MAURICE CARO
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 août 2021

D'une injonction d'injections

Oui, les morts, c'est moi. Non, ce n'est pas la gestion. Le Président me l'a dit et répété : tout ça, c'est de ma faute ! Parce que je suis un « hésitant », je suis responsable !

MAURICE CARO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"L'amour arrache les masques sans lesquels nous craignons de ne pouvoir vivre et derrière lesquels nous savons que nous sommes incapables de le faire." 

James Baldwin (La prochaine fois, le feu)

Aujourd'hui je ne n'ai pas le droit de sortir à visage découvert, de sortir à plus de 10km de chez moi (en semaine), de sortir à plus de 5km de chez moi (les samedi et dimanche), de sortir après 18h, de sortir avant 5h, d'aller au restaurant, d'aller dans un bar, d'aller au cinéma, d'aller au théâtre, d'aller dans une salle de concert, d'aller au musée, d'aller dans une boîte-de-nuit, d'aller dans un hôpital, d'aller à une veillée mortuaire, de participer à un séminaire, de participer à un pique-nique, de participer à un rassemblement, d'organiser une fête (ni pour un mariage, ni pour un baptême, ni pour un anniversaire, ni pour une quelque raison que ce soit), d'être avec plus de cinq personnes (ni dans la rue, ni dans un parc, ni en montagne, ni à la plage), d'être libre. Mais d'être ?

Parce que je ne peux pas prendre un proche dans les bras, embrasser un ami, respirer sans contrainte, aller où je souhaite, sortir quand je le souhaite, manger à la table d'un restaurant (ou en terrasse, ou boire un café ou un verre), voir un film, voir une pièce de théâtre, voir des œuvres dans un musée, danser dans une boîte-de-nuit, visiter un proche à l'hôpital, me recueillir lors d'un décès, penser en communauté, me rassembler dans la nature en famille (ou entre amis), recevoir des invités sans compter, discuter avec plus de cinq personnes réunies ensemble (dans la rue, dans un parc, en montagne ou à la plage), être libre. Mais être ?

En revanche, je peux toujours acheter (dans un centre commercial, dans une boutique, dans un magasin, dans une pharmacie, chez un concessionnaire, etc.), consulter un médecin, assister à une cérémonie, prier. Et puis je dois : voter. Et surtout : me faire vacciner (bien que ce ne soit pas une obligation). Parce que je suis responsable, oui, je suis responsable de tout : des restrictions, des contraintes, de la circulation, des encombrements, des morts. Oui, les morts, c'est moi. Non, ce n'est pas la gestion. Le Président me l'a dit et répété : tout ça, c'est de ma faute ! Parce que je suis un « hésitant », je suis responsable !

Mais je n'ai pas à me plaindre, puisque je suis toujours libre d'avoir tout ce que je veux, puisque je peux acheter où je le souhaite : tous les commerces sont ouverts ! Comme tous les lieux de culte (d'ailleurs, je n'ai pas à être vacciné pour m'y rendre ?). Liberté de consommer, liberté de prier, mais pas liberté de se cultiver ? Et les théâtres ? Et les musées ? Et les salles de concert ? Pourquoi m'en interdire l'accès ? Ainsi, en matière de liberté publique, il a semblé plus raisonnable de faire, pour paraphraser Louis Rolland et Pierre Lampué dans leur Précis de législation coloniale (1931), « un régime spécial au citoyen non vacciné ». N'est-ce pas l'application d'une distinction discriminante qui ne tient pas compte de ma liberté de refuser de me faire vacciner, puisque rien (aucun texte de loi) ne m'oblige à le faire ? La vaccination est-elle obligatoire ? Non. Ai-je donc le droit de la refuser ? Oui. Ce choix peut-il être réprimandé ? D'un point de vue juridique : non. D'un point de vue moral... C'est le nœud du problème : ne pouvant pas me contraindre légalement, vous vous efforcez de travailler l'opinion pour que ce soit elle – et non plus vous – qui me contraigne : les ouvreurs de théâtre, les cafetiers et les restaurateurs, les vigiles des établissements culturels ont aujourd'hui tous le droit de me refuser l'accès à leur temple si je ne présente pas patte blanche... Tous sont désormais habilités à me faire savoir que je suis le loup qui veut entrer dans la bergerie. Mes concitoyens peuvent ainsi, légalement, me stigmatiser. Ce qui consiste à nous séparer, à nous diviser, en nous forçant à nous distinguer : « je ne suis pas vacciné, tu l'es ? / je suis vacciné, tu ne l'es pas !  ». Comprenez que ce n'est pas tant le vaccin que je refuse, mais la méthode appliquée pour me contraindre à son injection.

Je ne sais pas si j'ai raison d'écrire cela, de le clamer. Mais entendez ce cri qui résonne comme une nécessité, celle de ne se laisser ni bâillonner, ni museler. Celle de pouvoir continuer à être, librement, et d'aimer, sans aucune sorte de distinction.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber