Mathilde Weibel
Lesbos
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2019

Hommage à Jean-Paul, mort de froid aux portes de l’Europe

Jean-Paul, 24 ans, est mort pendant la nuit du 7 janvier au camp de Moria, Lesbos.

Mathilde Weibel
Lesbos
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Puedo escribir los versos más tristes esta noche

J’aurais préféré aller me coucher ce soir. Oublier ou détourner les yeux. M’abîmer dans un sommeil d’enfant, loin du froid et des souvenirs de la journée écoulée.


Aujourd’hui un garçon de dix-huit ans m’a raconté qu’il avait tenté de se pendre à deux reprises le mois dernier. Un autre m’a dit, satisfait, que le cadavre de son meilleur ami assassiné avait cessé de le suivre à tout moment de la journée et que désormais, il ne lui rendait visite que la nuit.


Il fait froid. Partout, tout le temps. C’est la première chose dont on parle en rencontrant quelqu’un. Comment vas-tu. J’ai froid.


Ce soir j’aurais préféré aller me coucher, oublier et détourner les yeux. Mais ce soir il faut écrire. Même si je n’en ai pas envie, pas du tout envie. Je sais trop bien que le monde en a assez des dénonciations, des récupérations, des scandales qui n’intéressent plus personne. Moi aussi, j’en ai assez. Assez des posts Facebook enragés, des déclarations indignées, des commentaires, des articles, des mots, toujours des mots. Ces mots qui nous autorisent à nous dédouaner, à ne pas nous sentir coupables, à laisser faire, ces mots qu’on écrit et qu’on dit et qui nous permettent de jouer à ceux qui savent et qui ne participent pas à l’ignominie, parce que non il n’est plus possible de dire qu’on ne savait pas.


Cette nuit, Jean-Paul, 24 ans, est mort. Il avait fait le voyage depuis le Cameroun pour venir mourir aux portes de l’Europe, dans cette ignominie à ciel ouvert qu’on appelle Moría. En décembre dernier, Jean-Paul avait rencontré l’évêque de Mytilène. Il sourit, sur la photo, aux côtés de la soutane violette.
« Il mourait ». Il est mort, ils sont morts et ils mourront, d’autres mourront, combien d’autres mourront, ne faisons plus semblant de ne pas savoir.


Depuis deux semaines, les habitants de Moria survivent sans électricité. Les 5028 hommes, femmes et enfants de Moria survivent dans des containers et des tentes sans chauffage ni lumière. Personne ne dort la nuit. Le froid insulaire pénètre sous la peau, s’insinue sous les os qu’il endort de l’intérieur. Il fait un degré. On annonce de la neige ces prochains jours.


A Moria, ce soir, on manifeste. On hurle et on s’élève. On se bagarre. Parce qu’à Moria on n’en peut plus. Ici on meurt et on mourra encore. Trois ans que ça dure. Trois ans que l’Europe laisse faire, bien contente qu’on ait la décence de mourir à ses portes et dans ses mers, loin des capitales du Nord.


Honte à toi, Europe.
Et salut à toi, Jean-Paul. Les frontières doivent te sembler bien vaines à présent.
Peut-être même que du ciel, on ne les voit pas.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par «Le Figaro»
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates ont déposé plainte contre l’agence de renseignement américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
Des femmes et des enfants exilés condamnés à rester dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, survivaient dans la rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Saisi par un avocat et une association, le tribunal administratif de Montreuil a rejeté leur requête ce mardi 16 août.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com