C'est la guerre

La lutte contre le capitalisme est une guerre, une guerre brutale, inégale et sans pitié. Avec "En Guerre", Stéphane Brizé nous plonge au plus près du combat, dans les tranchées de cette guerre que certains mènent mais que tous subissent.

 

http-2f-2fmondocine-net-2fwp-content-2fuploads-2f2018-2f05-2fen-guerre-film-2-1024x576

La guerre ça fait des morts, beaucoup de morts. Les bilans peuvent être inégaux, mais tous les camps impliqués finissent tôt ou tard par compter les leurs.

Des combattants meurent, des civils se font tuer. C’est le principe. Dans une guerre qui ne dit pas son nom comme au Mali, chaque citoyen peut connaître les « pertes militaires » françaises : 22 hommes ont péri au combat depuis le début du déploiement. Dans ce même pays, des centaines de civils meurent du conflit tous les ans. Tout le monde a conscience des centaines de milliers de morts qu’engendre une autre guerre, celle-ci impalpable et manipulable, dite « contre le terrorisme ».

La guerre tue, c’est un fait indiscutable.

Pourtant, lorsqu’il s’agit d’une guerre plus profonde, plus longue et plus vicieuse, une guerre qui oppose une majorité qui n’a rien à une minorité qui veut tout,  la guerre contre le capitalisme, aucun organisme, aucun Etat, aucun camp ne compte de morts. C’est comme s’il n’y en avait pas. Comme s’il ne s’agissait que d’une lutte idéologique, sans prise sur la réalité ni sur la vie des gens. Mais des morts il y en a. La différence, c’est qu’ils sont toujours dans le même camp.

Compter les morts du capitalisme serait colossal : on chiffrerait les morts de faim, ceux qui ont été dépossédés de leur eau et de leurs ressources alimentaires. On y ajouterait les victimes de la crise climatique que le capitalisme ne fait qu’aggraver partout sur le continent. On envisagerait les victimes de nombreux conflits armés qui résultent de l’accaparement du pétrole par des forces étrangères.  Et compterait-on les ouvriers morts d’épuisement, les mineurs ensevelis sous le charbon, les salariés suicidés de France Telecom ?

Ne nous y trompons pas, la guerre contre le capitalisme a aussi ses combattants. Ce sont les cheminots en lutte pour que perdure un minimum de service publique dans notre pays, les zadistes qui défendent le vivant et protègent les espaces qui nous nourrissent et nous font respirer, les sioux du Dakota, les kurdes du Rojava, les zapatistes, toutes celles et ceux qui résistent à leur échelle à la violence du système.  

Ce sont aussi ces gens pour qui la bataille est une question de dignité, voire d’existence. C’est ce qu’a choisi de filmer Stéphane Brizé dans En Guerre, en compétition à Cannes. La lutte des ouvriers du film nait d’une modeste demande : que leurs employeurs respectent leur parole, eux qui s’étaient engagés à ne pas fermer l’usine. Ces gens ne cherchent pas à créer un nouveau monde, à abattre le libre-échange, ni même à remettre en cause le capitalisme. Ils veulent travailler. Parce que même avec un petit salaire, l’emploi, c’est ce qui fait vivre. Si pour le camp des possédants, cette lutte est une question de compétitivité, de marges, de profits, pour ces gens, c’est une question de survie.

 

https-2f-2fstatic-ladepeche-fr-2fcontent-2fmedia-2fimage-2flarge-2f2018-2f04-2f12-2fenguerre-67a9f141402-original

Avec une mise en scène aussi sobre que brute, un montage qui nous prend à la gorge comme le sont les grévistes, le réalisateur nous plonge au plus près du combat, dans les tranchées de cette guerre que certains mènent mais que tous subissent.

La force du cinéma, c’est l’expérience. C’est de nous faire vivre les choses plutôt que de nous les expliquer. On pourra toujours essayer de convaincre son voisin que Macron c’est mal, et que le capitalisme c’est injuste, il ne l’intellectualisera que lorsqu’il en aura perçu la souffrance et l’oppression. Les ouvriers d’En Guerre souffrent et nous souffrons avec eux. Mieux, ils combattent et nous combattons avec eux. Lorsque les premières divisions surviennent, nous redoutons la défaite.

L’intelligence de Brizé, c’est de placer sa caméra comme un documentariste qui enregistrerait le réel. Il nous installe sur une chaise, inconfortable d’ailleurs, au centre des négociations intersyndicales. On prend part aux discussions. On suit les pensées, les doutes. On se fait aussi engueuler, parfois insulter. Voyeur témoin jusqu’au bout, on se glisse même dans la salle de réunion pourtant confidentielle où a lieu le « dialogue social ». Avec ce procédé, pas besoin de nous démontrer l’injustice puisqu’on la voit.

Il y a comme une évidence dans chaque scène. Comme c’était déjà le cas avec La Loi du Marché[i], Brizé nous raconte par des petits tableaux le grand tableau de la lutte des classes. Nous n’avons même pas besoin que Laurent, le CGTiste interprété par Vincent Lindon, nous le confirme, nous voyons bien que les puissants gagnent cette guerre puisqu’ils font toujours front commun pour défendre leurs intérêts, contrairement aux ouvriers qui se déchirent entre eux.

Parfois, les choses sont simples, limpides. A la guerre, quand un type tire sur un autre type, il y a un mort. Quand un groupe délocalise une société bénéficiaire pour augmenter ses dividendes, des familles éclatent, des vies sont menacées. La lutte contre le capitalisme est une guerre, une guerre brutale, inégale et sans pitié.  Vincent Lindon incarne avec puissance et sincérité l’un de ses héros, de celles et ceux qui se battront jusqu’au bout pour les autres. Plus que de la solidarité, il s’agit de lucidité. L’enjeu, ni plus ni moins, c’est la dignité humaine. Et pour le moment, cette guerre ne fait de morts que du côté des opprimés. Tant que nous ne nous battrons pas tous ensemble, cette guerre, nous la perdrons.

 

https-2f-2fstatic-ladepeche-fr-2fcontent-2fmedia-2fimage-2flarge-2f2018-2f05-2f15-2fenguerre2-acea0141512-original

 

 

[i] Autre film de Stéphane Brizé avec aussi Vincent Lindon comme tête d’affiche entouré de non professionnels

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.