comme l’annonce le dicton, préfère  laver ensemble son linge sale. Il suffit de lire Artana ! Artana ! de Didier Daeninckx pour mesurer le pouvoir de celui qui se nomme le Commandeur dans son ouvrage.  Idolâtré était-il. Partisan d'une culture ouvrière qui peu à peu sombra dans le culturalisme. Cette culture ouvrière, Marx l'aurait nommée Prolétariat, sans aucune envie de la momifier.Dans la thèse formulée dans La Sainte-Famille il parle de l'abolition nécessaire du prolétariat lui-même : « Lorsque le prolétariat aura vaincu, il ne sera nullement devenu le modèle absolu de la société, car il n'aura triomphé qu'à partir du moment où il se sera aboli lui-même, ainsi que son contraire. »

Contresens sur Marx. Mais la fratrie n'a que faire de la réflexion. Elle obéit à l'instinct. Suivre le goût populaire, telle fut la devise. De la culture on glissa aux cultures du monde soeurs. Aimer les cultures au lieu de s"instruire à l'aune de la culture dominante.

Il y avait tout un jeu de distinctions culturelles à Aubervilliers, non par la grâce de la réflexion, mais par les liens plus ou moins proches du chef. Culture de l’admiration qui est loin de développer l’esprit. Ralite c'est une époque. L'erreur de Pascal Beaudet c'est d'avoir voulu prolonger et copier sans innover.

L’actuelle élue à la culture est très discrète. La culture ne transite plus par la Mairie. Elle recherche un entre-soi. Tout le paradoxe est là pour un parti qui se réclame d'un collectif. Le culturalisme a changé de forme.Après la culture ouvrière, la culture du Parti, la municipalité communiste se greffe sur les  cafés culturels. Un appel à projet vient d'être lancé. Une chose est sûre. Le Grand Paris ce sont de nouveaux habitants. La fratrie se fera sans la Mairie. Alors on cherche. Les cafés culturels commencent à se multiplier. L'entre-soi ca évite parfois la constitution de paroles contradictoires. Le PCF n'a que faire de la dialectique ! Marx a-t-il vraiment foulé le sol d'Aubervilliers un jour ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.