Mathis.Montelon
Futur journaliste
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 août 2022

Mathis.Montelon
Futur journaliste
Abonné·e de Mediapart

Analyse de la fracture du lien social : le mal des plus précaires

En 2015, en France, 3% de la population de plus de 16 ans est complétement isolé socialement selon l'INSEE. Et même si ce chiffre tend à baisser au fil des années (4% en 2006), certains événements peuvent soudainement rabattre toutes les cartes. Ce fut le cas en 2020, lors du confinement lié à la crise du Covid-19, qui a vu 27% des Français vivre seuls durant 2 mois (Source : Sciences Po CEVIPOF).

Mathis.Montelon
Futur journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mais, en temps habituel, quels sont donc les principales causes de cet isolement social ? 

Chômage et précarité : un coup d'arrêt pour toutes ses activités

Le problème du chômage revient de façon assez récurrente dans l'actualité. Seulement, rarement ce sujet est évoqué dans les médias du point de vue des personnes victimes de cette situation. De plus, le phénomène a été largement amplifié par la pandémie mondiale. Au moins 628 000 français se sont retrouvés au chomage à cause du Covid, en plus des 9 millions de salariés en chomage partiel au plus haut de la crise. Cela constitue une double peine pour les personnes ayant perdu leur emploi, ainsi que toute relation sociale. En effet, ce n'est pas pour rien que le mot travail rime avec lien social. Cette situation met un coup d'arrêt aux contacts socio-professionnels, qui représentent une très grande partie de notre socialisation quotidienne. Le cercle amical se restreint également puisque les sorties ou autres activités deviennent rapidement hors budgets. Même du côté familial cela se complique. Le risque de séparation passe de 2,6% pour un homme ayant un emploi, à 3,8% lorsqu'il est au chômage. Certains se sentent d'ailleurs trop honteux pour avouer leur situation à leur famille, et s'emmêlent dans un tissu infini de mensonges. Cela pèse aussi beaucoup sur les enfants dont les résultats scolaires peuvent bien souvent chuter. C'est non seulement une pression pour la personne en recherche d'emploi, mais aussi pour la totalité son entourage. Le chomage n'est pas seulement un problème économique, c'est aussi un problème social, et nous oublions très souvent ce point.

Dans ce cas-là, il existe plusieurs façons de limiter cet isolement. Evidement, comme pour tout, le fait d'en parler est nécessaire. Et même si l'on prend le risque qu'une partie de son entourage ne comprenne pas et s'éloigne, la majorité sera encore là pour soutenir la personne concernée. Mais ce n'est pas tout, les associations peuvent jouer un rôle important. Si des difficultés à subvenir à ses besoins apparaissent, il ne faut pas hésiter à y faire appel. Elles permettent à la fois d'être aidé au niveau de ses besoins vitaux, ainsi que de garder un lien social avec les bénévoles. Un autre moyen de briser cette situation, c'est la requalification via une formation ou une reprise des études. Enfin, c'est également et surtout à l'Etat de limiter les suppressions d'emplois et les licenciements.

Cependant, certaines fractures sociales sont bien plus profondes que la perte d'emploi, et sont parfois irrémédiables.

Un isolement total et volontaire : le cas survivaliste

Très connus pour leurs fréquentes dérives sectaires, les survivalistes sont un exemple parfait de personne ayant souvent un profond problème avec les relations sociales. Même si ce n'est souvent qu'une excuse dans le but de manier des armes et créer des groupuscules dangereux pour certains partisants d'extrême-droites, cette pratique est parfois vue comme un retour aux sources, loin des relations humaines toxiques. Elle sert de refuge pour des citoyens ayant subi du harcèlement dans leur jeunesse et voulant fuir la cruauté de l'Homme. Ils se retrouvent seuls, en tête à tête avec la nature. La démarche peut sembler noble, mais au vu de la proportion de ses adeptes tombant dans des pratiques extrêmes, voire sectaires, elle reste risquée. Il faut donc prendre le problème à sa source et directement lutter contre le harcèlement et l'exclusion des jeunes durant leur apprentissage scolaire. Surveiller ce genre de groupuscule, pouvant se révéler dangereux, parait tout autant nécessaire.

Le dernier cas d'exclusion que nous allons évoquer est un problème générationnel qui, encore une fois, a récemment trouvé écho dans l'actualité.

Isolement numérique : une génération complètement déconnectée

Parmi les plus affectés socialement par le confinement figures, aux côtés des jeunes générations, les personnes âgées. Cela est dû principalement par l'incapacité d'utiliser correctement les nouveaux outils de communication. En temps normal, 300 000 personnes âgées étaient en état de mort sociale en France, c'est-à-dire aucun contact avec un cercle de sociabilité. Ce chiffre a explosé durant la période du coronavirus pour atteindre un demi-million en 2021. Cela touche beaucoup cette génération qui, pour beaucoup, vit seule. Pour pallier à cela, des plateformes téléphoniques permettant de garder le contact existent. De nombreuses initiatives locales se sont répandues partout en France, notamment à Paris avec le dispositif Paris en Compagnie. Pour que ce genre de situation ne se reproduise pas à l'avenir, une formation aux outils numériques pourrait être proposée aux personnes concernées. L'objectif est de pallier ce manque d'autonomie lié à l'âge.

L'Humain étant un animal social, il nécessite des contacts avec l'autre. L'accompagnement des personnes en situation d'isolement, qui figurent souvent parmis les plus précaires, se présente donc comme une absolue nécessité. Il faut pouvoir proposer des solutions permettant de les accompagner, ce que font déjà de nombreuses associations telles que Les Petits Frères des Pauvres ou La Croix Rouge. Mais c'est principalement le rôle de l'Etat de veiller sur ces personnes, et développer ces solutions.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier