Chers députés socialistes frondeurs et assimilés...

Je me permets de vous écrire alors que, cette nuit, le gouvernement à fait revoter un amendement sur la transparence fiscale et fait pression sur une poignée de députés afin qu’il soit rejeté lors du second vote. Une nouvelle crapulerie qui ne parvient même plus à nous étonner. Mais passons… Je voudrais vous entretenir de tout à fait autre chose.

Connaissez vous les méthodes de certaines organisations criminelles pour s’assurer de la fidélité de leurs affidés ? Elle est simple est brutale: on les oblige à observer des crimes de plus en plus violents: passage à tabac, viol, torture, meurtre…  Ils ne participent pas, ils regardent. Certains y trouvent leur compte et s’intègrent de bonne grâce au gang. Quelques uns s’enfuient horrifiés. D’autres se soumettent écrasés par la terreur. Pour ceux qui restent, il n’y a pas de retour en arrière possible. Passifs mais complices, ils sont liés à jamais au gang par ce pacte barbare.

Pourquoi n’y a pas-t-il pas eu de coup de pouce au SMIC au lendemain des élections régionales ? Par souci de cohérence politique ? Par entêtement sur une ligne libérale ? Pas seulement. Le but est de vous rendre une nouvelle fois complice de cet énième passage à tabac de la gauche. De vous rabaisser, de vous humilier, de vous contraindre à regarder sans broncher la mise en pièces de toutes les idées et de toutes les valeurs auxquelles vous avez peut-être cru. 

Il serait tellement simple pour un habile manoeuvrier comme François Hollande de vous apaiser en vous lançant de temps à autre un os à ronger. Mais rien. Que dalle ! La clique qui tient les rênes de l’Etat ne souhaite pas vous apaiser: Sa stratégie consiste à vous porter au pinacle de l’exaspération pour mieux vous faire sentir votre impuissance. Et cette impuissance, c’est votre crime. 

Car ils continueront jusqu’à ce que la somme de leurs trahisons et de leur reniements soit si grande que vous serez forcés de la faire vôtre. Elle vous ensevelira, vous, et tous vos éventuels « partenaires », écologistes, communistes et autres ahuris qui n’ont rien vu de la tragédie qui se joue. Dès lors, il n’y aura pas de retour en arrière possible. Il n’y en a sans doute déjà plus. Vous faites partie du gang. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.