Giusi Nicolini, maire de Lampedusa dénonce les propos du ministre français de la Défense

Excédée par les propos tenus par Jean-Yves Le Drian sur la menace de l'EI en Libye et Lampedusa, Giusi Nicolini, maire de l’île (et prix Simone de Beauvoir 2016) envisage de demander à Matteo Renzi d’intervenir pour rectifier le tir.

« Ils sont là, sur près de 300 kilomètres linéaires de côtes, et ils se répandent. Et ils sont à 350 kilomètres de Lampedusa. Lorsque le beau temps va arriver en Méditerranée, il y a des risques de passage de combattants » déclarait ce lundi matin Jean Yves Le Drian, dans l'émission Le Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro, au sujet des jihadistes de l'Etat Islamique.

Une petite phrase qui a fait littéralement sortir de ses gonds Giusi Nicolini, maire de Lampedusa. 

 « Ce qu’a dit le ministre français de la défense est privé de fondement. Cela m’inquiète qu’un homme d’état de cette stature ne sache pas que des 150.000 migrants arrivés en 2015 par la mer, seuls 20.000 réfugiés ont été amenés à Lampedusa, les 130.000 autres ont été directement conduits sur les côtes siciliennes. Je ne comprends pas pourquoi le danger devrait être Lampedusa » s’insurge Giusi Nicolini, dans des propos rapportés par l’agence AdnKronos.

« Ce n’est pas la découverte de l’eau chaude que Lampedusa est proche de la Libye. Nous avons toujours été proches de la Libye, y compris quand nous est arrivé un missile de Kadhafi » rappelle la lauréate du prix Simone de Beauvoir 2016.

« Je voudrais par ailleurs rappeler au ministre français, que les auteurs des récents attentats de Paris sont des citoyens français et pas des migrants arrivés de Lampedusa. Depuis plus de vingt ans nous les accueillons et je peux assure que sur les barques, n’arrivent que des gens désespérés. Seule une personne sans espoir monte sur une barque en sachant qu’elle peut mourir brûlée par le soleil, noyée, ou assassinée. Par ailleurs, seul un imbécile pourrait se faire piéger à Lampedusa» s’emporte Giusi Nicolini, qui dénonce la « légèreté » des propos tenus par Jean-Yves Le Drian.

« A Lampedusa, nous sommes un exemple de cohabitation de l’accueil des réfugiés et du tourisme », rappelle Giusi Nicolini qui administre l’île depuis 2012. « Les réfugiés arrivés ici n’ont jamais fait de tort à personne. Selon moi, les déclarations du ministre français servent seulement un objectif de propagande au niveau international. J’y vois une volonté d’aller bombarder la Libye et d’accuser l’Italie d’être responsable du danger de l'EI. Le ministre français devrait savoir que les personnes qui fuient la Corne de l’Afrique fuient justement l'EI».

Giusi Nicolini invite Jean-Yves Le Drian à venir lui rendre visite sur l’île de Lampedusa, pour prendre la mesure de la situation et constater les efforts déployés depuis des années par la population locale pour l’accueil des migrants.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.