matthieu Dollfus
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 janv. 2021

matthieu Dollfus
Abonné·e de Mediapart

«Epidémie d'OQTF» en Lozère

Cas d'OQTF en Lozère alors que les concernés font déjà partie du paysage de la bourgade. La plus petite sous-préfecture de France.

matthieu Dollfus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 "Epidémie d'OQTF" en Lozère dans un département où les gens et le monde de la représentation sociale peuvent se toucher plus facilement qu'ailleurs. Où les artisans ont comme ailleurs des difficultés pour trouver des ouvriers. Où les écoles ont besoin d'écoliers. Où le nombre de migrants est faible. Où ils sont en général bien entourés et s'intègrent vite au tissu social. Trois cas actuellement donnent des inquiétudes.

A Florac, sous-préfecture du département, un couple et sa petite fille de 2 ans d'Albanie, deux jeunes maliens (de trente deux ans et un à peine majeur) ont reçu comme réponse à leur demande de titre de séjour (le plus jeune attend toujours sa réponse et risque de recevoir une OQTF), après des attentes de plusieurs mois difficilement concevables en terme de charge administrative, "les remerciement de la République" pour leurs efforts depuis plusieurs années déjà (apprentissage de la langue française, travail régulier, contrat CDI de principe de plusieurs entreprises locales ou d'apprentissage, inscription de l'enfant à l'école élémentaire, etc.), à se conformer à leur Obligations de Quitter le Territoire Français. Avec confiscation de papiers d'identité par la préfecture pour l'un, obligation pour la famille de pointer quotidiennement à la gendarmerie, etc.

Dans quelle république sommes-nous ? Quelles sont les obligations et le libre-arbitre des responsables de l'administration d'Etat de faire prendre puis faire appliquer une sentence froide et sans appel au lieu de diligenter rapidement la vérification des bien-fondés des efforts de ces exilés et prendre des décisions raisonnables, humaines, non outrancières de droit, pour aider à la fois des personnes qui ont traversé des difficultés dont aucun d'entre nous n'a la moindre expérience et la vie sociale d'une région qui a besoin de cet apport de personnes volontaires et capables ?"
   

Signé - collectif de citoyen de la Lozère.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte