Contes de la mère Maryse qui n'est pas une oie 3. Le candidat à l'écharpe

Saison 1 Episode 3 Ami lecteur : toute ressemblance avec la réalité serait vraiment fâcheuse. Ce texte est pure fiction.

 © Maryse Emel © Maryse Emel
Revenons en aux élections

 

Bon dit le roi, expliquez-moi

C'est quoi les élections ?

Il fût un temps où on disait « élections, piège à con »

aujourd'hui, c'est l'abstention qui rime avec con

 

Pour voter, il faut des candidats, évidemment. Alors j'ai lancé un appel. Il y a foule sur la ligne de départ. Je vais vous les présenter ces représentants du Royaume. Un de ces candidats n'est plus trop jeune. Disons qu'il est âgé.

On m'a rapporté les faits suivants à son propos : un jour de ménage au château – ménage nécessaire tant la transpiration suintait de partout – il a été pris à parti. On lui reprochait de ne pas savoir choisir la couleur de ses écharpes. L'homme, à une autre époque vous eût combattu en duel. Mais il n'a plus l'occasion de nettoyer ses armoiries, et de son nom qui brilla un temps de mille feux, il reste fort peu d'échos. Mais il a des « amis » sur les « réseaux » comme disent les jeunes. Il ne s'encombre pas d'état d'âme. Il expliqua à ses amis qu'il avait le projet de mettre son écharpe au goût du jour. C'était un cadeau de feu son père. Il portait celle-ci avec allant.

Il avait eu un Oedipe difficile. Sa malchance était de trouver toujours meilleur que lui. En bien ou en mal. Il était le second. Le second passe derrière le capitaine et on le sacrifie pour sauver le premier. Il n'avait pas de programme sauf de favoriser le commerce de ses écharpes. Ses clients aimaient leur dimension désuète. On nageait dans la quatrième dimension. Une sorte d'Internationale de l'écharpe, en attendant de ceindre celle qu’arborait à l'heure actuelle son concurrent afin de contrôler là aussi le marché et d'en créer de nouveaux.

Son handicap – comme on parle de handicap pour les courses de chevaux – c'était son âge. Sa troupe de vétérans était moins vive que par le passé. Lui-même parfois ne savait plus s'il était de son propre parti. Il avait du mal à séduire et savait que ces élections seraient sans doute les dernières pour lui. Finalement c'était tragique... Je préfère me taire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.