La démocratie en danger

Les affaires qui touchent le principal parti de l’opposition, l’UMP, ne doivent pas nous réjouir.

 

Au contraire, cela est très préoccupant pour notre démocratie car un pouvoir, de quelque bord soit-il,  a besoin d’une opposition qui fassent des contre proposition et s’oppose.

 

 

Cal va-t-il profiter au parti au pouvoir, le PS ? Je ne le crois pas car ce parti est tellement affaibli après 2 années d’exercice du pouvoir et le Président de la République, issu de ses rangs, n’a qu’une réforme territoriale à proposer comme réponse à la défaite cinglante de son parti. Cette reforme, nécessaire mais non prioritaire, ne résoudra pas le principal problème pour nos con citoyens : la montée inexorable du chômage malgré les emplois aidés.

 

Il faut rappeler aussi que le PS est aussi touché par certaines affaires, ainsi que le FN.

 

Nous sommes arrivés à un point ou les dirigeants des partis de tous bord ne peuvent plus continuer de demander aux français de fournir des efforts sans que ces mêmes dirigeants montrent l’exemple.

 

Nous en avons vu le résultat lors des deux dernières élections avec une abstention très forte et la montée en puissance du FN

 

Il est vrai que le précédent gouvernement de J. M. Ayrault a pris quelques mesurettes qui ne seront guère efficaces.

 

Quand, dans les années 1990,  les partis politiques de tous bord ont voté pour le financement public des partis, leurs dirigeants nous ont assurés, la main sur le cœur, que cette décision empêcherait toute fraude et financement inégal.

 

Il n’en a rien été comme nous le démontre la liste impressionnante des affaires qui touchent ou ont touché tous les partis.

 

Nous sommes ne temps de crise ou le déficit est très important et il est largement temps que les élus montrent l’exemple.

 

Voici quelques mesures qui peuvent être prises dès aujourd’hui, qui ne coûteront rien à l’Etat mais qui au contraire lui feront faire des économies :

 

1 – Suppression du financement publique des partis politiques. En contre partie, les particuliers pourront verser ce qu’ils veulent à la formation de leur choix mais la somme versée ne sera plus déductible des impôts dus. Les sociétés, associations et autres groupes ne pourront toujours pas verser ne pourront toujours pas verser d’argent aux partis pour la simple raison que ces entreprises, associations et autres groupes sont composés de personnes qui votent différemment.

 

2 – Diminution des avantages accordés aux députés et sénateurs qui n’auront plus droit qu’un seul collaborateur  dont le salaire ne pourra excéder 4000 euro, qui devront acquitter comme tous les citoyens 50% de leur frais de transports, qui n’auront droit qu’à un seul abonnement internet qui regroupera internet, téléphone fixe et portable, un maximum de 4000 euro leur sera attribué pour leur permettre de louer un local leur servant de permanence et qu'ils n'auront pas droit d'acheter..

 

3 – Introduction du non cumul intégral des mandats quels qu’ils soient.

 

4 – Interdiction du népotisme. Cela évitera qu’un parlementaire, ministre ou président de la république emploie sa femme ou ses enfants ou ses proches parents. Dans cette interdiction, un paragraphe interdira à un couple et leurs enfants de se présenter sur une même liste pour les élections municipales.

 

5 – Introduction d’un âge de la retraite ou tous les élus quel que soit leur mandat ne puisse plus se représenter à quelque élection que ce soit

 

6 – Suppression des niches parlementaires qui servent les intérêts personnels des parlementaires et non l’intérêt public.

 

7 – Suppression des privilèges accordés aux anciens présidents de la république qui à la fin de leur mandat redevienne de simples citoyens.

 

8 – Obligation pour les partis politiques et leurs candidats de transmettre toutes les données concernant leur financement, les comptes de campagne, la liste des donateurs qui ne sera pas rendu publique à une instance qui aura les pouvoirs d’enquêter et de transmettre le résultat de ces enquêtes à la justice. En cas de non respect de ces règles, les partis seront très lourdement sanctionnés et les candidats pris en faute verront leur élection annulée s’ils sont élus.

 

9 – Obligation à tous les élus de déclarer tous les ans leur patrimoine ainsi que celui de leur épouse ou compagnes à une instance qui aura tous pouvoir pour contrôler ces déclarations et qui, en cas de fraude ou d’enrichissement suspect, pourront transmettre ces dossiers à la justice.

 

10- Comme aux Etats-Unis, les primaires pour désigner un candidat à une élection quelle qu’elle soit seront obligatoires. Les perdants ne pourront se présenter à l’élection. Les électeurs iront voter dans leur bureau de vote habituel. Cela permettra un renouvellement plus rapide du personnel politique.

 

11 – Les sénateurs seront désormais élus au suffrage universel

 

12 – Regroupent de certaines élections : municipales et régionales, législatives et sénatoriales

 

13 – Modification de l’article 26 de la constitution qui sera rédigé ainsi :

 

« Aucun membre du Parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l'occasion des opinions ou votes émis par lui dans l'exercice de ses fonctions. » 

 

Les parlementaires pourront être poursuivis comme n’importe lequel des citoyens pour toute affaire criminelle ou correctionnelle.

 

14 – Pour favoriser la parité, l’article premier de la constitution sera modifié en ce sens :

 

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée. 


La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives : 1 au niveau départemental puis 2 au niveau régional puis 3 au niveau national. Pour les élections municipales, les têtes de listes devront être composé de la même manière et en respectant l’ordre un homme, une femme ou inversement. Les partis qui ne respecteront pas ces règles ne pourront présenter de candidat ou de liste

 

La loi favorise également l’égal des femmes et des hommes accès aux responsabilités professionnelles et sociales.

 

Si ces mesures sont prises, on a toujours le droit de rêver, peut-être, j’écris bien, peut-être que les électeurs s’abstiendront-ils de s’abstenir ou de voter FN à condition que les dirigeants politiques arrêtent de faire des promesses ou engagements dont ils savent, dès le début, qu’ils ne pourront tenir.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.