Campagne Poétique (2) : POÉSIE-RÉVOLUTION

Elle parle sans dire son nom (...) Elle se renforce dans l'errance.

Elle parle sans dire son nom
car elle a appris
des obstacles surlesquels on a voulu l'user,
mais elle ne peut taire son prénom,
le contenu de la partition,
l'effet de quand l'orchestre la jouerait...

Elle sait se faire petite et même
se ridiculiser
pour s'épargner la force
de celui qui la craindrait...

Parfois,
elle semble inanimée,
telle une belle endormie
depuis... on ne sait plus...
Peut-être une éternité.
Et pourtant,
elle survit de petits riens,
conservant l'essence de tout ce qu'elle est.

Elle attend,
on l'attend,
mais en fait elle se tend,
comme un arc,
elle étire son bois,
aligne son bras
à hauteur de l'horizon,
puis se lève,
aligne sa visée,
prépare son meilleur tir
car ne sait qu'armer dans le pire.

Chaque être qui ne meurt pas tout à fait de son absence la nourrit.
Elle se renforce dans l'errance.
Elle reste tapie,
comme une eau précieuse
ayant à fuir le soleil
pour s'assurer
de faire la vie,
Encore...
Elle court à l'ombre de quelques bas fonds,
joignant les naturelles issues
où satisfaire sa soif d'être bue.


M.H

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.