MATTHIEU LEPINE
Professeur d'histoire-géographie (93) et militant au Parti de gauche
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 déc. 2012

MATTHIEU LEPINE
Professeur d'histoire-géographie (93) et militant au Parti de gauche
Abonné·e de Mediapart

Exil fiscal : le sursaut de classe des forces de l’argent

L’exil fiscal de Gérard Depardieu a fait couler beaucoup d’encre. Chacun y est allé de son petit commentaire. On a notamment vu une partie du monde du cinéma et du show-business apporter son soutien à l’acteur français. Une réaction corporatiste selon certains. Une réaction de classe à mon sens.

MATTHIEU LEPINE
Professeur d'histoire-géographie (93) et militant au Parti de gauche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’exil fiscal de Gérard Depardieu a fait couler beaucoup d’encre. Chacun y est allé de son petit commentaire. On a notamment vu une partie du monde du cinéma et du show-business apporter son soutien à l’acteur français. Une réaction corporatiste selon certains. Une réaction de classe à mon sens. Ceci d’autant plus que le patronat et certaines grandes fortunes (Leclerc, Afflelou…) sont à leur tour venus se solidariser avec le natif de Châteauroux. En réalité, c’est à une véritable offensive des forces de l’argent à laquelle nous avons assisté, une lutte de classe. Comme les salariés menacés par les suppressions d’emplois luttent dans leurs entreprises, les forces de l’argent se sont mobilisées pour défendre leurs intérêts.  L’affaire Depardieu a fait sortir les loups du bois. Profitant de relais politiques et médiatiques, ils ont égrainé les plateaux de télévision afin de nous expliquer sournoisement à quel point il est difficile d’être fortuné aujourd’hui en France. Cette complainte du riche exploité subissant l’injustice du système s’est accompagnée d’un chantage au départ tout aussi insupportable que navrant.

L’offensive des forces de l’argent contre le système fiscal français

On peut définir les forces de l‘argent comme l’ensemble des personnes qui font de l’accumulation de richesses le fil conducteur de leur existence. Des personnes qui placent l’amour de leur compte en banque au-dessus de l’amour de l’humanité et voient dans l’Etat redistributeur un Etat confiscateur. En d’autres termes, les tenants de l’ultra-libéralisme et du système capitaliste.

Le monde du show-business en est l’une des composantes. Mais celui-ci n’a pas été le seul à se mobiliser pour légitimer l’exil fiscal de Depardieu. En effet, certaines grandes fortunes françaises ont aussi participé à la levée de bouclier des forces de l’argent. « Oui il (Depardieu) a raison (…), on a une fiscalité qui n’est pas solidariste, qui est revancharde¹», une «fiscalité injuste et confiscatoire²». Telles ont été par exemple les réactions de Michel-Édouard Leclerc et d’Alain Afflelou.

Les plus fortunés subiraient donc, selon eux, l’injustice du système fiscal français et attendraient davantage de solidarité de la part de l’Etat et donc des français. Traduction, « défendons les riches, taxons les pauvres³ ». A l’heure de la crise et de l’austérité, alors que le nombre de pauvres et de chômeurs ne cesse de croitre, voilà une belle leçon de solidarité !

Rappelons tout de même que l’impôt qui rapporte le plus à l’Etat chaque année est la TVA. Un impôt que tout un chacun paye, sans distinction de richesse. L’injustice est là, et nulle part ailleurs !

Victimisation des plus fortunés grâce à l’utilisation de mots épouvantails

Il est intéressant d’analyser le vocabulaire employé par ceux qui critiquent le système fiscal français et légitiment l’exil de certaines fortunes. Tout est bon pour faire des riches, de ceux qui ont le plus, des victimes. Ainsi, Charles Berling assimile la lutte contre l’exil fiscal au « maccarthysme », Alain Afflelou à « une guerre de tranchées», Laurence Parisot à une «guerre civile» et Charles Beigbeder à une « chasse ». Des propos somme toute mesurés ! On s’étonne d’ailleurs de ne voir aucune référence à Staline, Pol Pot ou à la Corée du Nord.

« On est entrain (…) de revenir en 1789 » (Afflelou), « quelque chose qui s’apparente à 1789 » (Parisot), « qu’auriez-vous fait en 1789, mon corps en tremble encore ! » (Deneuve),  « résistons à nos Robespierre » (Beigbeder). La Révolution semble être un souvenir douloureux pour les forces de l’argent. Leurs pires cauchemars, l’abolition des privilèges du 4 aout 1789 et la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 aout. Pourquoi ? Car ces mesures portent l’estocade à l’Ancien régime et mettent fin à son système fiscal inique. En effet, à l’époque, les plus fortunés disposaient, grâce à leurs privilèges, d’exemptions fiscales. Le peuple, quant à lui, subissait les multiples taxes imposées par le pouvoir royal, l’Eglise et les seigneurs locaux. Un retour à l’ordre ancien, nul doute que les forces de l’argent en rêve ! Nul doute non plus que les Depardieu, Parisot et autre Afflelou auraient émigrés au moment de la Révolution pour protéger leurs capitaux et rejoindre les forces étrangères liguées contre la France.

Soutenir les plus fortunés, les forces de l’accumulation face aux forces du partage, la droite toute entière, de l’UDI au Front national, est en ordre de bataille. « Guillotine fiscale », « matraquage fiscal », « il a raison Gérard », sans riches, la France est « perdue », voilà ce que l’on peut notamment lire sur le blog de Gilbert Collard. Le secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine prends clairement le parti des forces de l’argent, lui qui dit se soucier de la France et des français est en réalité complètement affidé au capital. Du coté de l’UMP, Copé et Fillon dénoncent en cœur le « matraquage fiscal ». Hervé Morin,  co-fondateur de l’UDI, parle quant à lui d’une « politique fiscale confiscatoire ». Et oui, pour la droite, demander un effort fiscal aux plus fortunés s’apparente davantage à une mesure confiscatoire, à du vol, qu’à une mesure de redistribution des richesses.

Les médiacrates au service des forces de l’argent

Rendre acceptable l’exil fiscal, convaincre les français que les exilés sont des gens comme eux, justifier l’injustifiable, voilà l’objectif que se sont donner certains médias entièrement soumis aux forces de l’argent. Ainsi, Le Point a décidé de faire l’éloge de Gérard Depardieu, en pleine polémique sur son départ en Belgique, en déclarant notamment à son sujet, «vous savez ce qu’être français veut dire4 ». Fuir son pays en temps de crise, refuser de participer la contribution nationale, ne penser qu’à son patrimoine économique et se moquer du sort de ses concitoyens, voilà ce qu’être français veut dire ?

De son coté, Le Figaro a décidé de titrer l’un de ses articles « Les Français « comprennent » Gérard Depardieu5 ». On peut y lire que ceux-ci ont une certaine « empathie vis-vis des exilés ». N’est-ce pas là le monde à l’envers ? Ce type d’article n’est voué qu’à une chose, décrédibiliser le discours de ceux qui disent qu’il faut davantage taxer les plus fortunés. « Vous voulez la taxe à 100% au dessus de 360 000 euros, mais regardez, les riches s’exilent et les français les comprennent ! ». Une chose est en tout cas certaine, les exilés fiscaux n’ont aucune empathie envers les français qui souffrent.

Ironie du sort, ceux-là même qui défendaient l’exil fiscal de Depardieu, pleurent aujourd’hui de façon totalement hypocrite les chiffres du chômage. Soutenir l’exil fiscal c’est soutenir les forces de l’argent, combattre le chômage c’est agir contre la précarité. Voilà deux logiques antagonistes.

¹ Charles-Edouard Leclerc, Europe 1, 26/12/12

² Alain Afflelou, RTL, 22/12/12

³ François Morel, France Inter, billet du 28/12/12

4 Le Point.fr 27/12/12

5 LeFigaro.fr 20/12/2012

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias