Mathieu Agostini
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 juil. 2012

De Rio plus 20 à Rio moins 20

Mathieu Agostini
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cela m'a pris un peu de temps avant de poster ce billet. La fin de la période a été un peu bousculée pour me permettre aussi de partir en vacances l'esprit libre et vagabond.

Voici l'analyse que j'ai produite pour le Parit de Gauche à la suite de RIO+20 grâce à la veille et aux rapports des nombreux militants de la gauche radicale et altermondialiste sur place. C'est notamment notre camarade Christophe Ventura, Secrétaire Nationale à l'International qui représentait le Parti de Gauche au Sommet des Peuples.

De Rio plus 20 à Rio moins 20

À Rio de Janeiro se déroulait sous l’égide de l’ONU, du 20 au 22 juin derniers, et vingt ans après une première conférence, le nouveau Sommet international pour la Terre, dit de Rio+20. La Conférence de 1992 avait permis d’adopter un texte qui fut le point de départ de nombreux programmes internationaux et conventions. 110 chefs d’États et 178 pays y étaient représentés. En sont directement issus les programmes d’action « d’Agenda 21 », la déclaration sur l’environnement et le développement, celle sur les principes concernant les forêts, la convention cadre sur les changements climatiques qui aboutira au protocole de Kyoto, celle sur la diversité biologique, et enfin sur la lutte contre la désertification.

Quand les multinationales prennent les rênes

L’enjeu était de taille vingt ans après. La maison brûle et les responsables politiques avaient la responsabilité historique de mettre en place les outils et les mesures nécessaires pour lutter contre la catastrophe écologique. Deux questions étaient notamment à l’ordre du jour : la place de l’économie verte et la question du cadre institutionnel international pour le développement durable.

Le texte final justifie les attaques des mouvements sociaux contre lui. Car c’est un coup de théâtre auquel nous avons assisté pendant la Conférence internationale. Les travaux préparatoires avaient pris fin avec de nombreux désaccords, marquant des reculs très importants par rapport aux engagements internationaux déjà existants. À ce moment là, seul le Brésil, en tant qu’organisateur, avait les clefs en main pour proposer un nouveau texte de synthèse. Tout le monde attendait ce document pour le discuter avant l’arrivée des chefs d’États. Mais celui-ci, plutôt que d’être présenté aux pays de l’ONU l’a été … au G20 qui se réunissait en même temps au Mexique !
Cela a marqué un tournant dans les négociations. La totalité des revendications des lobbys industriels, pétroliers et financiers a alors été intégrée au texte et notamment celles du BASD (Business action for sustainable development) et du Pacte Mondial des entreprises.

Le cas de l’eau est emblématique : les États-Unis, le Canada, la Turquie, le Brésil et la Chine, ont tout fait pour que ne soit pas mentionné le droit universel de l’accès à l’eau. Le chapitre sur la sécurité alimentaire est lui aussi extrêmement inquiétant : la résolution de la crise alimentaire passera selon le texte par l’accès aux marchés et aux produits financiers. Le développement d’une agriculture paysanne et vivrière est à peine mentionné. C’est le secteur privé et la dérégulation qui joueront le rôle central afin «  d’atteindre le développement durable » et les partenariats public-privé en seront un « important outil ». Plus globalement, c’est la prédominance donnée aux mécanismes de marché pour réguler l’environnement et allouer les ressources vers le développement durable qui est encore étendue. Ainsi les « nouvelles sources de financement » sont régulièrement évoquées comme dans le chapitre portant sur le changement climatique. On comprend facilement ce qu’il y a derrière : le marché carbone et les nouveaux actifs financiers et produits dérivés. C’est la financiarisation et la privatisation de l’environnement qui est mise en place.   

L’économie verte sera capitaliste et productiviste

Une très grande partie de la discussion a donc tourné autour de la question de l’économie verte. Pour les mouvements sociaux, tout l’enjeu était d’atteindre une définition qui soit au service des peuples, de l’intérêt général et de la soutenabilité écologique. Si le rôle des ONG est reconnu, nous sommes, pour le reste, très loin du compte.  Outre la financiarisation, les pays du Nord ont refusé les principes fondateurs de la déclaration de 1992 : principe de pollueurs-payeurs, responsabilité commune mais différenciée entre pays développés et pays en développement, principe de précaution. L’exploitation des ressources naturelles est consacrée comme un des moteurs de la croissance, de la prospérité économique de la planète et consacre le mode de production capitaliste.

Aucune mention ou prise en compte réelle n’est faite des conséquences des pénuries ou de l’extractivisme sur la santé des populations. Enfin, une place centrale est donnée à l’OMC et à la dérégulation des marchés, pendant que toutes les mesures de restrictions du libéralisme sont condamnées. À l’inverse, plus aucune référence à la justice sociale et environnementale n’est faite dans le texte et aucun engagement n’est pris sur les taxes sur les transactions financières ou sur l’énergie pour financer la transition vers des sociétés justes socialement et soutenables écologiquement.

Hollande aura beau regretter qu’il n’y ait pas eu tel ou tel élément, le fait qu’il salue une avancée montre à quel point il a fait siennes les exigences des entreprises. Le texte est limpide : l’économie verte est l’un des outils permettant le développement durable « au même titre que d’autres approches et visions » de nos modes de consommation et de production.
Au final, sans engagements prescriptifs, encore moins contraignants, sans dates réelles de mises en œuvre ou de moyens, rien dans ce texte n’est en mesure de donner satisfaction aux peuples qui avaient bataillé pour un changement radical de l’économie mondiale. L’idée de l’Organisation Mondiale de l’Environnement est repoussée et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement aura tout au plus des compétences élargies. Plus inquiétant encore est la place que prennent les entreprises et les lobbys financiers au sein de l’ONU. Beaucoup disent que les processus multilatéraux ont été enterrés avec ce Sommet pour la Terre qui a vu les accords particuliers d’État à État prendre le dessus. La Chine est allée jusqu’à profiter de sa présence au Brésil pour signer avec lui un accord stratégique de coopération sur l’exploitation énergétique et forestière.

La capitulation en règle des responsables politiques à laquelle nous avons assisté à Rio rend plus que jamais nécessaire une révolution citoyenne qui permette notamment de renverser les alliances actuelles pour donner toute sa place aux mouvements sociaux et écologiques. Le Parti de Gauche ne se reconnaît pas dans cet accord qui considère la Nature comme un capital à gérer et soutient, aux côtés des mouvements sociaux, les droits universels d’accès à l’eau, à la souveraineté alimentaire, la reconnaissance des droits sociaux pour tous, la nécessité de changer notre mode de production et une économie au service de l’Humain d’abord, et non assujettie aux logiques de profit.

Mathieu Agostini

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin