Européennes 2014 et Front de Gauche - Des slogans aux mots d'orde

Un peu d’humilité

 

En période de défaite et du ressac qui suit, il est normal de se recentrer sur soi. La dynamique qui nous poussait sans cesse à l’extérieur s’affaiblit. L’ambiance est plombée, un peu partout. Mais pour autant, il faut faire preuve d’humilité. Oui, le score du Front de Gauche est un échec. Et oui, nous y avons tous collectivement un part de responsabilité. Mais d’abord il n’est pas nécessaire de pousser jusqu’aux lanières de flagellation. Ensuite, il faut prendre garde à analyser la situation correctement. Cela passe justement par ne pas laisser croire que si tout avait été fait autrement, notre score aurait été extrêmement différent, voir, à entendre certains donneurs de leçons, quasi révolutionnaire. Les adhésions directes auraient elles transformé à ce point les choses ? Pourquoi n’y a t il pas de différences notables dans les lieux où nous avons fait du porte à porte, où les militants du Front de Gauche ont été présents et sont présents depuis longtemps et d’autres lieux d’implantation militante plus faibles ? De la même façon, comment le FN termine t il premier parti de France aux élections européennes et notamment dans des départements comme la Seine Saint Denis où il n’avait pas été capable d’aligner plus de 2 listes aux municipales, c’est à dire un département où il ne dispose d’aucune base militante réelle ? Je ne rejette pas ces solutions, loin de là. J'en suis même un partisan. Cependant, comprendre l'échec passe par la compréhension générale de la situation.

Lire la suite [...]

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.