A Aubervilliers, portraits de...Père Tanneguy

Quand le coeur bat !

img-20190417-110720
Je l'attendais dans l'Eglise Notre  Dame des Vertus. Il était en Confession. En même temps je pensais à ce feu qui s'empara de la Cathédrale Notre Dame. Quand il arriva, je luis parlais de l'événement.

Nous les croyants, nous ne nous attachons pas qu'aux pierres. La Cathédrale est un haut lieu de spiritualité et de prière. 

Ce qui a été atteint est aussi symbolique. C'est une sorte d'unité de destin. En même temps toutes ces réactions sont belles. Des chants, des chaînes de prière. Il y a une sorte d'espérance paradoxale qui s'est mise en place.

J'y ai fait tout mon séminaire. Je m'y suis fait ordonner prêtre. C'est quelque chose qui ne s'oublie pas.

Tu sors de Confession... Tu peux m'expliquer ?

Le péché est une faute contre Dieu. Seul lui peut pardonner. Jésus est Dieu, il a donc aussi ce pouvoir. Après sa mort, il revient vers les apôtres et leur confie ce pouvoir de pardonner. Incroyable! Ces types, des sortes de loosers, qui l'ont trahi et abandonné au moment de la croix et il leur confie ce pouvoir. 

Pardonner, ça veut dire que Dieu jette au fond de la mer les offenses qui ont pu lui être faites.

Et la Shoah ?

Seul Dieu sait...

Pourquoi être prêtre ?

On est appelé. Il se passe quelque chose... Il nous a choisi auprès de lui. Mais cela n'a pas été immédiat. Mes parents étaient croyants. J'ai fait mes études. Les quatre-cents coups aussi. J'aimais les plaisirs. L'adolescence fut agitée.

A l'écouter me revenait à l'esprit Saint Augustin. Ses Confessions. L'Evêque d'Hippone avant de se convertir s'était perdu dans les tourments de la chair.

"Qu'est-ce qui me charmait, sinon d’aimer et d’être aimé ? Mais je ne m’en tenais pas à un commerce de l’âme avec l’âme, comme y conduit le sentier lumineux de l’amitié. Des brumes s’exhalaient de la boueuse concupiscence de la chair, du bouillonnement de ma puberté ; elles obnubilaient et offusquaient mon cœur, au point qu’il ne discernait plus la clarté sereine de l’affection et les brouillards de la passion. Ces deux mouvements s’échauffaient dans la confusion, et emportaient la faiblesse de mon âge à travers les précipices des passions, en même temps qu’ils la plongeaient dans le gouffre des vices."

J'ai été à la fac. Des études de chinois et d'économie. Je suis parti en Chine.

Et ton engagement ?

Notre Dame des Vertus Notre Dame des Vertus

J'ai rencontré des prêtres aux discours souvent contradictoires alors j'ai dit à Dieu que s'il existait, il vienne me chercher... c'était plus simple. J'avoue aussi que je ne comprenais pas comment on pouvait s'engager dans le célibat.

J'ai rencontré un SDF... Il était guéri soudainement et miraculeusement de son alcoolisme et en parlait sans en avoir rien à faire de ce qu'il donnait à voir de lui. Il m'a marqué.

J'ai rencontré  aussi un prêtre pendant des vacances en Normandie...on a beaucoup parlé de foi, de philosophie.

Un jour que j'assistais à l'ordination d'un prêtre, j'ai d'abord trouvé cela assez glauque. C'était le 30 juin 2002, après les premières révélations sur la pédophilie à Boston. Quand il s'est levé et a dit "aujourd'hui je donne ma vie à Jésus et ma joie est immense", quelque chose s'est emparé de moi. Une sorte d'explosion... J'ai soudain trouvé cela beau. J'ai ressenti cet amour...alors j'ai éclaté en sanglots.

J'ai choisi Dieu...

Un choix libre. 

Oui... J'ai mis en place une vie de prière quotidienne, et 2 ans après je suis rentré au séminaire.

Pourquoi avoir choisi Aubervilliers ?

D'abord par engagement. Il manque sérieusement de prêtres dans nos banlieues. Et aussi pour l'histoire de notre Dame des Vertus. En juin 2012 j'ai été ordonné prêtre. 

detail-sculpture
Aubervilliers, c'est la jeunesse, les diverses religions qui se rencontrent.

Et il y a aussi l'histoire de Notre Dame des Vertus. En 1336 c'est la sécheresse. Une paysanne vient prier la vierge. La statue se met à suer de l'eau... et il va pleuvoir dehors. C'est le premier miracle d'une longue série.C'est Lourdes avant Lourdes qui date de 1858. Il y a des pèlerinages vers Aubervilliers... pour la guérison.

Ca va faire longtemps que tu es dans la paroisse.

Oui, j'ai obtenu deux renouvellements, ce qui est assez rare. J'y serai resté 9 ans à la fin. Je devrai partir.

Pour moi c'est un miracle cette ville à elle toute seule. Il y a un vrai dialogue inter-religieux. Un dialogue aussi avec la mairie. On a vu un jour un funambule marcher sur un fil tendu entre l'Eglise et la Mairie.

Aubervilliers c'est ce difficile équilibre, précaire mais là...

Merci Père Tanneguy

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.