Protégeons le Mont Vanille

Une banderole de 18 mètres sur l'Aqueduc de Saint Nazaire-en Royans dans la Drôme, pour protéger le Mont Vanille d'une ouverture d'une carrière d'extraction de roches massives à l'explosif, à quelques centaines de mètres d'habitations, écoles et entreprises.

Dimanche 6 septembre, en fin d'après-midi, les personnes présentes sur la Plage du Lac de Saint-Nazaire-en-Royans ont pu apercevoir une activité inhabituelle : des spéléologues aguerris ont soigneusement placé des cordes le long de l'aqueduc. Lentement une nouvelle banderole a délivré son message : NON A LA CARRIERE ! 

"Nous sommes toujours opposés au projet de carrière, et l'aqueduc porte notre engagement !" a déclaré Marlène une fois le travail terminé. L'association "Protégeons le Mont Vanille Royans Vercors" a choisi de porter haut et fort les voix de ses plus de 130 adhérents et sympathisants et plus de 1110 membres sur les réseaux sociaux, pour se faire entendre par le Préfet, alors que le dossier est toujours en cours d'instruction. 

Début janvier 2020 en effet, les habitants de Saint Nazaire en Royans et des communes limitrophes ont découvert lors de l'enquête publique le projet de carrière sur le Mont Vanille, porté par les établissements Gauthier : une extraction de roches de 90 000 tonnes par an, prévue sur 30 ans, des tirs de mine toutes les semaines, une sortie des camions sur une nationale dans un secteur déjà accidentogène, qui défigurerait la montagne. 

Le mont Vanille se situe en face du pont de Saint Hilaire du Rosier qui enjambe l'Isère, une montagne discrète mais riche de biodiversité, et qui marque l'entrée dans le Parc Naturel du Vercors. 

A la sidération de découvrir qu'un tel projet ait pu être traité sans que les populations aient été consultées, s'ajoute l'incompréhension que les impacts et nuisances aient été aussi sous-estimés : comment imaginer une carrière à moins de 80 mètres des habitations les plus proches ? Poussières, bruits, vibrations, et la qualité de vie des riverains ? Pourquoi installer une carrière sur un secteur identifié dans le plan Eau Vercors comme un réservoir d'eau potable pour le futur ? Quel impact sur le tourisme : la Voie Verte passe au pied du mont, le chemin de randonnée sur le chemin de la future extraction, le Bateau à Roue aurait une vue imprenable sur cette montagne sacrifiée ? ...  

 "Le principe de précaution doit s'appliquer, nous devons protéger l'eau, l'air, la forêt, la biodiversité qui sont nos biens communs. Alors qu'il existe de nombreuses carrières à moins d'une heure de route de ce projet : de Rovon à Châteauneuf-sur-Isère, de Méaudre à Rochechinard, sans oublier toutes celles qui défigurent déjà les monts du Matin, l'intérêt général du projet reste à prouver, surtout à quelques mètres d'habitations, d'entreprises, au cœur d'une zone touristique qui va être défigurée. Un projet qui se veut écologique, (de développement durable), doit préserver la biodiversité, les milieux naturels et économiques préexistants, doit emporter la cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations, doit favoriser l'épanouissement de tous les êtres humains et doit intégrer une économie circulaire, comme le dit le code de l'environnement ! M. Gauthier n'a rien compris à l'écologie, ni au développement durable !" continuent de marteler les membres de l'association. "Le commissaire enquêteur n'a rien voulu entendre, et a laissé de nombreuses questions sans réponse. Il est impensable que ce rapport truffé d'erreurs et de parti-pris sans fondement scientifique ait une audience plus grande que notre opposition ! Il en va du principe républicain de l'égalité, celui qui fait que les enquêtes publiques existent !"

Lundi matin, Saint-Nazaire en Royans s'est réveillé avec un nouvel étendard qui traduit la position des habitants et de la majorité d'élus limitrophes de la Drôme comme de l'Isère. "Non à la carrière, Protégeons le Mont Vanille, pourvanille.fr

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.