MATTHIEU LEPINE
Professeur d'histoire-géographie (93) et militant au Parti de gauche
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mai 2013

Hollande prêt à livrer l’école républicaine au Medef et aux «pigeons»?

Encore une victoire pour les « pigeons » ! En octobre dernier, ils obtenaient en quelques jours des concessions du gouvernement concernant le projet de taxation des plus-values de cessions d’entreprises. Ce lundi, après s’être entretenu avec ces « entrepreneurs » aux dents longues, François Hollande annonçait la mise en place d’ « un programme sur l’entreprenariat» dans les établissements scolaires « de la sixième à la terminale ».

MATTHIEU LEPINE
Professeur d'histoire-géographie (93) et militant au Parti de gauche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Encore une victoire pour les « pigeons » ! En octobre dernier, ils obtenaient en quelques jours des concessions du gouvernement concernant le projet de taxation des plus-values de cessions d’entreprises. Ce lundi, après s’être entretenu avec ces « entrepreneurs » aux dents longues, François Hollande annonçait la mise en place d’ « un programme sur l’entreprenariat» dans les établissements scolaires « de la sixième à la terminale ». On peut se demander quelle est la botte secrète de ces « pigeons » qui font mouche à tous les coups ? Quant au gouvernement, il décide une fois de plus de prendre le parti de l’oligarchie ! Après le passage en force sur l’ANI ou encore la trahison concernant l’amnistie sociale, il s’attaque dorénavant à la neutralité de l’école républicaine. Quoi qu’en disent mes amis militants, sympathisants ou électeurs socialistes, François Hollande suit plus que jamais les traces de son prédécesseur Nicolas Sarkozy et cela n’annonce rien de bon !

© 

L’école, une rampe de lancement idéologique ?

C’est la question de la portée idéologique des savoirs enseignés qui est au centre de ce débat. Il arrive qu’on accuse bêtement les enseignants d’avoir un parti pris et d’influencer leurs élèves. Professeur d’Histoire-géographie et militant au Parti de gauche, il m’arrive parfois de recevoir à ce sujet des commentaires absurdes sur mon blog. Certains vont parfois très loin. Voilà par exemple un extrait d’un long mail qui m’a récemment été envoyé.

 « Monsieur le prof d’histoire politisé comme l’étaient tes bâtards de collègues quand j’étais au collège/lycée, je tenais à te toucher deux petits mots. Au-delà du fait que tu auras peu d’impact sur internet, j’espère que tu ne fertilises pas les cerveaux adolescent de ta légendaire connerie de prof d’histoire (tous de gauche), le cas où ça le serait, j’espère qu’un jour quelqu’un d’assez énervé te corrigera comme il se doit. Personnellement, le jour où j’apprends que mon fils se fait lobotomiser le cerveau par un gauchiste « bien-pensant », en tout cas, je dévisse la tête du dit « professeur d’histoire ».

Les profs sont tous de gauche et « lobotomisent » le cerveau de leurs élèves c’est bien connu ! Si cette ineptie s’avérait vrai, les dix dernières années passées par la droite à la tête de l’Etat, suffiraient en tout cas à montrer l’inefficacité de cet endoctrinement !

Si l’amour rend aveugle, il en est inévitablement de même pour la bêtise ! Car ce ne sont pas des « gauchistes » qui depuis plusieurs années retouchent les programmes afin d’y introduire un contenu idéologique. Mais bien l’UMP et aujourd’hui le PS sous la pression du Medef et des « pigeons ». Les dernières réformes des programmes scolaires en Histoire-Géographie ou encore en Sciences Économiques et Sociales le démontrent. La doctrine libérale s’infiltre petit à petit dans le contenu des enseignements.

En SES, la volonté de réduire à portion congrue les sciences sociales a clairement été affichée sous Sarkozy. Il a par exemple fallu que les enseignants se mobilisent pour que la question du chômage ne disparaisse pas des programmes de seconde. En première, la notion de classes sociales a tout simplement été remplacée par celle de groupes sociaux et le terme d’inégalités est devenu tabou…

En Histoire se sont les luttes ouvrières, le Front populaire ou encore la Résistance qui ont presque disparu des programmes, au collège comme au lycée. Pendant ce temps, la mondialisation et les inégalités à l’échelle mondiale sont présentées en géographie comme des faits inéluctables ! Qui tente d’endoctriner les élèves ?

Ouvrir l’école aux entreprises, une fois de plus Hollande fait du Sarkozy

En 2008, Nicolas Sarkozy déclarait après une rencontre avec le Medef et la CGPME, « elle (l’école) doit s’ouvrir sur le monde des professions. Il ne faut pas la fermer aux entreprises. Xavier Darcos et moi proposons dès la rentrée prochaine non pas de marchandiser l’école, mais de permettre à l’ensemble des établissements, à tous les professeurs, à leurs élèves de vivre en prise constante, directe, avec la réalité des entreprises ».

En octobre dernier, Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale reprenait l’idée à son compte «  Il faut faire découvrir l’entreprise et les métiers dès la sixième et cela jusqu’à l’université ». « Je veux que l’on puisse ajuster les préoccupations des entreprises et les nôtres pour donner la meilleure formation possible et la plus utile aux jeunes. L’éducation nationale est capable de changer le contenu de ses diplômes et de ses formations pour répondre rapidement aux besoins de l’économie et des entreprises ».

Ce lundi, après une rencontre avec les « patrons pigeons », François Hollande confirmait les propos de son ministre « Il est […] prévu de la sixième à la terminale, un programme sur l’entreprenariat. (…) Il prendra la forme de stages plus nombreux qu’aujourd’hui, d’interventions d’acteurs économiques, et d’initiation à la vie économique ».

Une fois de plus, le président a donc décidé de suivre les pas de Nicolas Sarkozy. Cette proposition se situe dans la droite ligne de ce que fit le gouvernement précédent avec les programmes scolaires. Sous la pression du Medef et des autoproclamés « pigeons », François Hollande se résout à ouvrir la boîte de Pandore, en faisant de l’école un lieu d’expression privilégié pour les patrons (car c’est bien à eux qu’il s’adresse). Mais est-ce le rôle de l’Education nationale que de faire aimer l’entreprise ?

La propagande libérale n’a pas sa place dans les établissements scolaires. Va-t-on bientôt nous demander de remplacer le triptyque républicain « Liberté, Egalité, Fraternité » du fronton des écoles par « Performance, Concurrence, Compétition ». Tout le monde se rappelle de ces propos de Nicolas Sarkozy : « l’instituteur ne pourra jamais remplacer le prêtre ou le pasteur dans la transmission des valeurs ». François Hollande songerait-il à reprendre cette citation à son compte en remplaçant le prêtre par le patron ?

Ce qui est certain, c’est qu’une fois de plus les besoins des élèves sont complètement occultés. Lorsqu’on est sur le terrain, on sait pertinemment que la morale laïque et l’entreprenariat ne résoudront rien. Ce qu’il faut c’est répondre aux besoins des milliers d’élèves en échec scolaire. Lecture, écriture, orthographe, vocabulaire, accès à la culture, voilà quelles doivent être les priorités de l’Education nationale.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES