Mathilde Weibel
Lesbos
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mars 2022

Une étape de plus dans la criminalisation de l’asile en Grèce

Le procès d’Amir Zahiri et d’Akif Rasuli, deux demandeurs d’asile afghans accusés d’avoir facilité l’entrée illégale de demandeurs d’asile sur le territoire grec, et d’avoir provoqué le naufrage de leur propre embarcation, a été repoussé au 7 avril prochain.

Mathilde Weibel
Lesbos
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les deux jeunes hommes sont arrivés en Grèce en mars 2020. Amir était accompagné de sa femme, alors enceinte, et de leur fille. A cette époque, en pleine pandémie, le gouvernement grec avait suspendu le droit de demander l’asile, considérant d’office toute personne entrant sur son territoire sans documents valables comme illégale, et contrevenant ainsi à la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne et à la Convention de Genève relative au statut des réfugiés. Comme des centaines, des milliers d’autres, Amir Zahiri (25 ans) et Akif Rasuli (23 ans) avaient fui l’Afghanistan et cherchaient refuge en Europe.

Pendant la traversée, les garde-côtes grecs ont cherché à les repousser vers la Turquie en utilisant des barres de métal, effectuant un « pushback » ou refoulement, comme ils le font de plus en plus souvent. Le bateau, percé, a commencé à prendre l’eau et a fini par chavirer, et les garde-côtes ont été forcés de recueillir les naufragés à bord. Les deux hommes ont été violemment battus devant le reste du groupe, y compris la femme d’Amir et leur fille. A peine arrivés sur la terre ferme, ils ont été séparés du groupe avec lequel ils avaient voyagé. Ils ont été accusés d’être des passeurs ayant provoqué le naufrage du bateau, et ils ont été placés en détention provisoire. Le 8 septembre 2020, ils ont été condamnés à 50 ans de prison chacun.

La femme d’Amir a accouché entre-temps, alors que son mari était détenu pour avoir tenté de sauver sa vie et celle de sa famille en rejoignant l’Europe. Il a rencontré son bébé une fois, après son procès, et a pu le tenir dans ses bras pendant quelques minutes, sous les injures d’un policier qui lui hurlait de rendre le nouveau-né à sa mère.

Le procès en appel devait se tenir aujourd’hui à Mytilène, sur l’île de Lesbos, mais il a été repoussé au 7 avril. Les deux jeunes hommes devront donc retourner en prison, en attendant la prochaine date de ce rendez-vous kafkaïen avec la justice européenne.

Dans la prison de Chios, où ils sont actuellement détenus, se trouve également Hand Abdi Mohammad, 28 ans, un demandeur d’asile somalien qui a été condamné à 142 ans de prison pour avoir pris le gouvernail du bateau sur lequel il tentait de rejoindre l’île de Lesbos, comme le lui ordonnait le passeur en le menaçant d’une arme. Les prisons sont pleines de ces hommes souvent choisis au hasard, à l’arrivée de chaque bateau, et accusés à tort d’en être les capitaines.

Un autre cas semble confirmer qu’il n’existe pas de limites au cynisme des autorités qui cherchent à tout prix à criminaliser le malheur. N., un Afghan de 25 ans, qui avait pris la mer sur une embarcation pneumatique le 7 novembre 2020, tentant de fuir la Turquie avec son fils de six ans, a vécu un drame. Au large de Samos, le bateau qui transportait vingt-quatre passagers a chaviré et tous ses passagers sont tombés dans l’eau. Les garde-côtes grecs avaient été informés de leur présence, mais ils ne sont pas venus les secourir. Au petit matin, le corps sans vie du fils de N. a été retrouvé sur les côtes de Samos.

Sans aucun égard pour la douleur du père qui venait de perdre son enfant de six ans dans un naufrage, N. a alors été arrêté et accusé d’avoir mis la vie de son fils en danger en le faisant emprunter la route mortelle de l’exil. Il encourt dix ans d’emprisonnement.

Un autre jeune homme, Hasan, 23 ans, se trouvait sur cette même embarcation ce jour-là en compagnie de sa sœur, de son frère et de sa mère handicapée. Il avait dirigé le bateau en détresse, et est accusé quant à lui d’avoir transporté « 24 ressortissants de pays tiers sur le territoire grec sans autorisation » (contrebande), avec les circonstances aggravantes de « mise en danger de la vie de 23 personnes » et d’avoir « causé la mort d’une personne » (le fils de N.). Il encourt la perpétuité pour la mort du fils de N., ainsi que dix ans d’emprisonnement par personne transportée, c’est-à-dire 230 années de prison en plus de la perpétuité.

Hier, le photographe norvégien Knut Bry a été arrêté par la police à Lesbos alors qu’il photographiait le port de Mytilène, et en particulier un bateau des garde-côtes. L’artiste mondialement reconnu, qui collaborait depuis 2016 avec l’ONG Lesvos Solidarity, est accusé d’espionnage.

Pour soutenir les « Deux de Samos », N. et Hasan, vous pouvez signer la pétition :

https://freethesamostwo.com/fr/page-daccueil/

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille