matthieuponchel
réalisateur / photographe / citoyen
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mai 2018

C'est la guerre

La lutte contre le capitalisme est une guerre, une guerre brutale, inégale et sans pitié. Avec "En Guerre", Stéphane Brizé nous plonge au plus près du combat, dans les tranchées de cette guerre que certains mènent mais que tous subissent.

matthieuponchel
réalisateur / photographe / citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La guerre ça fait des morts, beaucoup de morts. Les bilans peuvent être inégaux, mais tous les camps impliqués finissent tôt ou tard par compter les leurs.

Des combattants meurent, des civils se font tuer. C’est le principe. Dans une guerre qui ne dit pas son nom comme au Mali, chaque citoyen peut connaître les « pertes militaires » françaises : 22 hommes ont péri au combat depuis le début du déploiement. Dans ce même pays, des centaines de civils meurent du conflit tous les ans. Tout le monde a conscience des centaines de milliers de morts qu’engendre une autre guerre, celle-ci impalpable et manipulable, dite « contre le terrorisme ».

La guerre tue, c’est un fait indiscutable.

Pourtant, lorsqu’il s’agit d’une guerre plus profonde, plus longue et plus vicieuse, une guerre qui oppose une majorité qui n’a rien à une minorité qui veut tout,  la guerre contre le capitalisme, aucun organisme, aucun Etat, aucun camp ne compte de morts. C’est comme s’il n’y en avait pas. Comme s’il ne s’agissait que d’une lutte idéologique, sans prise sur la réalité ni sur la vie des gens. Mais des morts il y en a. La différence, c’est qu’ils sont toujours dans le même camp.

Compter les morts du capitalisme serait colossal : on chiffrerait les morts de faim, ceux qui ont été dépossédés de leur eau et de leurs ressources alimentaires. On y ajouterait les victimes de la crise climatique que le capitalisme ne fait qu’aggraver partout sur le continent. On envisagerait les victimes de nombreux conflits armés qui résultent de l’accaparement du pétrole par des forces étrangères.  Et compterait-on les ouvriers morts d’épuisement, les mineurs ensevelis sous le charbon, les salariés suicidés de France Telecom ?

Ne nous y trompons pas, la guerre contre le capitalisme a aussi ses combattants. Ce sont les cheminots en lutte pour que perdure un minimum de service publique dans notre pays, les zadistes qui défendent le vivant et protègent les espaces qui nous nourrissent et nous font respirer, les sioux du Dakota, les kurdes du Rojava, les zapatistes, toutes celles et ceux qui résistent à leur échelle à la violence du système.  

Ce sont aussi ces gens pour qui la bataille est une question de dignité, voire d’existence. C’est ce qu’a choisi de filmer Stéphane Brizé dans En Guerre, en compétition à Cannes. La lutte des ouvriers du film nait d’une modeste demande : que leurs employeurs respectent leur parole, eux qui s’étaient engagés à ne pas fermer l’usine. Ces gens ne cherchent pas à créer un nouveau monde, à abattre le libre-échange, ni même à remettre en cause le capitalisme. Ils veulent travailler. Parce que même avec un petit salaire, l’emploi, c’est ce qui fait vivre. Si pour le camp des possédants, cette lutte est une question de compétitivité, de marges, de profits, pour ces gens, c’est une question de survie.

Avec une mise en scène aussi sobre que brute, un montage qui nous prend à la gorge comme le sont les grévistes, le réalisateur nous plonge au plus près du combat, dans les tranchées de cette guerre que certains mènent mais que tous subissent.

La force du cinéma, c’est l’expérience. C’est de nous faire vivre les choses plutôt que de nous les expliquer. On pourra toujours essayer de convaincre son voisin que Macron c’est mal, et que le capitalisme c’est injuste, il ne l’intellectualisera que lorsqu’il en aura perçu la souffrance et l’oppression. Les ouvriers d’En Guerre souffrent et nous souffrons avec eux. Mieux, ils combattent et nous combattons avec eux. Lorsque les premières divisions surviennent, nous redoutons la défaite.

L’intelligence de Brizé, c’est de placer sa caméra comme un documentariste qui enregistrerait le réel. Il nous installe sur une chaise, inconfortable d’ailleurs, au centre des négociations intersyndicales. On prend part aux discussions. On suit les pensées, les doutes. On se fait aussi engueuler, parfois insulter. Voyeur témoin jusqu’au bout, on se glisse même dans la salle de réunion pourtant confidentielle où a lieu le « dialogue social ». Avec ce procédé, pas besoin de nous démontrer l’injustice puisqu’on la voit.

Il y a comme une évidence dans chaque scène. Comme c’était déjà le cas avec La Loi du Marché[i], Brizé nous raconte par des petits tableaux le grand tableau de la lutte des classes. Nous n’avons même pas besoin que Laurent, le CGTiste interprété par Vincent Lindon, nous le confirme, nous voyons bien que les puissants gagnent cette guerre puisqu’ils font toujours front commun pour défendre leurs intérêts, contrairement aux ouvriers qui se déchirent entre eux.

Parfois, les choses sont simples, limpides. A la guerre, quand un type tire sur un autre type, il y a un mort. Quand un groupe délocalise une société bénéficiaire pour augmenter ses dividendes, des familles éclatent, des vies sont menacées. La lutte contre le capitalisme est une guerre, une guerre brutale, inégale et sans pitié.  Vincent Lindon incarne avec puissance et sincérité l’un de ses héros, de celles et ceux qui se battront jusqu’au bout pour les autres. Plus que de la solidarité, il s’agit de lucidité. L’enjeu, ni plus ni moins, c’est la dignité humaine. Et pour le moment, cette guerre ne fait de morts que du côté des opprimés. Tant que nous ne nous battrons pas tous ensemble, cette guerre, nous la perdrons.

[i] Autre film de Stéphane Brizé avec aussi Vincent Lindon comme tête d’affiche entouré de non professionnels

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Le « grand remplacement », idéologie meurtrière
Attribué au principal suspect de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande), un manifeste intitulé « Le grand remplacement », en référence au fantasme d’extrême droite du même nom, dénonce les « invasions étrangères » en Europe, et cite tout particulièrement le cas de la France.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale