matthieuponchel
réalisateur / photographe / citoyen
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2019

Pour un service national écologique et solidaire

Inventons un véritable service civique qui tisserait du lien social tout en participant aux grands objectifs et défis communs. Et nommons le clairement : le service national écologique et solidaire (SNES).

matthieuponchel
réalisateur / photographe / citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et si le problème de la jeunesse n’était pas le manque d’engagement ? Que nos problèmes ne venaient pas que des jeunes ?
Et si les valeurs de la République ne pouvaient s’imposer par la force, fusse-t-elle des mots, et que l’on pouvait leur redonner du sens et de l’influence tous ensemble ?

Le projet de loi actuel sur le service national universel témoigne d’un terrible décalage entre ce gouvernement et la population. Quand Edouard Philippe promet la « fraternité » entre les jeunes, ceux-ci entendent formatage, plutôt que maturation collective. Au lieu de viser avec sincérité la rencontre sociale et ce "sentiment d'appartenance" le gouvernement cherche surtout à inculquer à la jeunesse « des compétences sociales que les entreprises recherchent » pour reprendre les mots de Yannick Blanc, l’actuel président de l’Agence du service civique.
Cadrer, façonner au lieu d’ouvrir des horizons, de sensibiliser, d’agir ensemble; voilà le projet du service civique universel du gouvernement.
C’est se tromper de constat sur la France et proposer les mauvais remèdes.

Car oui, le moral français n’est pas au beau fixe, et nous aurions tous besoin d’un nouveau dieu, d'une vision commune d’un demain meilleur. Mais le problème de notre pays, ce n’est pas une jeunesse amorphe, c’est une déconnexion généralisée. Les gilets jaunes en sont d’ailleurs le reflet : rarement l’élite qui nous gouverne n’a été si éloignée des problématiques du peuple qu’elle est sensée représenter, rarement l’horizon n’a semblé si morose ou si vide. Nos jeunes, eux, supposés peu engagés, sont pourtant bien nombreux sur les ronds-points de France à espérer de nouvelles perspectives.

L’urgence écologique, pourtant évidente, n’est énoncée que dans les mots creux d’un président dont les actes empirent la situation environnementale. Le peu d'intérêt affiché pour la COP24 atteste avec éloquence des priorités gouvernementales d'aujourd'hui.
L’urgence sociale, avec toujours plus de gens dans la rue, provoque encore des réactions sidérantes de privilégiés qui professent que cette rue, et donc cette misère, serait affaire de choix.

Par confort peut-être, par déni c’est sûr, chacun imagine le monde comme le prolongement de son propre petit monde. Comment comprendre l’inaction sinon, et pire, l’aggravation active des inégalités ? Pour reprendre les mots de Günther Anders, "la faute (des hommes) résiderait aujourd'hui dans [...] le manque d'imagination" : impossible pour nous de concevoir la catastrophe qui se produit sous nos yeux. Mon voisin n’appréhende pas le réchauffement climatique parce qu’il ne vit pas (encore) en zone à risque. Le patron ne comprend pas la revendication de son employé parce qu’il ne fait pas face aux mêmes difficultés quotidiennes. Le député ne saisit pas la violence d’une réduction de 5 euros sur les APL parce que son fils étudiant n’est pas à 50 euros près.

Alors, au lieu d’envoyer ou de blâmer les autres, au lieu de détourner le regard, chiche, on s’y met tous ensemble ? Inventons un véritable service civique qui tisserait du lien social tout en participant aux grands objectifs et défis communs. Et nommons le clairement : le service national écologique et solidaire (SNES).

Une semaine par an, toutes les personnes considérées comme aptes, se mettront au service d’un projet écologique et/ou social. Des travaux simples, impliquant et peu coûteux : participer à des maraudes pour venir en aide aux sans abris, nettoyer des espaces naturels, planter des arbres, restaurer des bâtiments, etc.
Et faisons de l’organisation même de ces journées un vecteur de lien et de dialogue. Dans les quartiers, les communes, créons des espaces de rencontre pour échanger sur les problématiques de chaque territoire. Dans les deux sens, du citoyen au politique, du politique au citoyen, ces espaces serviront à identifier ensemble les urgences locales mais aussi à se (re)connecter à l’autre, à son voisin.

Une prise de conscience commune et une action solidaire. Un pays entier se mettant en branle pour un monde meilleur.
Le Rwanda a mis en place un dispositif comparable en 1998. Une journée par mois, l’« Umuganda », « le pilier de la maison », qui est maintenant inscrite dans leur constitution pour « renforcer l’unité national et reconstruire le pays ensemble ».

Pourquoi pas nous ?

Marx disait que "les philosophes n'ont fait qu'interpréter le monde de diverses manières, ce qui importe, c'est de le transformer".

Pépita Car et Matthieu Ponchel, Climat Social

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre