ATTENTATS : LA DEFAILLANCE DE L’ETAT ?

La série d’attentats qui a eu lieue en France depuis janvier 2015 démontre la défaillance de l’Etat en la matière.

 En effet, de 2007 à 2012, la droite, pour des raisons économiques, a diminué les effectifs de la police, de la gendarmerie et de l’armée. Dans le même temps, cette même droite a démantelé les Renseignements Généraux, outil précieux pour mesurer l’état de la population et, ainsi, obtenir de précieux renseignement. Cette droite a, aussi, réorganisé les divers services de renseignements, ce qui ne facilite pas le travail des agents sur le terrain.

 Arrivée au pouvoir en 2012, la gauche, pour les mêmes raisons économiques, a continué la politique de la droite et ce jusqu’en janvier 2015. Elle a, aussi, procédé à une réorganisation des services de renseignements.

 En janvier 2015, le résultat de cette politique menée par la droite et la gauche a été le manque d’effectifs pour la police, la gendarmerie et l’armée ainsi que le manque de moyens déterminants pour assurer la sécurité.

 Depuis janvier 2015, la gauche, sous la pression, a changé de politique :

 1 : Elle fait voter l’état d’urgence, oubliant que les effectifs sont insuffisants. Cet état d’urgence, prolongé plusieurs fois, a vite fait la preuve de son inefficacité sauf pour contrer les contestations diverses.

 2 : Le gouvernement, se rendant compte de manque d’effectifs, décide d’augmenter les effectifs de la police, de la gendarmerie et de l’armée

 3 : le gouvernement fait adopté une loi sur le renseignement de masse (surveillance des communications téléphoniques, internet, etc.) ne tenant pas compte de la leçon chèrement apprise par le gouvernement américain qu’il faut aussi des femmes et des hommes sur le terrain pour recueillir des renseignements.

 4 : Le gouvernement échoue à faire inscrire la déchéance de nationalité pour les doubles nationaux dans la constitution.

 Le gouvernement a aussi fait adopter une loi sur le travail très controversée en sachant que cela provoquerait des manifestations dans tout le pays. La gauche, en arrivant au pouvoir, savait que l’Euro de football serait organisé en France 4 ans plus tard.

 La lutte contre les groupes terroristes et ceux qui les soutiennent financièrement doit respecter les droits de l’homme. Il faut, aussi, envisager très sérieusement une solution politique aux conflits inter ethniques, religieux, communautaires qui règnent actuellement en Irak, en Syrie, en Afghanistan et autres pays. Cette solution politique doit être envisagée avec la collaboration d’autres pays.

 La France doit cesser de verser des rançons aux preneurs d’otages, même par des moyens détournés car cela revient à donner des moyens financiers à ceux qui provoquent ces attentats. Le gouvernement doit très sérieusement envisager de faire adopter la même loi qu’aux USA interdisant à toute personne, à tout groupement, à toute entreprise de verser une rançon à un groupe terroriste prenant des otages sinon ceux-ci se verraient accuser de soutenir financièrement une entreprise terroriste.

 Les derniers attentats démontre que des hommes déterminés peuvent déjouer les dispositifs les mieux élaborés s’il manque un élément essentiel : l’homme. En effet, il est urgent d’embaucher des femmes et des hommes, quelles que soient leur origines, désirant servir leur pays, afin d’intégrer un service de lutte contre les terroristes digne de ce nom et avec tous les moyens modernes. En effet, les actes terroristes existent depuis longtemps, bien avant l’existence du téléphone, du mobile, d’internet, de la radio.

 Les derniers attentats démontrent, également, l’échec du tout sécuritaire et de l’option militaire consistant à bombarder ou à livrer des armes qui risquent de se retrouver dans des mains ennemies. Il est du devoir du gouvernement mais aussi de l’opposition d’envisager d’autres solutions que celles adoptées à ce jour et qui ont démontré leur inefficacité.

 Charles de Gaulle disait qu’un homme politique doit savoir se muer en homme d’état. Malheureusement, en ces temps de polémique, je doute que peu de femmes et d’hommes politiques actuels possèdent cette capacité.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.