Mathilde Goanec
Journaliste, social-travail, Mediapart
Journaliste à Mediapart

5 Billets

2 Éditions

Billet de blog 17 déc. 2015

Le droit de manifester à géométrie variable du préfet du Morbihan

Le préfet du Morbihan vient d'interdire la manifestation contre le racisme et la xénophobie, prévue samedi 19 décembre à Pontivy. Ce rassemblement est une réponse à une manifestation d'extrême-droite autorisée le lendemain des attentats qui a largement dégénéré. Ce deux poids deux mesures est incompréhensible.

Mathilde Goanec
Journaliste, social-travail, Mediapart
Journaliste à Mediapart

Quelle mouche a donc piqué Thomas Degos ? Le 14 novembre, soit quelques heures seulement après les attentas de Paris, le préfet du Morbihan permet au premier jour de l’Etat d’urgence et dans une France sous le choc, une manifestation d’Adsav, groupuscule identitaire breton anti-islam et anti-migrants, à Pontivy. La manifestation a largement dégénéré, avec plusieurs personnes blessées pour avoir répliqué aux slogans haineux des militants d’extrême-droite (voir mon article sur le sujet ici).

capture d'écran du site d'Adsav

Un mois plus tard, le préfet décide d’interdire une manifestation contre le racisme et la xénophobie, organisée par un regroupement d’habitants et d’associations heurtés par la manif du 14 novembre. Motif avancé par la préfecture ? « L’organisation, à cette date, du marché de Noël de Pontivy (traditionnellement très fréquenté), ne permet pas de réunir les conditions de sécurité nécessaires au bon déroulement de la manifestation. » Thomas Degos demande donc au collectif le « report » de l’événement.

Résumons, au risque de se répéter. Des militants d’extrême-droite un lendemain d’attentats, oui. Des citoyens anti-racistes un jour du marché de Noël, non. Le symbole, porté par un serviteur de l’Etat, est dévastateur. « Il est incroyable et scandaleux de voir à quel point les autorités mettent toute leur énergie pour faire capoter cette manifestation et à quel point le 14 Novembre ils ont laissé faire, a aussitôt dénoncé le collectif  organisateur de la manifestation, soulignant la contradiction préfectorale. Considérant tout cela, nous affirmons haut et fort, que cette prise de position n’est pas technique (le marché de noël) ou sécuritaire (menace d’extrême-droite) mais bien politique. » 

L'affiche de la manifestation

Quand au marché de noël, les organisateurs répondent qu’ils ont déjà promis de ne pas défiler au milieu des cabanons, en réponse à l’inquiétude de l’association des commerçants pontiviens. « Nous comprenons leurs inquiétudes et l’importance pour les commerçants que ce marché se fasse dans de bonnes conditions et en même temps, « l’esprit de Noël » ce n’est sûrement pas sacrifier la liberté de manifestation à l’occupation marchande de l’espace public. La démocratie c’est aussi trouver des compromis et donc faire des concessions. Nous avons fait les nôtres. » La préfecture, qui a pris un arrêt d'interdiction, rappelle que des poursuites judiciaires sont possibles en cas de rassemblement interdit.

Thomas Degos, ancien conseiller de Jean-Louis Boorlo, Bernard Accoyer ou encore Maurice Leroy, s’arcboute sur les libertés publiques, raide dans ses bottes. Ce n’est pourtant pas un novice sur les sujets minés. Arrivé dans le Morbihan en avril 2015 seulement, il a connu en tant que préfet de Mayotte un conflit social dur dans le département d’outre-mer, qui s’est soldé par un mort en 2011.

A Pontivy, il sait à quel point la population  a été choquée par cette démonstration de force de l’extrême-droite, sait aussi que plusieurs plaintes ont été déposées pour coups et blessures. Un jeune homme, d’origine antillaise, a été particulièrement malmené. Dix jours plus tard, près de 120 personnes se sont rassemblées, pour collecter les témoignages, repenser l’événement, organiser la riposte idéologique. Le collectif organisateur de la manifestation du 19 décembre est issu de cette soirée.  

Comment comprendre aujourd'hui ce regrettable excès de zèle ? Le site proche de l'extrême-droite bretonnante Breizh Info croit savoir que le préfet craint le service d'ordre anti-faciste rennais auquel aurait fait appel les organisateurs pontiviens... Thomas Degos peut surtout s’appuyer sur un contexte moribond, où la lutte anti-terrorisme prend un caractère dangereusement extensif  (voir les différents articles consacrés à la répression des militants écologistes). Avant le vote au Parlement sur l’Etat d’urgence, il s'est prononcé nettement sur France Bleu Armorique pour la prolongation de l’Etat d’urgence, au prétexte que les « libertés sont encadrées par des lois ». Dans la même interview, il avait par ailleurs annoncé la couleur : « Il faut que la vie continue, mais les organisations d'évènements seront étudiées au cas par cas avant autorisation. » La manif « doudou » des pontiviens, soucieux de rappeler que leur ville n’est pas un refuge pour les xénophobes planqués sous l’identité bretonne, ne fait à priori pas partie de « cette vie qui continue ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat