Lorsque l’État donne une vitrine aux pseudo-thérapies ésotériques

La délégation interministérielle des français d'outre-mer a fait la promotion de fakemed tout en bloquant ceux qui les avaient alertés, ce qui a engendré un splendide effet Streisand à leur dépens. Analyse d'un hallucinant baratin ésotérique diffusé par une institution.

Une drôle de performance a été réalisée par la Délégation Interministérielle des Français d'Outre-Mer[i] en cette période de crise sanitaire où les théories du complot, infox et fakemed abondent. Ce service de l’État, chargé de « promouvoir et de valoriser les outre-mer français »[ii], a déroulé le tapis rouge à une « praticienne ayurvédique » aux propos hallucinants. Analyse de ce baratin ésotérique et spirituel.

De l’argent public utilisé pour promouvoir des thérapies New-Age

Le 3 juin, un message provenant du compte de cette délégation interministérielle est publié sur Facebook. Ses éléments de langage sont plus qu’intrigants : ils annoncent qu’ils réaliseront une conférence en ligne pour « retrouver son bien-être intérieur et l’épanouissement » en faisant usage de la « pensée positive pour révéler la meilleure version de soi-même ». Cet article s’attachera à montrer la portée pseudo-thérapeutique et bullshitique se cachant derrière ces termes, sous couvert de « médecine traditionnelle » et de développement personnel.

Apparaît également sur leur publication la mention « sponsorisé », ce qui signifie que ce service étatique paie Facebook pour que son message ait davantage de visibilité. Drôle utilisation des deniers publics[iii].

Capture d’écran de la publication sponsorisée Capture d’écran de la publication sponsorisée

A qui une structure gouvernementale fait-elle appel pour parler de santé ?

Leur intervenante, s’auto-désignant experte en plantes médicinales et praticienne en médecine ayurvédique (médecine traditionnelle indienne), fréquente de près le monde des thérapies New-Age. Sa pratique consiste à lier développement personnel, yoga, ayurvéda, pensée positive, spiritualité et phytothérapie. Elle réalise des podcasts sur les thérapies de l’âme, la guérison par le son sacré vibratoire, l’astrologie, la guérison spirituelle, les « médecines » douces et relaie régulièrement les propos de divers « guérisseurs », exploratrices de l’inexploré et « thérapeutes bioénergéticiens » pratiquant la rééquilibration énergétique, harmonisation des chakras et la guérison par l’énergie. Elle organise des ateliers « cercles de femmes » permettant de se connecter aux divinités et énergies cosmiques pour travailler sur soi et son féminin sacré, découvrir le monde extra-sensoriel et accéder à la Lumière Divine[iv]. Elle nous invite aussi à révéler notre divinité intérieure, améliorer la circulation de notre énergie vitale et à se connecter « avec les forces magnétiques de la nature et du cosmos en rendant hommage à la Lune ».

Or, ce champ lexical et ces méthodes sont bien connus par la Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires (Miviludes), récemment rattachée au Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation (CIPDR) et dont l’expertise en matière de pseudo-thérapies est reconnue[v].

Bilan provisoire : aucune trace de légitimité pour parler de santé et un bullshitomètre dans le rouge. Bilan provisoire : aucune trace de légitimité pour parler de santé et un bullshitomètre dans le rouge.

 Mais cela va encore plus loin. 

Entre pseudo-thérapies empreintes de spiritualité et platitudes du développement personnel : des propos hallucinants

Un bref tour sur son site et sa page Facebook nous permet de tomber sur d’énormes perles. En voici quelques-unes, choisies en raison de leur dangerosité. Nous pouvons par exemple lire que nous portons en nous une mémoire contenant des « pollutions énergétiques, auto-crées ou karmiques qui affectent directement notre équilibre » et que « le sourire est le début de toutes les guérisons ». A ce sujet, la Miviludes met en garde contre les propos hyper-psychologisants et hyper-responsabilisants s’agissant des maladies (que leur origine est émotionnelle, que nous pouvons la contrôler…)[vi].

Plus grave, elle affirme que la répétition de mantras émet des résonnances subtiles permettant d’obtenir une guérison physique et que les maladies sont dues à des déséquilibres énergétiques[vii] ! Depuis plus de 10 ans, la Miviludes rappelle que les méthodes « énergétiques » et « vibratoires » ne reposent sur rien et sont à risque de dérives[viii].

Elle a par ailleurs participé à la réalisation d’un article pour l’INREES, un groupe s’intéressant aux phénomènes paranormaux et diffusant des idées New-Age en les présentant comme scientifiques[ix] (mémoire de l’eau, médecine quantique, vie après la mort, EMI…), où elle donnait des conseils pour booster son immunité face au coronavirus et détoxifier son corps. Toujours concernant le coronavirus, elle recommandait de faire circuler ses énergies pour booster son immunité. Plus inquiétant, elle suggère d’utiliser la « magie des mots » pour que leur « résonnance sacrée » stimule nos cellules joyeuses et luttent contre nos cellules déficientes[x].

Sur le blog d’une astro-chamane lithothérapeute elle affirme que l’Ayurveda, contrairement à la médecine conventionnelle, agit sur les causes des déséquilibres : « Ce n’est pas une médecine symptomatique, mais véritablement une médecine des êtres qui génèrent des « mal à dits » »[xi]. Cette revendication de comprendre les causes des problèmes et le dénigrement de la médecine conventionnelle en la présentant comme non globale et symptomatique, sont des grands classiques du monde des pseudo-thérapeutes. La médecine conventionnelle peut tout à fait allier l’aspect technique (evidence-based medicine) et une éthique du care (prendre soin). La formule « mal-a-dit » désignant la maladie est également un lieu commun classique utilisé par les pseudo-thérapeutes adeptes d’une sorte de décodage biologique[xii]. On retrouve dans la même catégorie la formule « genou = je nous », leur faisant dire qu’une douleur au genou proviendrait d’une relation toxique avec une personne de notre entourage. Pour leur montrer qu’ils disent n’importe quoi, vous pouvez leur faire remarquer qu’en anglais ça ne marche pas…

Des propos surréalistes tenus sur un canal de diffusion institutionnel

Comme le background nous le présageait, un débit de foutaises assez intense a eu lieu pendant une petite heure sur la page Facebook de la Délégation Interministérielle des Français d’outre-mer[xiii]. Voici ce qui sort du lot.

La conférencière nous explique que l’ayurvéda, est la science de la vie et du souffle vital[xiv] et que contrairement à la médecine conventionnelle, qu’elle nomme la « médecine allopathique » et qui n’est qu’une "médecine de la maladie" ne traitant que le symptôme et pas la cause, sa pratique est une médecine globale, une « médecine de la vie », qui permet de comprendre les causes en se basant sur les « lois immuables de la Nature ».

Elle nous fait part de sa théorie, une sorte de décodage biologique : le symptôme est un indicateur permettant de trouver la cause du trouble. Par exemple selon elle, le mal de tête est dû à un foie engorgé, lui-même dû à une accumulation de colère et cette colère accumulée s’extériorise en créant un mal de tête. De même, elle considère que les manifestations physiques sont dues à des troubles spirituels, qu’on peut éviter en s’écoutant soi-même. Les maladies seraient en ce sens un message de son Soi Intérieur pour son Être.

Selon elle, en s’inspirant du corpus doctrinaire ayurvédique, « nous sommes le reflet le plus parfait de l’Univers » et que c’est la proportion des 5 éléments (éther, eau, feu, air, terre) en nous qui détermine notre personnalité, constitution physique et fragilités. Notre signe astrologique aurait également une influence sur notre relation avec les autres. Comme les troubles proviennent de déséquilibres énergétiques (c’est bien connu), elle serait capable par sa pratique ayurvédique[xv] de travailler la circulation des énergies vitales dans les canaux énergétiques, afin de permettre l’auto-guérison du corps.

Par ailleurs, si vous êtes constitués d’Eau et de Terre, faites attention, car vous êtes plus à même de prendre du poids rapidement ! On apprend également à la 25e minute que les troubles anxieux, vasculaire, ostéo-articulaires et gastriques sont liées aux énergies de l’Univers, à la Lumière et à l’acidité.

 Et contrairement aux médecins qui ne feraient cela qu'en surface, la prise du pouls lui permet de récolter beaucoup d’informations sur le plan énergétique, les organes et les chakras. Et si vous désirez vous soigner avec des plantes, il faut selon elle utiliser des plantes provenant de votre lieu de naissance.

Energies cosmiques et "s'aimer soi m'aime". Image d’illustration tirée de Pixabay. Libre de droit. Energies cosmiques et "s'aimer soi m'aime". Image d’illustration tirée de Pixabay. Libre de droit.

 La vidéo se termine, après une invitation à se soigner avec des cristaux, par un grand classique des praticiens en développement personnel à orientation New-Age : « Vous êtes tous des lingots d’or en chemin, prenez soin de votre énergie et de votre Lumière Intérieure ».

Bilan : une vidéo d’autopromotion et sans aucun intérêt pour la santé publique sur un compte gouvernemental. Comptez 110€ la séance ou 470€ le pack de 5[xvi]… La Miviludes, dans son guide sur les dérives en santé publié en 2012, répertoriait les pratiques ayurvédiques comme faisant partie des méthodes à risque les plus répandues, qui « outre leur dangerosité » permettent d’obtenir « des revenus très confortables »[xvii].

Blocage de compte et suppression de commentaire : l’attitude d’un service institutionnel qui pose question

Mais la Délégation Interministérielle des Français d’Outre-mer ne fait pas que promouvoir des pseudo-thérapies, elle supprime les commentaires (sur Facebook) et bloque ceux qui le leur font remarquer (sur Twitter). Ce dernier acte a alors déclenché une tempête sur Twitter. Je remercie donc le community manager de cette institution, qui, pour m’avoir bloqué[xviii] suite à mon alerte[xix], a permis à plus de 100.000 personnes de constater non seulement ce raté institutionnel, mais la perforation du New-Age au sommet de l’État. C’est ce qui s’appelle se prendre un effet Streisand[xx].

Capture d’écran collector mettant en évidence le blocage d’un compte Twitter par la délégation ministérielle Capture d’écran collector mettant en évidence le blocage d’un compte Twitter par la délégation ministérielle
Face à ce remarquable tollé, la délégation interministérielle a discrètement supprimé une dizaine d'heures après leur parution ses publications des différents réseaux sociaux. Aucune réponse ni communiqué n'a été publié par cette institution pour le moment. Sans réponse, je me contenterai de la réaction de la Cour des Comptes lorsqu’elle constatera dans quoi l’argent public alloué à cette institution est dépensé (en publicités sur Facebook pour des pseudo-thérapies).

 En guise d’ouverture

Les charlatans ont fait du stress, du bien-être, du malaise, des peurs, de la maladie, leur marché. Les victimes, toujours aussi nombreuses, ont du mal à être reconnues. Le gouvernement ne considère pas cela comme étant une priorité, comme en témoignent les différents rapports accablant de la Miviludes et de la DGCCRF qui restent lettre morte, l’ANSM à la ramasse (incapable, par exemple, de faire respecter l’article L5122-15 du Code de la Santé Publique), les moyens dérisoires alloués à la Miviludes, et la liste des insuffisances de la République sur ce sujet pourrait être bien longue.

 « La littéracie en santé est l’aventure de notre temps. »

Il est d’autant plus choquant qu’une institution exerce ses missions aux dépens de celles de ses homologues, déjà malmenées. Nous nous interrogeons sur la pertinence de donner de la visibilité à des pratiques qui posent question, par un service gouvernemental et de faire taire toute critique mesurée, en abdiquant que sous le poids médiatique.

Soyons sérieux un instant, l’empowerment des patients et citoyens (les rendre autonomes et éclairés) ne peut se faire en leur racontant des foutaises et en leur donnant une grille d’analyse des maladies relevant du bullshit. Bien au contraire, prétendre rendre les individus responsables de leur santé en les invitant à pratiquer des pseudo-thérapies, n’est qu’une pure fantaisie ; c'est leur donner une illusion de contrôle de leur destin. C’est pourquoi la littéracie en santé, déterminant de la santé publique, est l’aventure de notre temps[xxi].

Mathieu Repiquet ⋅ Epistémèthikos


 Mon tweet qui a lancé l’alerte : https://twitter.com/MathieuRepiquet/status/1268305043368878080

Pour plus d’infos sur les pseudo-thérapies :

Le site du Collectif Fakemed http://fakemedecine.blogspot.com/

Le site de la Miviludes https://www.derives-sectes.gouv.fr/

https://menace-theoriste.fr/author/mathieu-repiquet-moracchini/

https://twitter.com/MathieuRepiquet

Quelques réactions à cette affaire :

Emmanuelle Ducros, journaliste à L’Opinion : https://twitter.com/emma_ducros/status/1268619582438117376

La Tronche en Biais, chaine YouTube de transmission de l’esprit critique : https://twitter.com/TroncheBiais/status/1268502817091788800

Centre de Cartographie et d'Etudes des croyances (ACCEC) : https://www.facebook.com/centreaccec/posts/2974765679275209


[i] En version intégrale : Délégation Interministérielle pour l'égalité des chances des Français d'Outre-Mer et la visibilité des Outre-mer

[ii]https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000039630983&dateTexte=20200604

[iii] Le lien de leur post initial (supprimé le 4 juin dans l’après midi)

https://www.facebook.com/DelegationInterministerielleFrancaisOutremer/posts/3023261457755997

[iv]https://www.mihira-ayurveda.com/blog/ayurveda/le-cercle-des-sundaris-cercle-de-femmes-ayurvedique-gwenaelle-batard/

[v]https://www.derives-sectes.gouv.fr/sites/default/files/editoriale/fichiers/Comment%20reconna%C3%AEtre%20un%20charlatan%20ou%20un%20pseudo%20th%C3%A9rapeute%20sectaire.pdf ; https://www.derives-sectes.gouv.fr/quest-ce-quune-d%C3%A9rive-sectaire/o%C3%B9-la-d%C3%A9celer/les-d%C3%A9rives-sectaires-dans-le-domaine-de-la-sant%C3%A9/quell ; https://www.derives-sectes.gouv.fr/publications-de-la-miviludes/rapports-annuels

[vi] Ibid.

[vii]https://www.facebook.com/notes/mihira-ayurveda/le-gayatri-mantra/1549454902024194/?__tn__=HH-R ; https://www.facebook.com/notes/mihira-ayurveda/les-doshas-partie-1/1553632858273065/?__tn__=HH-R

[viii]Ibid et https://www.psiram.com/fr/index.php/M%C3%A9decine_%C3%A9nerg%C3%A9tique

[ix]https://www.psiram.com/fr/index.php/INREES

[x] Selon la légende, 6 chercheurs en cytologie ont développé une migraine en lisant ça (bah oui, l’accumulation de colère provoque des céphalées c’est bien connu…) https://www.mihira-ayurveda.com/actualites/mon-immunite-choisit-amour-corona-virus-gwenaelle-batard/

[xi]https://aurorelumiere.com/layurveda-la-science-de-la-vie/?fbclid=IwAR2R5VCqCzJL-bCUeuKWFdEAqIEOIkVeQHw4v06tflw985p5w0AuZkEqtEI

[xii]https://www.psiram.com/fr/index.php/Biologie_Totale

[xiii] Le lien de la vidéo supprimée le 4 juin en fin d'après midi https://www.facebook.com/DelegationInterministerielleFrancaisOutremer/videos/576516629666453/

[xiv]La légende dit que 10 biologistes ont eu une otite en entendant ça.

[xv]https://www.psiram.com/fr/index.php/Ayurveda

[xvi]https://www.mihira-ayurveda.com/consultation-ayurveda/

[xvii]https://www.derives-sectes.gouv.fr/sites/default/files/publications/francais/guide_sante_mars_2018_web.pdf

[xviii]https://twitter.com/MathieuRepiquet/status/1268514774733684736

[xix]https://twitter.com/MathieuRepiquet/status/1268305043368878080

[xx]https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Streisand

[xxi] https://www.santepubliquefrance.fr/docs/la-litteratie-en-sante-un-concept-critique-pour-la-sante-publique ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Litt%C3%A9ratie_en_sant%C3%A9#:~:text=La%20litt%C3%A9ratie%20en%20sant%C3%A9%20d%C3%A9signe,au%20cours%20de%20la%20vie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.