Mathilde Weibel
Lesbos
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mars 2022

Vers un nouveau « pushback » ?

Lundi 7 mars, un nouveau groupe de réfugiés est arrivé à Lesbos. Personne ne sait encore s’ils seront refoulés en Turquie, comme c’est arrivé la semaine dernière à un groupe de Palestiniens qui étaient arrivés à Samos.

Mathilde Weibel
Lesbos
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On se réveille ce lundi matin 7 mars avec un appel de l’organisation Aegean Boat Report, basée en Norvège, à empêcher un autre refoulement au large de Lesbos. Au moins 31 personnes, dont de nombreux enfants, sont arrivées sur les plages de Skala Sikamineas, au Nord de l’île. A peine arrivées en Europe pour y chercher refuge, elles se sont immédiatement dispersées en petits groupes, de peur d’être arrêtées et renvoyées immédiatement en Turquie.

Groupe de réfugiés arrivés à Lesbos le 7 mars et craignant d’être refoulés en Turquie. © Aegean Boat Report

Ces personnes fuyant la guerre craignent de subir le même sort qu'un groupe de douze Palestiniens originaires de Gaza, qui ont été refoulés la semaine dernière depuis Samos.

Au matin du samedi 26 février, trois femmes, six hommes et trois enfants, sont arrivés à Samos. Ils ont immédiatement contacté des organisations humanitaires, dont Aegean Boat Report, mais la police les a trouvés plus vite. Aegean Boat Report, ayant perdu le contact avec eux, a pu joindre la police portuaire de Samos, qui lui a affirmé qu’aucune arrivée n’était à signaler. Le groupe s’est pourtant pris en photo à plusieurs endroits de l’île, afin de prouver sa présence sur place, entre autres devant une église et devant des panneaux de signalisation.

Quelque temps après leur arrivée à Samos, le groupe a été arrêté par des hommes en noir, qu’ils décrivent comme des « soldats », et qui leur ont pris leur argent et leurs téléphones, avant de les faire monter dans un van.

Le groupe de réfugiés palestiniens à leur arrivée à Samos, le 26 février. © Aegean Boat Report

Le groupe a disparu. Ce n’est qu’après avoir été refoulé en Turquie qu’il a pu reprendre contact avec Aegean Boat Report et raconter ce qui s’était passé. Les douze personnes ont été retrouvées à Kusadasi, en Turquie, le 27 février vers 2 heures du matin. Elles avaient été placées sur un canot de sauvetage à la tombée de la nuit et avaient ramé avec leurs mains pour retrouver la terre ferme.

Rapport d’activité des garde-côtes turcs, mentionnant l’arrivée de 12 Palestiniens le 27 février, retrouvés sur terre, après avoir été refoulés depuis la Grèce © Aegean Boat Report

Elles affirment avoir été fouillées en plein air par la police grecque, qui aurait forcé hommes, femmes et enfants à se déshabiller entièrement. Puis, on les aurait forcés à entrer dans un véhicule qui les aurait emmenés dans une base militaire, où ils auraient attendu des heures, enfermés dans le van, sans rien à manger, ni pouvoir utiliser des toilettes. Enfin, on les aurait reconduits vers la mer, où les attendait un bateau. Vers midi, on les aurait fait embarquer sur un bateau des garde-côtes grecs, où ils auraient été à nouveau fouillés brutalement, frappés et menacés avec des armes. Ils devaient garder la tête au sol et étaient frappés s’ils tentaient de relever la tête. Ayant été dépouillés de leurs téléphones, ils n'ont pu contacter aucune organisation humanitaire pour dénoncer ce qui était en train de se passer.

Finalement, ils ont été poussés sur un canot de sauvetages et abandonnés en pleine mer, forcés de ramer avec leurs mains pour rejoindre les côtes turques.

A 13 heures 30, ce lundi 7 mars, le groupe arrivé ce matin à Lesbos est encore là, caché quelque part. Personne ne sait s’il sera refoulé lui aussi vers la Turquie ou enregistré en Grèce, si on permettra ou non à ces vingt-cinq enfants et à leurs parents de trouver refuge dans cette Europe qui semble depuis quelque temps si encline à accorder l’asile à ceux qui fuient la guerre.

Mise à jour: La moitié du groupe a été refoulée vers la Turquie lundi soir. 17 personnes, dont 8 enfants et une femme enceinte, ont été retrouvées dérivant au large de Çeşme par les garde-côtes turcs lundi 7 mars autour de 23h30. L'autre partie du groupe a été emmenée vers un camp provisoire du Nord de Lesbos, pour y être placée en quarantaine. 

Pour un récit détaillé des événements:  https://aegeanboatreport.com/2022/03/10/the-refugee-lottery/?fbclid=IwAR37NrYroKacsGwkJYd41OgbwWNpzfIYECiH61cHaiyl8KrR68iMsBtftoM 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire