Un temps de cafard

C'est le retour de la chanson de Tino Rossi au coeur de la ville

Préparer Noël est une gageure quand on n'a pas d'argent... surtout quand tout est fait pour réduire à un vide-monnaie,  cette fête à l'origine païenne, puis adoptée tardivement par Coca Cola qui inventa ce rouge coloré du fameux Père Noël. Il n' a jamais perdu le nord, Coca, surtout le Nord de la Laponie où séjourne l'ami des grandes succursales. 

 © Youtube © Youtube

Temps gris, plafond du ciel bas à vous donner un cafard qu'un cafard s'en pendrait! Je viens de lire dans le journal du net quelques petits malins avaient créé "adopte un rat", une opération à l'humour certes décapant, mais la prolifération des rats découverts par les tracés du métro, la boue, les trous... expliquent sans doute que cette ville a les impôts locaux les plus élevés au plan national. 

Loin des tracas de ces sombres pensées, les enfants patinent. Chaque année on grignote un peu plus cette "île des enfants". Certains ont un tel sourire qu'on en oublierait que tout cela sent le rafistolage. Un tour au marché ravive ce sentiment de la colère refoulée. Non ce n'est  pas celle du Père Noël, qui a d'autres rennes à fouetter, et doit satisfaire les désirs de ces habitants aux revenus moyens de 888 euros par mois - cette moyenne suppose  en bon axiome de départ, que le 24 décembre le père des cadeaux faillira probablement à sa mission.

Je n'ai pas été tous les jours bien sage.... chante Tino. Combien d'enfants qui l'ont été sages pourtant, sages de ne pas réclamer plus dans leur assiette, sages de croire en cette bonté généreuse d'un illustre moralisateur, combien d'enfants lui feront encore confiance quand ils regarderont leur pantoufle? Tous les Cendrillons n'ont pas un Prince Charmant sous la main!

Vous cherchez naïvement la cause (et la cause de la cause) de la faillite de la morale? Vous l'enseignez dans les écoles?

Allez au marché d'Aubervilliers, sans même mettre vos lunettes. Allez-y s'il vous plaît.

Vous trouverez dans le discours des femmes qui discutent les prix, le désarroi des commerçants, le visage des enfants qui rêvent de tous les possibles, vous trouverez de quoi emplir non pas une hotte, mais des containers de déceptions. 

Parler encore de morale après cela? Le Père-Noël lui-même repart en Laponie, fatigué et las.

Les églises sonnent. La religion est là.Histoire de revivifier encore une fois la morale des nantis.

C'est la belle nuit de Noël chante encore Tino.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.