Mathilde Goanec
Journaliste, social-travail, Mediapart
Journaliste à Mediapart

5 Billets

2 Éditions

Billet de blog 13 avr. 2015

La police emporte la bataille des chiffres

Les Echos l'ont dévoilé en exclusivité lundi 13 avril : selon un rapport commandé par le préfet de police de Paris, réalisé par des chercheurs de l'EHESS, de l'Insee et de Paris 1, c'est bien la police qui compte juste, lors des manifestations. 

Mathilde Goanec
Journaliste, social-travail, Mediapart
Journaliste à Mediapart

Les Echos l'ont dévoilé en exclusivité lundi 13 avril : selon un rapport commandé par le préfet de police de Paris, réalisé par des chercheurs de l'EHESS, de l'Insee et de Paris 1, c'est bien la police qui compte juste, lors des manifestations. Dominique Schnapper, Pierre Muller et Daniel Gaxie ont accompagné les policiers dans le comptage des participants aux défilés du 1er mai et rencontré différents syndicats (la CGT a refusé de participer à l'opération). « Selon nos informations, conclut le quotidien économique, le travail de la police est indépendant, sérieux et consciencieux et ses chiffres sont justes. » Il ajoute que « le second comptage qu’elle réalise au lendemain des manifestations à partir des bandes vidéo donne souvent des chiffres inférieurs à ceux publiés le jour-même. » 

manifestation syndicale © @MathildeGoanec

Plusieurs médias, dont Médiapart, s'étaient eux aussi prêtés à l'exercice ces dernières années, éberlués par les écarts de plus en plus conséquents  entre les comptes policiers et syndicaux. « Les journalistes que nous sommes ne nous satisfaisions pas de cette immense fourchette que nous donnent en pâture syndicats et police à la fin de chaque manifestation, nous laissant sur notre faim. Nous avons donc compté pour nous faire une idée », écrivait lors de la mobilisation sur les retraites notre rédaction. Là aussi, les chiffres étaient bien en deça du comptage syndical et proches de ceux du corps policier.

Mais il est impossible de mobiliser à chaque fois des journalistes, à chaque coin de la manifestation, pour s'assurer de ses propres chiffres. D'où les estimations, comme celle de « dizaines de milliers de manifestants » pour la marche interprofessionnelle anti-austérité du jeudi 9 avril 2015, qui ne plaisent à personne, à l'image de ce commentaire de lecteur sous l'article précédemment cité : « 300 000 manifestants ! Alors Mediapart daigne une page de commentaire ! Et encore c'est pour choisir son camp (...) Avec des manifs dans 86 villes, ça fait pas foule par ville, finalement on se demande pourquoi ils en parlent ?»

Philippe Martinez, lors de l'entretien qu'il nous accordé récemment, faisait ce constat : « La manifestation, c’est le moyen, partout dans le monde, de se faire entendre, et ce n’est pas simplement une posture idéologique avec le béret, la moustache, et la pancarte. Quand les indignés à Madrid manifestent on dit que c’est génial et ça devient ringard quand ce sont les syndicats ? Bien sûr, ça ne marche pas à tous les coups, mais au moins on a 15 secondes à la télé et un quart de page dans les journaux. » Pour peser, exister dans l'espace public et médiatique, les syndicats ont peu de moyens et ne se privent donc pas de gonfler les chiffres, au risque de perdre leur crédibilité.

De leur côté, les gouvernements, de gauche comme de droite, répètent que ce n'est pas « la rue qui gouverne », au risque de faire monter les enchères. Or la mobilisation sociale existe réellement, un peu partout, dans les entreprises, sur internet, ou par des formes nouvelles type Sivens ou Notre-dame-des-Landes... Médiapart faisait, en 2010, cette préconisation : « Se désintoxiquer de cette guerre des chiffres », qui ne serait que « le reflet caricatural de l'état déplorable de notre démocratie sociale ». Quatre ans plus tard, on n'en change pas une ligne. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis