Primaires : l’incompréhension française

 

J’ai choisi ce titre parce que tous les dirigeants politiques français ne semblent ou ne veulent pas comprendre le système instauré aux Etats Unis.

 

 

 

Il est essentiel de rappeler, qu’USA, que le système politique est différent et que les primaires se déroulent par état et sont obligatoires de par la loi même pour le président sortant. Pour plus de détail, vous pouvez consulter le site :

 

 

 

http://aceproject.org/ace-fr/topics/pc/pcy/pcy_us.

 

 

 

Aux Etats-Unis, chaque prétendant, que ce soit au parti républicain ou démocrate, présente son programme aux électeurs de son parti. Ceux-ci, en connaissance de cause, choisissent  leur candidat et celui des prétendants, qui a obtenu le plus de délégué, est officiellement désigné candidat de son parti lors d’une convention.

 

 

 

En France, les partis politiques veulent en premier établir un programme de gouvernement puis désigner leur candidat lors d’une primaire. Résultat : chaque prétendant n’a pas beaucoup de marge de manœuvre lors des primaires et, de ce fait, les primaires deviennent plus une compétition de personnalités qu’un vériotable débat sur des programmes différents. C’est ce qui s’est passé, en 2011, lors des primaires du PS.

 

 

 

Rien n’empêche le candidat officiel du parti, une fois désigné, d’apporter des modifications au programme de son parti pour la campagne présidentielle.

 

 

 

Mais le pire, le candidat, s’il est élu à la fonction supprême, renie, une fois au pouvoir une grande partie de ses promesses ou engagements comme cela s’est déroulé en 2007 puis 2012.

 

 

 

Et voilà, que pour la présidentielle de 2017, à droite comme à gauche, on ressort les primaires sans apporter de modification.

 

 

 

En effet, à droite, chez Les Républicains, le président de parti veut faire adopter un programme liant le candidat qui sera désigné lors des primaires en oubliant que ce candidat, s’il est élu président, ne se sentira plus lié par ce programme et appliquera le sien.

 

 

 

A gauche, différents leaders réclament des primaires que d’autres n’acceptent pas ou posent des conditions à leur participation et oublient, eux-aussi, que le candidat, une fois élu président, appliquera son programme.

 

 

 

Il devient urgent d’adopter les primaires façon U.S. afin de revitaliser notre démocratie mais d’autres mesures indispensables (non cumul des mandats, etc.) doivent aussi être adoptées dans ce même but.

 

 

 

Mais, à ce jour, aucun, j’écris bien aucun, leader polique, quelle qu’elle ou il soit, n’a l’envergure, ni la volonté, ni le courage et, surtout, ni l’intérêt de changer ou alors ces leaders veulent revenir à une 4ème république ou les gouvernements étaient à la merci des partis et ne duraient guère longtemps.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.