Mokalaï
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mars 2021

Mokalaï
Abonné·e de Mediapart

Réconciliations

Mokalaï
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon bureau, mon beau bureau, mon bureau douillet,

Je te retrouve enfin. Depuis des mois que je ne t'ai pas vu, depuis des mois que je t'ai renié. Tu es là, fidèle au poste, prêt a supporter les mots en pagaille de mes rendus de fin de semestre. Toujours présent pour soutenir l'entassement hétéroclite de livres, notes, feuilles volantes qui appuient ma pensée. Toujours enclin à tenir au chaud mon ordinateur, cette boite métallique qui m'ouvre à une écriture plus rapide, plus belle, plus partageable. Qui m'ouvre une nouvelle porte vers l'accumulation de connaissances.

Mais voila, mon beau bureau, je t'ai renié. Cela a commencé en mars. Je ne te voyais déjà plus pareil. Je me rappelle t'avoir disposé dans un coin, près de la fenêtre. J'avais entreposé avec grand soin mes livres, ranger mes notes. J'étais fière de cette nouvelle organisation, et je pensais que cela suffirait à combattre le vide que faisait naître en moi l'absence de cours physiques. 

Les téléconférences. Mon corps figé devant toi, des heures durant, à écouter mes professeurs se débattre avec cette nouvelle machine qu'est Zoom. A assister aux longs moments de silence devant mon écran, à la tétanie de prendre ou pas la parole "en ligne". A constater que mes professeurs étaient dans le même embarras. Leurs questions sans réponses se perdaient dans le gouffre de la visio. Mon ordinateur se transformait peu à peu en outils de communication formelle. L'échange d'informations "utiles" devenait la norme. Les sourires se faisaient fades sur les lèvres. Les nouvelles des autres, une aparté esquissée au cœur du cours, rien de plus. 

Et cette angoisse, lancinante, que mon micro soit ouvert, que ma caméra soit allumée. Des instants de gêne en pagaille lorsqu'un quiproquo s'instaure dans les tchats. Plus de blagues, de peur qu'elles soient mal comprises. Plus d'improvisation, plus de mimes, plus de grimaces. Des regards froids, désabusés, dans de petites boites. Des écrans noirs. 

Je t'ai renié, petit bureau, car se cristallisait sur toi ma haine de ces relations à distance. Je me suis mise à travailler ailleurs : assise sur mon lit, recroquevillée sur le canapé, allongée sur le sol de mon salon. Je faisais tout pour te nier, et par là, je rejetais peu à peu tout ce qui me reliait à l'université. Je m'enfermais dans mon boulot étudiant, habitée d'une lassitude sans pareil. Mes rendus du premier semestre ont été une véritable torture. Devoir à nouveau m’asseoir sur cette chaise, devant toi, mon petit bureau, je ne l'aurais jamais cru, mais mes poils se hérissaient à cette idée. J'ai pris des vacances de toi. J'ai écrit une partie de mes rendus au travail de mon compagnon, sur un "vrai" bureau de travail, en dehors de ma maison.

Mai aujourd'hui, je reviens vers toi. Je ne sais pas si c'est le temps qui se radouci, si c'est la distance que je prend de plus en plus avec toutes ces interdits absurdes, ou  la reprise des cours en présentiel depuis février, mais je me sens plus en paix. Je te regarde à nouveau avec cette petite tendresse, et cette impression douce que tu es l'unique support de projection de mon espace intime dans le réel. J'ai honte d'avoir laissé les événements nous séparer ainsi.

Je ne te laisserais plus, cher bureau, je te le promet. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Des médecins accompagnant des patients en cancérologie confient leurs doutes
La convention citoyenne sur la fin vie qui s’ouvre aujourd’hui doit se prononcer sur une légalisation de l’aide active à mourir. Deux médecins de l’Institut de lutte contre le cancer Gustave-Roussy, qui sont auprès des malades en fin de vie, partagent leur vécu et leurs interrogations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — France
Procès Bismuth en appel : Nicolas Sarkozy s’enferre dans ses dénégations
L’ancien président de la République le jure, il n’a jamais eu l’intention de commettre le moindre délit dans l’opération d’approche de plusieurs magistrats de la Cour de cassation, dont il laisse la responsabilité à Thierry Herzog et Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Viktor Bout, (es)pion auquel tient tant le Kremlin
Le Kremlin a lâché l’ombre en sa possession, la basketteuse américaine Brittney Griner, pour la proie russe emprisonnée outre-Atlantique : Viktor Bout. Le système Poutine a ainsi montré à quel point il tenait à libérer un marchand d’armes au destin symptomatique.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier