Mathilde Weibel
Lesbos
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 sept. 2020

Après Moria (2). Se nourrir

Près d’une semaine après l’incendie du camp de Moria, nombre de bénévoles, employés d’ONG et journalistes se voient refuser l’accès à la zone où les réfugiés ont installé leurs tentes. Les distributions de nourriture sont sporadiques et insuffisantes. L’absence de sanitaires laisse présager une catastrophe. A Mytilène, la police traque ceux qui se seraient échappés de la rue.

Mathilde Weibel
Lesbos
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce matin dans les rues de Mytilène, la police est postée devant les supermarchés et arrête ceux qui en sortent. Parce qu’ils ont fui la zone de non-droit dans laquelle ils sont enfermés avec les autres survivants de l’incendie de Moria. Parce qu’ils ont traversé la forêt et les collines pour éviter les contrôles, se sont écorché les jambes, ont risqué plusieurs fois de tomber, pour aller faire des courses. Parce qu’ils ont osé vouloir se nourrir par eux-mêmes, sans attendre des distributions insuffisantes et inadaptées.

On les voudrait disciplinés, baissant la tête, tendant la main. Les réfugiés c’est ça, non ? De pauvres gens qui demandent tout et n’apportent rien. Qu’on peut transbahuter d’un camp à un autre, d’une tente à une autre.

Cette fois-ci, on a décidé de les parquer dans un camp flambant neuf, un alignement de tentes blanches d’où l’on pourra les surveiller tranquillement. Il n’y a de loin pas assez de tentes pour que tous s’y installent, peu importe, c’est déjà ça. Les tentes sont faites pour abriter six personnes ? On en mettra dix. Les distanciations sociales ? Les risque de propagation du feu, avec des tentes si proches les unes des autres ? Qu’importe, si le virus ou le feu en emporte quelques-uns ce sera toujours ça de moins. Ceux qui refusent de s’y rendre ? C’est très simple. On interdit à tous ceux qui leur apporteraient de quoi manger de les approcher. Ils finiront bien par se rendre. Rapide, efficace.

Alignés là sur un banc, chacun des hommes tient un sac plastique contenant de la nourriture. Six policiers les surveillent. De dangereux criminels. Quelle impertinence, avoir voulu se nourrir et nourrir sa famille. Quel manque total de résignation. Quelle arrogance. Parce que vous vous croyiez humains ? Réveillez-vous, enfin. Vous ne serez jamais comme nous.  

Le lundi après-midi les commerces de Mytilène sont fermés et les rues désertes. Une Afghane me reconnaît dans la rue. Elle et son fils ont eux aussi bravé les barrages de la police pour venir jusqu’en ville et y faire des courses. Elle me montre ses jambes égratignées, les sandales de son fils déchirées : « Tous les magasins sont fermés aujourd’hui, pourquoi ? On n’a rien mangé depuis cinq jours et on n’a pas pu se laver depuis l’incendie. Au moins, j’ai trouvé du savon et de quoi manger au supermarché. Tant pis pour les chaussures de mon fils ». Elle me raconte sa course à travers les collines, sa fatigue. « Tu crois qu’on peut demander à un taxi de nous rapprocher du barrage de police ? Il se fera arrêter s’il nous aide ? »  

Les médias grecs continuent leur propagande anti-réfugiés. A la télévision, on affirme que les réfugiés mettent le feu « toute la journée ». Ma médecin a du mal à croire qu’il y a des Syriens parmi les milliers de personnes qui dorment au bord de la route. « En Syrie il y a la guerre, donc les Syriens sont certainement mieux logés, dans des maisons ou au moins au camp de Kara Tepe, non ?» Non. Les Syriens dorment par terre comme les autres. Les nouveau-nés syriens, les femmes enceintes syriennes, les invalides syriens. Et si vous n’avez aucune idée de ce qui se passe en Afghanistan, au Congo ou en Somalie, il serait peut-être temps de vous renseigner plutôt que de répéter bêtement ce que vous entendez à la télévision.

Personne ne risque sa vie dans une embarcation en plastique s’il n’a pas déjà tout perdu.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland